Page d'archive 4

La Baby-Sitter, de Gudule

la baby-sitter de gudule

Étrange gouvernante pour de très bizarres enfants…
Et si la rassurante baby-sitter se laissait dominer peu à peu par la sauvage et sanglante violence que contiennent les contes de fées qu’elle lit le soir aux enfants ? Les deux gamins pourront-ils échapper à celle qui tout d’un coup se prend pour l’ogre et traque les chères têtes blondes ?
Le grand méchant loup se lèche les babines…

 

Ca faisait un petit moment que ce livre me faisait de l’oeil, la faute sans doute à la très jolie couverture de chez Bragelonne. En même temps, je ne sais pas pourquoi, je m’attendais à lire un récit vampirique… mais non, tel n’est pas le cas !

 

Ce petit roman de Gudule est en fait un conte macabre, l’histoire d’une baby-sitter qui raconte aux jumeaux dont elle a la charge les contes de notre enfance, et peu à peu, glisse dans le souvenir d’événements dramatiques de son enfance.

 

Les deux narrations se mêlent habilement, récit d’aujourd’hui et mémoire jusque là tenue en respect, faisant monter la tension et le malaise. Car, si on devine assez vite le drame qu’a vécu Lucie, la baby-sitter, (et encore, on a quelques surprises !!) le style de Gudule est tel qu’on se laisse prendre au piège et qu’on lit d’une traite cette histoire horrible sous plus d’un aspect.

 

D’autant que l’auteur exploite si bien les contes de fées qu’ils répondent à l’intrigue qu’elle a mise en place, ainsi qu’aux personnages. En même temps, pour les connaisseurs, souvent cruels sont-ils, comme les enfants…

 

Noir, troublant et terrible, La Baby-Sitter ne se fait et ne nous laisse aucune illusion concernant les adultes et les mioches. La fin est magistrale, point de happy end ici, et l’on referme le livre englué dans son atmosphère pesante.

 

Bref : un roman qui détourne les contes traditionnels (mais pour un public plutôt adulte) et dont on ne sort pas tout à fait indemne, j’adore !

 

Le petit plus : le tout prix de l’édition numérique de Bragelonne, 2.99 €, ça vaut le coup d’en faire la pub !

 

logo challenge petit bac

 

 

 

 

Petit frère, de Christophe Lambert

petit frère christophe lambert

Lorsque leur fils David meurt brutalement à dix ans, Andrew et Geena Martin, fous de douleur, acceptent que leur enfant soit cloné. Mais comme cette pratique est interdite, ils sont contraints d’habiter dans la  » Nouvelle-Arkham « , un étrange village fortifié perdu en plein désert. Neuf mois plus tard, au cours d’une cérémonie, on leur remet un nouveau David bien vivant et en tout point semblable à l’original…

 

Après Le dos au mur, Christophe Lambert exploite encore des thèmes passionnants et qui nous interrogent que sont ceux du clonage et des sectes, dans ce roman d’anticipation.

 

Ecrit pour la jeunesse, il permet de sensibiliser à ces deux aspects, d’autant qu’ici ils sont intimement mêlés, comme certains mouvements sectaires le font dans notre monde. Christophe Lambert a du talent pour nous raconter des histoires où les personnages nous touchent, depuis les parents éplorés par la perte de leur jeune garçon au clone (le jumeau génétique) de David, en passant par la soeur ado d’une lucidité et d’une maturité impressionnantes.

 

On est à la fois dans Le Prisonnier, série mythique où le Village a toutes les allures de l,a Nouvelle Arkham, charmant, séduisant et sous contrôle permanent. On est dans aussi dans le drame de la perte d’un enfant à laquelle se refusent les parents, comme dans Jenna Fox, pour toujours.

 

L’intrigue offre de nombreux rebondissements, et s’appuie sur une documentation sérieuse réunie par l’auteur autour d’ »associations » comme les Raëliens, l’Eglise de Scientologie et autres. D’ailleurs, je recommande la lecture de la post-face, édifiante à ce sujet.

 

Bref : un court roman pour ados, que je vais vite mettre dans les mains de ma Coquelicot (bon, sitôt qu’elle aura passé sa période Hunger Games) mais qui se lit aussi avec plaisir par les adultes.

 

Le petit plus : si vous souhaitez aller plus loin, je recommande aux plus âgés la lecture de Babylon Babies, de Maurice G. Dantec.

 

Pour aller plus loin : Le site officiel de Christophe Lambert, c’est par ICI.

 

 

 

 

Rebecca Kean # 2 : Pacte de sang, de Cassandra O’Donnell

rebecca kean pacte de sang cassandra o'donnell

Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n’ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série… bref je n’ai ni le temps, ni l’envie de m’occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m’a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à 16 ans et qu’on plaque son amant, on n’est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu’il est papa. Du moins, pas avant d’ être passée d’abord faire le plein chez Joe, le marchand d’armes du coin..

 

 Le deuxième volet de Rebecca Kean est riche en événements, rebondissements et révélations, c’est le moins qu’on puisse dire ! Avec Pacte de sang, vous êtes assuré de passer un excellent moment, en digne page turner qu’est ce livre.

 

Les émotions ne sont pas exemptes par ailleurs, non plus que l’action comme il faut s’y attendre avec un personnage tel que l’Assayim du Directum. On retrouve donc notre Sorcière de guerre dans l’exercice de ses fonctions, qui la conduira sur des chemins imprévus. Mais on la voit également en pleine politique vampirique avec la visite du Consiliere qui n’est autre que Michael, son ancien amant et père de Léonora.

 

Ce sera donc l’occasion de voir la jeune femme aux côtés de Raphaël, le beau vampire surnommé La Mort, et d’assister à l’évolution de leurs relations, aussi bien intimes que magiques. Miam, la petite scène dans la chambre de Raphaël !!!

 

J’ai apprécié Pacte de sang car, bien construit, il nous permet de balayer le spectre de la personnalité de la Prima Vikaris et de ses petits secrets… On sent bien qu’elle nous réserve encore quelques surprises, surtout au vu de l’épilogue qui donne l’eau à la bouche.

 

Forcément, on renoue avec les personnages de Traquée, tels que Bruce ou Gordon… Beth est un peu en retrait, mais les aventures de miss Kean sont si dangereuses qu’elle préfère laisser sa meilleure amie loin de celles-ci. Rebecca est de plus en plus attachante, tout en restant un être inquiétant, un paradoxe exploité habilement par l’auteur.

 

Bref : un deuxième opus qui donne toute satisfaction !

 

Le petit plus : les pistes semées comme autant de graines qui ne demandent qu’à germer  dans un troisième opus très attendu…

 

challenge fangs addict

 

 

 

 

 

 

 

Une enquête du Commandant Jana Matinova # 1 : Les jeunes filles et la mort, de Michael Genelin

les jeunes filles et la mort michael Genelin

En plein coeur de l’hiver, sur une autoroute verglacée de Slovaquie, un minibus achève de flamber… Six jeunes femmes ont péri dans l’accident. Le commandant Jana Matinova, appelée sur les lieux, reconnaît l’une d’entre elles, devenue prostituée à Bratislava. Mais ce qui paraît une affaire banale est en réalité le point de départ d’une enquête qui va mener Jana dans les méandres terrifiants du trafic d’êtres humains, aux quatre coins de l’Europe de Kiev à Strasbourg en passant par Nice et Vienne à la recherche d’un tueur impitoyable.

 

 

J’ai dévoré ce premier opus des enquêtes du Commandant Jana Matinova, littéralement. Cela se lit très facilement, l’intrigue est prenante, et les personnages passionnants, notamment Matinova, dont on apprend le parcours au travers de chapitres en forme de flash-backs.

 

 

On se fait habilement mené d’un bout à l’autre de l’Europe, comme notre héroïne, enquêtrice de talent, plus toute jeune, et très attachante. Les retours en arrière nous permettent de découvrir la vie de Jana au temps du communisme, jusqu’à aujourd’hui, façonnant la femme qu’elle est devenue.

 

 

Les relations entre les personnages des Jeunes filles et la mort sont magnifiquement rendues, sobrement et efficacement. J’ai particulièrement aimé son supérieur, le Commissaire Trokan, d’autant que Michael Genelin a su distiller des scènes plus légères, un peu cocasses, scènes de ménage entre l’homme et son épouse, devant ses subordonnés.

 

 

L’enquête en elle-même nous mène de rebondissements en surprises, de réflexions en intuitions, de certitudes en solutions. Le roman est en lui-même très humain, car tous les travers de notre espèce y sont, ainsi que les bons côtés, sans manichéisme aucun. La fin, elle-même, est parfaite, à l’image de la réalité.

 

 

L’ambiance de ce polar n’en reste pas moins noire, traversée par quelques traits de soleil méditerranéen. Il faut dire que le sujet traité, le trafic d’êtres humains, n’est pas particulièrement joyeux, mais en découvrir certaines arcanes, à travers ce roman est plus qu’intéressant, ainsi que les rouages des différents systèmes policiers, des collaborations entre Etats… L’auteur a notamment été consultant du Département de la Justice en Europe centrale, ainsi que conseiller auprès du ministère de la Justice  slovaque, et le livre sent le vécu !

 

 

Bref : un premier opus qui sonne comme une excellente découverte.

 

 

Le petit plus : le Bratislava décrit ici m’a rappelé toute l’épopée de l’organisation d’un spectacle là-bas, et des souvenirs ramenés par les membres de la troupe… un petit coup de nostalgie !

 

 

Merci qui ? Merci à Livraddict et aux éditions Marabout, pour l’envoi grâcieux de cet exemplaire, dont j’aime beaucoup la couverture par ailleurs.

 

 

sirenwatersmichaelgenelinbookcoverart.jpg siren.jpg

 

 

 logo maraboutlivraddict small

 

 

 

 

 

 

Quatre romans noirs # 1 : La maldonne des sleepings, de Tonino Benacquista

la maldonne des sleepings tonino benacquista

Dans les trains de nuit, mon boulot, c’est le sommeil des autres.
Mais quand il s’agit de veiller sur un dormeur que l’Europe s’arrache, quand les contrôleurs, les douaniers et les énervés du cran d’arrêt cherchent à me poinçonner, je regrette le doux temps de l’Orient-Express… Tout ce que je désire, c’est éviter de me faire descendre à la prochaine.

 

Antoine, double fictionnel de Tonino Benacquista, est couchettiste entre la France et l’Italie. Il a la dent dure, la langue acerbe, et ne s’en laisse conter par personne… Entre son personnage -narrateur de La maldonne des sleepings- et l’intrigue imaginée par l’auteur, l’ambiance de ce roman est noire, comme la nuit qui avale le train 222 en direction de Venise.

 

Servie par un style incisif, à couper au couteau, sur le mode à la fois gouailleur et précis, l’histoire de La maldonne des sleepings nous emmène dans l’aventure extraordinaire d’un employé de la Société des Wagons-Lits qui n’a rien demandé à personne, et vivait jusque là son petit train-train de frontalier, entre sa fiancée française et son amoureuse romaine, en attendant un autre boulot, plus exaltant.

 

Alors, certes, l’intrigue nous tient en haleine, mais c’est surtout les relations entre les différents protagonistes qui m’a intéressée : les rapports qu’entretient Antoine avec ses collègues, les clients, le fameux dormeur -passager hors norme qu’il va prendre en charge-, les contrôleurs, les douaniers… C’est toute une micro-société qui s’offre à nous, version itinérante au rythme des takaklan et des ta tatoum.

 

A souligner également qu’il y a pas mal d’action dans ce roman, les rebondissements nous attendent à chaque aiguillage, et la fin est magistrale…

 

Bref : un roman noir de chez noir, tant par le thème (que je ne dévoile pas pour ne pas griller un des éléments de surprise du livre), que par l’atmosphère et le style.

 

Le petit plus : mon édition comporte trois autres romans mettant en scène Antoine ou Antonio, alter ego de Tonino Benacquista.

 

Merci qui ? Merci à Pimprenelle et son rendez-vous mensuel Découvrons un auteur, qui m’a permis de faire plus ample connaissance avec cet auteur français, je ne regrette absolument pas, comme d’habitude ! Pour retrouver les billets des autres participants, c’est par ici.


logo tonino benacquista

 

 

 

 

 

la maldonne des sleepings tonino benacquista

 

 


123456...74

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres