Archives pour la catégorie Saga Myron Bolitar

Myron Bolitar # 4 : Du sang sur le green, de Harlan Coben

du sang sur le green harlan coben

Myron Bolitar n’aime pas le golf. Mais pour un agent sportif, difficile de faire une croix sur un sport aussi populaire, où les millions se brassent à la pelle. Aussi est-ce sur les greens de l’US Open que Myron va tenter de dénicher son nouveau client… Et comme toujours, ce sont avant tout des ennuis qu’il va récolter : le fils du leader de l’épreuve a été enlevé, et c’est à lui que la famille demande de résoudre discrètement l’affaire. Derrière l’apparence feutrée des club-houses, la réalité se révèle autrement plus sordide, voire franchement crapuleuse. Pas sûr que cette histoire change l’opinion de Myron sur la petite balle blanche…

 

 

 

Il y a très longtemps (au temps de ma folle jeunesse !), lors d’un séjour en Grande-Bretagne, j’ai eu l’occasion de taper dans une petite balle avec un club de golf. Pas évident du tout ! Et je n’ai certes pas rattrapé mon ignorance dans ce domaine, le plus que j’en sais étant les frasques extra-conjugales de Tiger Woods….

 

 

Tout comme moi, et à l’image de son créateur, Myron Bolitar ne connaît rien au golf et ne manque pas d’humour sur ce sujet. Pourtant, en pleine chasse au client lors de l’US Open (Win, son complice de toujours, est un fan, richesse oblige), il se retrouve plongé jusqu’au cou dans son univers , et nous avec !

 

 

Seul sur ce coup, car Win a des liens avec la famille qui a engagé l’ex-basketteur et ne veut pas en entendre parler, il va dénouer les fils du mystère en fouillant dans le passé. Je l’ai déjà dit à propos de Balle de match, mais chez Coben, celui-ci est souvent le centre de la solution. En l’occurence, dans Du sang sur le green, chaque détail a son importance, et en fonction de son lien avec le passé, est une pièce du puzzle complexe qui s’offre à nous.

 

 

Le personnages, multiples, sont tous des composantes de l’énigme, et les ressorts pyschologiques des uns et des autres autant de pierres à l’édifice construit par l’auteur américain. Myron est excellent, comme toujours, et l’autodérision qu’il pratique à souhait un vrai délice. Ses relations avec Win sont plus profondément exploitées, tout comme celles avec Esperanza. Tout cela donne lieu à des dialogues savoureux, où l’amitié transparaît, tout comme la complicité qui unit ces trois-là.

 

 

Le dénouement est parfait, la machine ronronne et le lecteur est plus que satisfait de s’être fait embringué dans ce récit, à l’instar de Myron et ses amis.

 

 

Bref : une enquête au pays mystérieux du golf menée encore une fois de main de maître par Harlan Coben.

 

 

Le petit plus : Forcément, d’autres opus m’attendent dans ma PAL.

 

du sang sur le green harlan coben backspin1.jpg

backspin.jpg  backspinb.jpg

 

 

Myron Bolitar # 2 : Balle de match, de Harlan Coben

balle de match harlan coben

Dans le monde du tennis professionnel, certains n’hésitent pas à remplacer la balle jaune par une autre d’un plus petit calibre aux effets mortels. Comme celle qui a mis définitivement fin à la carrière de l’ancienne championne Valérie Simpson par exemple.
Pour l’agent sportif Myron Bolitar, c’est une nouvelle enquête semée d’embûches qui commence. Qui avait intérêt à tuer Valérie ? Et pourquoi celle-ci a-t-elle cherché à le joindre la veille de son assassinat, après un long silence ? Quel rapport enfin entre elle et le protégé de Myron, Duane Richwood, la star montante de la raquette américaine ?
Personne ne semble très enclin à répondre à ces questions. Alors quand la mafia et un sénateur véreux s’en mêlent, Myron comprend que le jeu va être décisif…

 

Balle de match est la deuxième aventure mettant en scène Myron Bolitar et son meilleur ami Win. C’est un duo étonnant que celui-là, qui nous donne à voir une enquête sous un jour particulier. Car ni l’un ni l’autre ne sont policiers ou détectives, mais ont travaillé un temps pour le FBI et sont censés être « rangés des voitures ». Or, un certain sens de la justice les anime tous deux, et Harlan Coben nous offre avec eux toutes les nuances de l’âme humaine, de la morale, de la vérité, bref de la vie.

 

Malgré le soleil éclatant qui luit sur les courts de Flushing Meadows dans Balle de match, tout est gris, quand certains ne voient que du noir ou du blanc. L’auteur exploite ainsi toute une palette de personnages comme autant de couleurs plus ou moins vives, discrètes ou défraichies par le passé. Car, comme bien souvent chez Coben, celui-ci resurgit quand on ne l’attend pas, avec une force insoupçonnable de prime abord, mais souvent destructrice.

 

Avec dérision, humour noir et sans enjolivures, on suit l’enquête de Bolitar/Dom Quichotte ; on devine, on hume la vérité, on se trompe et on referme le livre avec le même sentiment que tout le long de cette lecture : l’existence est souvent en demi-teinte, même si les émotions et l’imprévu sont au rendez-vous, rien n’est jamais acquis pour sûr, rien n’est jamais complètement déterminé.

 

Bref : Jeu, set et match pour Coben, qui balade le lecteur pour mieux le surprendre.

 

Le petit plus : une petite incursion dans le monde du tennis professionnel, et des sportifs de haut niveau (le contexte de tous les romans de la série Myron Bolitar).

 

dropshot.jpg dropshotb.jpg dropshotc.jpg

 

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres