Archives pour la catégorie Les Chroniques de MacKayla Lane

Les Chroniques de MacKayla Lane # 5 : Shadowfever, de Karen Marie Moning

fever shadowfever karen marie moning

“Evil is a completely different creature, Mac. Evil is bad that believes it’s good.” MacKayla Lane was just a child when she and her sister, Alina, were given up for adoption and banished from Ireland forever.  Twenty years later, Alina is dead and Mac has returned to the country that expelled them to hunt her sister’s murderer. But after discovering that she descends from a bloodline both gifted and cursed, Mac is plunged into a secret history: an ancient conflict between humans and immortals who have lived concealed among us for thousands of years.
What follows is a shocking chain of events with devastating consequences, and now Mac struggles to cope with grief while continuing her mission to acquire and control the Sinsar Dubh—a book of dark, forbidden magic scribed by the mythical Unseelie King, containing the power to create and destroy worlds.
In an epic battle between humans and Fae, the hunter becomes the hunted when the Sinsar Dubh turns on Mac and begins mowing a deadly path through those she loves. Who can she turn to? Who can she trust? Who is the woman haunting her dreams? More important, who is Mac herself and what is the destiny she glimpses in the black and crimson designs of an ancient tarot card?
From the luxury of the Lord Master’s penthouse to the sordid depths of an Unseelie nightclub, from the erotic bed of her lover to the terrifying bed of the Unseelie King, Mac’s journey will force her to face the truth of her exile, and to make a choice that will either save the world . . . or destroy it.

 

Allez, je me lance dans une traduction pour vous ! Profitez bien de votre chance !!!

 

« Le diable est une créature complètement différente, Mac. Le diable est le mal qui croit qu’il est le bien. » MacKayla Lane était  tout jeune enfant quand elle et sa soeur, Alina, ont été données pour être adoptées, et bannies d’Irlande à jamais. Vingt ans plus tard, Alina est morte et Mac est retournée dans le pays qui les a rejetées, pour une chasse au meurtrier de sa soeur. Mais après avoir découvert qu’elle descend d’une lignée à la fois dotée de pouvoirs et éteinte, Mac est plongée dans une histoire secrète : un ancient conflit entre humains et immortels qui vivent dissimulés parmi nous depuis des milliers d’années.

Ce qui suit est un enchaînement d’événements marquants aux conséquences dévastatrices, et maintenant Mac lutte pour survivre au chagrin tout en poursuivant sa mission, trouver et contrôler le Sinsar Dubh – un livre de magie noire et interdite, écrit par le mythique Roi Unseelie, contenant le pouvoir de créer et de détruire les mondes. Dans une bataille épique entre humains et Faës, le chasseur devient la proie quand le Sinsar Dubh provoque Mac et commence à se frayer un chemin mortel au travers de la vie de ceux qu’elle aime. Vers qui peut-elle se tourner ? En qui peut-elle avoir confiance ? Qui est la femme qui hante ses rêves ? Plus important, qui est Mac elle-même et  quelle est la destinée qu’elle aperçoit dans les illustrations sombres et cramoisies d’une antique carte de tarot ?

Depuis le luxe de l’appartement de standing du Seigneur jusqu’aux profondeurs sordides d’un nightclub unseelie, du lit érotique de son amoureux à la couche terrifiante du Roi Unseelie, le voyage de Mac l’obligera à faire face à la vérité liée à son exil, et à faire un choix qui pourrait bien sauver le monde… ou le détruire !

 

Comme je l’ai dit dans mon billet sur Fièvre Fatale, j’ai lu aussitôt à sa suite Shadowfever, et en VO, s’iou plaît mssieurs dames, vu que la VF n’est pas encore sortie chez nous, et que j’étais littéralement sur des charbons ardents… Impossible de résister. Cet opus reprend exactement là où on s’était arrêté, et immédiatement, l’envoûtement reprend. Comment expliquer cela ? Oui, c’est de la bit-lit, de l’urban fantasy qu’on a souvent tendance à prendre pour un sous-genre, mais là, je trouve que l’auteur a réussi un coup de maître ! Chapeau ! Un souffle épique balaie les quatre premiers volets, montant graduellement en puissance pour arriver à Shadowfever, celui des grandes révélations et bouclant le cycle.

 

Enfin, on sait à peu près qui est Barrons, qui est Mac, qui est l’assassin d’Alina,  ce qui s’est passé il y a des milliers d’années comme il y a 23 ans. Mais avant tout cela, on est ballotté, pris dans la tornade des sentiments de Mac, de ses doutes, puis de ses choix. Notre héroïne a grandi, s’est découvert et prend des décisions en femme adulte, mature.

 

Définitivement, je suis sous le charme de sa relation avec Barrons ; tous deux parcourent un long chemin avant de prendre une certaine direction. Je ne vous dis pas comme mon petit coeur de midinette romantique a battu au rythme de leurs moments partagés ! C’est assez hallucinant comme ce couple somme toute fantastique est  crédible… c’est donc un vrai coup de coeur pour ces deux-là, et pour Les Chroniques de MacKayla Lane !

 

L’intrigue et son dénouement sont des meilleurs que j’ai lu jusqu’ici, parmi les romans de bit-lit, tout simplement. Chaque pièce du puzzle est à sa place, de façon logique et cohérente. L’univers de fantasy imaginé par Karen Marie Moning se révèle dans son entier, et a emporté mon adhésion sans peine. Les personnages de cette histoire sont plutôt du genre parfaits… si, si, je vous assure ! Tout fonctionne comme dans une machinerie bien huilée, et les promesses de Fièvre Noire sont largement tenues !!!

 

Bref : j’ai adoré !

 

Le petit plus : L’auteur nous gratifie après le point final d’un « Fin… pour le moment. » De quoi nous appâter sérieusement… emoticone

 

fever shadowfever karen marie moning

 

Les chroniques de MacKayla Lane # 4 : Fièvre Fatale, de Karen Marie Moning

les chroniques de Mackayla Kane fièvre fatale Karen Marie Moning

« A la merci de mes ennemis, je lutte pour survivre, c’est à dire, en l’occurrence, pour ne pas tomber sous le charme fatal de celui que je me suis juré de tuer… Mais je sens que je perds la bataille, que les frontières entre notre monde et celui des Faës sont en train de céder. Je sens que j’entame le combat le plus difficile de ma vie. Je ne laisserai pas tomber. Je sais que j’ai des alliés, et, plus important, la mémoire de ma sœur assassinée à défendre.
Saurais-je faire face à la vérité? »

 

Plus ça va, meilleur c’est  ! Karen Marie Moning a pensé sa série dès le départ, elle le dit dans sa post-face, et ça se sent ! L’évolution du personnage de MacKayla est parfaite, tendant vers un but qu’on ne voit pas encore ; l’intrigue nous happe inéxorablement et il est difficile de lâcher ce quatrième opus, ne serait-ce que pour retourner à la réalité.

 

Dans Fièvre Fatale, l’auteur malmène son héroïne, sans pitié, Mac grandit peu à peu, changeant de peau, de mentalité, faisant preuve de capacités d’adaptation qu’on n’attendait sûrement pas en lisant les premières pages de Fièvre Noire. Exit la pépète qui faisait bronzette au bord de la piscine familiale en admirant ses ongles roses ! Voici une guerrière, prête à protéger et servir, pleine de ressources et à la langue bien pendue…

 

Barrons, toujours là, ténébreux, mystérieux, est hallucinant : l’anti-thèse du chevalier à l’armure étincelante a priori et qui se révèle peu à peu, grâce aux pouvoirs que développe Mac et au lien qui les unit. Les personnages secondaires sont tout simplement à leur place dans cette histoire ; l’univers créé par Karen Marie Moning avec Seelies, Unseelies, Sidh-Seers et autres gagne encore en cohérence à mesure que nous en sont dévoilées les arcanes.

 

Le rythme est géré de telle façon que les respirations que nous accorde l’auteur tombent à pic pour mieux repartir en avant, dans une course effrénée pour attraper le Sunsar Dubh, et au coeur de laquelle la jeune fille semble jouer un rôle essentiel. Et si vous me connaissez bien, vous comprendrez aisément que ce livre m’a enchantée : j’ai pleuré, j’ai ri, j’ai eu peur, et j’ai adoré certaines scènes un peu olé olé et très jolies en même temps. Les dialogues sont en général très savoureux de plus, ce qui ne gâte rien. La fin, quant à elle, nous laisse littéralement sur le carreau !!!

 

Bref : Un moment de lecture fiévreuse, avec le coeur serré, les tripes mises à rude épreuve et le souffle coupé quasiment tout du long, et qui confirme mon grand coup de coeur pour cette série bit-lit, avec un de mes couples préférés !

 

Le petit plus : Shadowfever est dans ma PAL, et je me suis jetée aussitôt dessus, impossible de patienter la sortie en français, tant la fin de cet opus m’a « tuée ».

 

dreamfever karen marie moning dreamfever karen marie moning

Les chroniques de MacKayla Lane # 3 : Fièvre Faë, de Karen Marie Moning

les chroniques de Mackayla Kane fièvre FAE Karen Marie Moning

Cette fois, Mac a définitivement changé et n’a plus rien à voir avec la jeune fille glamour et évaporée qui est arrivée à Dublin. Elle est devenue un élément à part entière du jeu mortel en train de se dérouler dans les ombres des rues de la ville. Elle peut trouver ce que recherchent à la fois les fae et les humains, le livre noir, Le Sinsar Dubh, qui corrompt tous ceux qui le touchent. Mais Mac découvre bientôt que la situation est encore pire que ce qu’elle croyait. Cernée par la trahison, elle ne peut distinguer ses alliés de ses ennemis et elle n’est certaine que d’une seule chose : Halloween approche et son temps est compté.

 

M…élasse ! comme dirait Mac. Je suis accro, totalement ! J’ai à peine reposé Fièvre rouge que j’ai dégainé Fièvre fae… Marie Karen Moning a le sens de l’intrigue, du cliffhanger et tient ses lecteurs prisonniers au charme de ses Chroniques de MacKayla Lane. Résultat : ce troisième opus est excellent, bourré de rebondissements, de détails « historiques » -c’est-à-dire qu’elle construit sa mythologie d’une main de maître- et de moments d’émotions intenses, quels qu’ils soient.

 

Mac est attachante, d’une sincérité à toute épreuve envers le lecteur, Barrons nous laisse entrevoir quelques morceaux du puzzle agaçant qu’il est (insuffisamment pour être satisfaits !), V’lane acquiert encore de l’importance… et le récit nous tient en haleine proprement et sans discussion possible. L’auteur nous distille en même temps qu’à notre jeune sidh-seer des informations parcellaires, continuant ainsi à faire planer doutes, mystères et énigmes, et ils sont nombreux ! On oscille à la limite de pas mal de choses (chuuuuuuut ! je n’en dirais pas plus, pas de spoiler chez moi !), devinant, soupçonnant la réalité.

 

On est encore passé à un cran supérieur avec Fièvre rouge : personne ne sort indemne de ce troisième volet des aventures de Mac et Jéricho, et la fin est tout bonnement magistrale, nous laissant sur des charbons ardents, notre cerveau avide criant : encore, encore !!!

 

Bref : un roman réussi, qui convainc totalement !

 

Le petit plus : L’auteur n’épargne rien à son héroïne, servant son intrigue plutôt que nous servir du réchauffé ou du gentillet ! Merci à elle.

 

faefever karen marie moning  faefever karen marie moning

 

 

Les chroniques de MacKayla Lane #2 : Fièvre rouge, de Karen Marie Moning

les chroniques de Mackayla Kane fièvre rouge Karen Marie Moning

Je suis une sidhe-seer, une humaine capable de voir les faës, ces effrayantes créatures d’un autre monde installées parmi nous depuis des millénaires et dissimulées sous des voiles d’illusion. Mon univers a commencé à se fendiller à la mort de ma sœur, et j’ai l’impression que, depuis, il n’en finit plus de s’effondrer. Je ne parle pas seulement de mon petit monde personnel : il s’agit aussi du vôtre. Les murs entre humains et faës sont en train de s écrouler. Et je suis la seule à pouvoir nous sauver.

 

 Après avoir lu Fièvre Noire, le premier volet des Chroniques de MacKayla Lane, j’étais déjà accro… Résultat : j’ai enchaîné avec ce tome-ci ! Et c’est une véritable addiction que cette série de Karen Marie Moning.

 

C’est efficace, écrit simplement, rien de transcendant, mais les personnages sont extras. Je suis tombée sous le charme bourru et mystérieux de Barrons, le libraire dont on ne sait pas la nature -pas encore ! Et Mac gagne en épaisseur, et donc en intérêt. Je rêve de me blottir comme elle dans le coin so cosy de Barrons Bouquins et Bibelots, pour lire et rêver, réfléchir… Vous l’avez compris, les ambiances de Fièvre rouge, qu’elles soient tranquilles, reposantes ou pleines d’action, de mouvements et de remous, m’ont convaincue.

 

La relation entre les deux héros évolue peu à peu, et la tension monte, entre eux, et chez le lecteur, l’auteur sachant susciter l’attente… D’autres acteurs des Chroniques continuent à nous intriguer encore, tel V’Lane, et on commence à en apprendre un peu plus sur Faërie, ses relations avec notre monde… L’univers créé est cohérent, plutôt fascinant, et se dévoile peu à peu.

 

Bien sûr, l’intrigue avance, à pas de géant, et quelquefois, on est un peu « sur le cul » car Miss Moning a de l’audace, et que ça marche ! Je ne sais pas encore vers quoi on se dirige, mais elle sème nombre d’indices que je n’arrive pas encore à faire co-exister pour en faire un ensemble logique et valable. Qui lira verra !

 

Bref : un très bon divertissement, et un vrai plaisir !

 

Le petit plus : euh, une suite, bien sûr !!!!

 

bloodfever karen marie moning bloodfever karen marie moning

 

Les Chroniques de MacKayla Lane # 1 : Fièvre noire, de Karen Marie Moning

fièvre noire karen marie monning

 MacKayla Lane perd sa soeur Alina, victime à Dublin d’un assassinat aussi cruel qu’inexplicable. Devant la mollesse de la police locale, elle quitte le sud des Etats-Unis pour l’Irlande afin de mener sa propre enquête. Elle y découvre que sa soeur y menait une double vie pleine de mystère au milieu de créatures démoniaques.

 

 Et encore une série bit-lit commencée, il va falloir que je me calme ! Parce que j’ai vraiment de quoi faire entre Mercy Thompson, Alpha et Omega, Anita Blake, Les soeurs de la lune ou Les vampires de Manhattan… bon, vous me direz, que là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir ! Mais je crois que je vais faire un bout de chemin avec Les Chroniques de McKayla Kane, et que par la force des choses vous allez m’accompagnez, en espérant que je vous en donne suffisamment l’envie.

Voilà une saga sympathique comme tout, avec des héros attachants, mystérieux et tout et tout comme on aime ! Alors, certes, l’héroïne, Mac, est a priori une demoiselle plus préoccupée de son apparence qu’autre chose, mais non ! D’abord parce que c’est une fan de lecture et de musique, ensuite parce qu’elle est vraiment très agréable, pas pimbêche pour deux sous, tout le contraire de Mimi, la jumelle des Vampires de Manhattan. Et puis, tout commence par un drame, c’est bien raconté, de façon très simple, à la manière d’un journal intime par moment, où la jeune femme s’adresse à lui ou à nous, ce qui nous la rend très proche.

Tout le long du roman, on sera complètement dans l’histoire, aux côtés de Mac, qui se trouve plongée dans un univers qu’elle ne soupçonnait même pas -nous si, parce qu’on est fans de fantastique, fantasy et autres lectures de l’imaginaire. L’immersion est totale, et l’intrigue bien charpentée a eu le don de me faire dévorer ce premier opus d’une traite. De plus, l’auteur pimente le récit de petits moments érotiques, plutôt drôles quant aux situations pour certains, d’humour aussi et de dérision, ce qui permet d’alléger l’atmosphère après certains passages plus étouffants ou tristes.

De plus, Karen Marie Moning capte notre attention davantage grâce à un rythme enlevé, où les rebondissements succèdent à des moments plus calmes, plus introspectifs, de façon équilibrée. On ne s’ennuie pas une seconde, on a à peine le temps de respirer que hop ! c’est reparti, avec son lot de découvertes, de questions, de suspens.

 

Bref : Fièvre Noire ouvre la série de manière très efficace, et se lit très rapidement.


Le petit plus : Pas mal d’interrogations restent encore irrésolues, et j’ai hâte de me plonger dans la suite, Fièvre Rouge.

Les cop’s en ont pensé quoi ? C’était une Lecture Commune, retrouvez les avis des participants !

 

dark fever karen marie moningdark fever karen marie moningdark fever karen marie moning

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

août 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres