Archives pour la catégorie Romans historiques

Le clan Rhett Butler, de Donald McCaig

Le clan Rhett Butler, de Donald McCaig dans Littérature étrangère le-clan-rhett-butler

Aucun des millions de lecteurs d’Autant en emporte le vent n’a oublié la passion flamboyante de Rhett Butler et Scarlett O’Hara, ni le déchirement de leur séparation. Mais un si grand amour ne pouvait pas finir ainsi : voici la suite de leur histoire.
Et l’on retrouve le Sud des États-Unis, les bals dans les grandes maisons blanches, les plantations de coton, l’esclavage, la guerre de Sécession.
Rhett Butler, rejeton insoumis d’une grande famille, Scarlett O’Hara, ravissante, volontaire, libre, beaucoup trop pour une femme de son temps.
Deux personnalités hors du commun aux prises avec une époque bouleversée.
Scarlett et Rhett se ressemblent et s’aiment bien plus qu’ils ne se l’avouent. Non, ils n’étaient pas destinés à se quitter ce jour-là, séparés à jamais par la mort de leur fillette. Il leur reste tant à vivre !

Autant en emporte le vent est un des romans que j’ai lu et relu, et re-relu plus d’une fois, autant dire l’un de mes livres préférés… Alors, depuis le temps que Le clan Rhett Butler me faisait de l’œil, j’ai fini par céder à la tentation.

J’en ressors avec un sentiment mitigé : à la fois préquelle et séquelle du best-seller de Margaret Mitchell, ce roman ne m’a pas totalement convaincue. J’y ai certes apprécié l’histoire du jeune Rhett et de son entourage à Charleston, même si je ne la juge pas indispensable pour éclairer le personnage adulte, mais j’ai le trouve le reste plutôt banal. Il manque à tout cela le souffle épique qui parcourt les pages écrites par Mme Mitchell. J’ai lu il y a quelques années Scarlett, autre suite donnée, et je l’ai largement préférée à celle-ci, car bien plus dans l’esprit de son aîné.

Ici, cela a eu pour moi un goût de réchauffé, et j’ai failli abandonner ma lecture plus d’une fois (d’autant que c’est un pavé), mais je me suis accrochée, voulant donner encore et encore et malgré tout sa chance à Donald McCaig. Las, la sauce n’a pas pris et j’ai refermé le livre, sans avoir ressenti les frissons que j’en attendais. Alors, le fait que cette suite avait recueilli l’entière approbation, voire l’enthousiasme des descendants de Mme Mitchell, m’a semblé bien douteux…

Bref : une lecture dont on peut se passer sans peine, et à laquelle il vaut mieux préférer une relecture d’Autant en emporte le vent !

Le petit plus : sous sa plume, l’auteur fait revivre des personnages secondaires, comme Belle Watling, et c’est certainement le côté le plus intéressant de ce Clan Rhett Butler.

 rhett-butler-196x300 dans Romans historiques rhett-21-168x300

logochallengepetitbac.vignette

 

 

 

 

 

Angélique # 2 : La Fiancée Vendue, d’Anne Golon

angélique la fiancée vendue anne golon

1654. Angélique de Sancé, dix-sept ans, a quitté les siens. Un carrosse l’emmène vers Toulouse où le comte Joffrey de Peyrac prendra livraison de sa fiancée. De son futur époux, la jeune fille ne connaît que la réputation : sulfureuse et effrayante. À Toulouse, malgré la richesse et la beauté des lieux, le coeur d’Angélique s’emplit de désespoir : comment vivre avec ce mari qui l’effraie ? Le caractère original, le goût de Joffrey pour les sciences et les arts suffiront-ils à la séduire ? À la veille du mariage de Louis XIV avec l’infante d’Espagne, Angélique découvre un Midi où l’odeur des bûchers cathares plane encore au-dessus des cours d’amour et des fêtes que donne en son palais le comte de Peyrac…

 

C’est LE volume où Angélique tombe amoureuse de Joffrey de Peyrac, son époux, et avec elle toutes les lectrices -que dis-je ? des générations de lectrices ! Ainsi que je l’avais annoncé dans Angélique marquise des Anges, Anne Golon réécrit sa célèbre série et la fait rééditer, pour notre plus grand plaisr : ah, le coeur qui bat la chamade quand apparaît le célèbre Balaffré…

 

J’aime passer du temps à cette époque trouble où la Fronde gronde, où le jeune Louis XIV essaie d’asseoir sa toute nouvelle autorité, découvrir les petits détails de l’Histoire et vivre aux côtés des personnages, illustres ou non ou bien encore imaginaires, de La Fiancée Vendue.

 

C’est ausi le volet où Angélique perd peu à peu sa naïveté, faisant la preuve de son intelligence qu’on devinait déjà prometteuse dans le prédédent opus, ouvrant ainsi la voie aux prochaines aventures de la jeune femme.

 

Que dire d’autre ? C’est toujours aussi bien écrit, documenté et en même temps divertissant, même si La Fiancée Vendue apparaît peut-être comme un roman transitoire, car il se déroule sur plusieurs années, prenant son temps, contant à la fois une certaine douceur de vivre à la Cour du Gai Savoir tandis que se trament de sombres complots dans les arcanes du pouvoir. On prend son temps, tout en continuant à poser les bases de l’intrigue et de la vie d’Angélique et de Joffrey pour les années futures, l’action un peu en retrait.

 

Bref : du plaisir !!

 

Le petit plus  : j’adore les nouvelles couvertures de mon édition grand format !

 

angélique la fiancée vendue anne golon

 

Le chardon et le tartan # 2 : Le bûcher des sorcières, de Diana Gabaldon

le bucher des sorcières diana gabaldon

Deux siècles… Claire, en franchissant la porte de pierre, a atterri deux cents ans en arrière. Enlevée, violentée, soupçonnée d’espionnage, tiraillée entre Ecossais et Anglais, ses voyages dans le temps n’ont pas fini de lui réserver des surprises… D’autant plus qu’entre Frank Randall, son mari du XXe siècle, et Jamie Fraser, le beau rebelle des Highlands qu’elle a dû épouser pour échapper à la mort, la voici désormais polyandre ! Ce qui n’est pas du goût de Laoghaire, une adolescente amoureuse de Jamie… Et rien n’est plus dangereux qu’une jeune amoureuse.

 

Waouh ! Difficile de parler de ce deuxième livre du Chardon et le Tartan sans trop en dévoiler de l’intrigue. Que je vous rafraîchisse d’aobrd la mémoire : j’avais beaucoup aimé le premier… Que je vous rassure : c’est le cas aussi de celui-ci.

 

 

Aventures, trahisons, secrets, amours, humiliations, et autres tribulations sont au rendez-vous pour le jeune couple Fraser. Que dire d’autre qu’ils vivent leur époque, pas facile certes, et à fond ? et leur amour l’un pour l’autre de la même façon…

 

 

Ils vivent des moments difficiles, et d’autres plus heureux (tout de même !), et le contexte est toujours aussi intéressant -un voyage dans le passé… avec un ingrédient supplémentaire : toutes les questions « philosophiques », ou existentielles, que se pose Claire.

 

 

J’ai passé un excellent moment en compagnie des deux jeunes gens, mais aussi des autres personnages de ce Bûcher des sorcières, qui nous réserve sa part de surprises et de rebondissements. On savait déjà que Claire était une femme extraordinaire, transplantée deux cents ans avant sa naissance, elle ne pouvait que détonner … mais là, le contraste est à la fois plus flagrant, et en même temps, elle s’intègre à sa nouvelle existence.

 

 

 

Bref : un très bon moment de divertissement, mêlant histoire et fantastique !

 

 

Le petit plus : l’évolution des personnages qui ne les rend que plus crédibles.

 

bookcoverlechardonetletartantome2lebucherdessorcieres158292250400.jpg outlander.jpg

logo the end of story

 

 

 

 

 

 

Ami de la liberté, de Michel Cosem

ami de la liberté michel cosem

Le jeune Mathurin se retrouve dans un groupe de résistants en 1944, au moment où se joue l’avenir de la France.
Il va participer à des actions de combat souvent très dangereuses, rencontrer l’amitié et la fraternité. Il va aussi beaucoup grandir dans cette extraordinaire expérience de vie.

 

Enseignante, j’aime lire des oeuvres jeunesse, et celle-ci, éditée par le SEDRAP (éditeur principalement d’ouvrages pédagogiques et de manuels scolaires) a piqué ma curiosité. En effet, je garde un grand souvenir de ma lecture d’ado du Journal d’Anne Franck, qui m’a longtemps « hantée », et j’avais envie de voir ce que donnait un roman avec un jeune héros, lui aussi, mais résistant actif pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Si je reconnais volontiers à Ami de la liberté un grand intérêt du point de vue historique pour les élèves, je dois dire que j’ai eu, en tant qu’adulte, un peu de mal à me passionner pour l’intrigue. Néanmoins, nul doute dans mon esprit que les élèves pourront assez facilement s’identifier à Mathurin, le jeune garçon entré dans le Maquis, et qui va vivre de nombreuses aventures dans les derniers moments de la guerre.

 

Ainsi, ce roman est parfaitement exploitable en classe pour comprendre la Résistance, vue de l’intérieur, et par le biais d’un adolescent, c’est-à-dire avec une vision peut-être moins académique que les leçons d’Histoire habituelles. De plus, l’émotion n’est pas exempte, car Mathurin a rendez-vous avec l’amitié, l’amour, la mort aussi.

 

Les illustrations en Noir et Blanc de Gwendal Lazzara accompagnent le récit, soulignant des instants dramatiques ou cruciaux, ou même encore du quotidien des français à cette époque. Le choix du noir et blanc accentue à mon sens le côté historique et donc documentaire du livre. D’ailleurs, le style de l’auteur prend quelquefois de la distance avec le côté émotionnel d’Ami de la liberté, pour parsemer des considérations et des faits historiques avérés, donnant au roman un certain aspect réaliste.

 

Bref : un court roman qui vaut le détour par son côté « reconstitution historique », en adoptant le point de vue d’un jeune garçon.

 

Le petit plus : un glossaire et une courte chronologie des événements, ainsi que les paroles du Chant des partisans viennent clore ce livre. Décidément, il est parfaitement adapté pour un travail en classe, dès 9 ans.

 

Merci qui ? Merci à Véro de 1000-et-1 qui a attiré mon attention sur ce site qui est une petite mine d’or : Lire pour le plaisir, et merci à eux pour leur confiance sur ce titre, ainsi qu’aux éditions SEDRAP.

 

 

logo sedrap

 

 

#1 logo challenge seconde guerre mondiale

Le bal des louves # 1 : La chambre maudite, de Mireille Calmel

le bal des louves la chambre maudite mireille calmel

Décembre 1500. Au pied des remparts du château de Montguerlhe, sous la lune glacée, gît une jeune fille aux longs cheveux souillés. Elle est ensanglantée, inconsciente. Parce qu’elle était trop belle et qu’elle s’est refusée à son maître, le seigneur François de Chazeron, il a fait pendre son mari à la sortie de leurs noces, il l’a violée, battue, marquée au fer rouge. Mais il a eu tort de la faire jeter aux loups. Car elle n’est pas une jouvencelle comme les autres. Les femmes de sa famille ont d’étranges pouvoirs. Certaines, comme Isabeau, parlent aux loups. D’autres, comme sa sœur Albérie, se transforment les soirs de pleine lune… Et dorénavant, ces deux femmes, ainsi que la petite Loraline qui naîtra de ce viol immonde, ne vivront plus que pour une chose : la vengeance ! Isabeau, Albérie, Loraline, ces femmes endurcies par les épreuves seront tiraillées entre leur désir de vivre pleinement et la soif de vengeance qui ne les quitte pas. Leur destin nous entraîne des souterrains d’une forteresse auvergnate aux salles de bal du Louvre, de la cour des Miracles à celle de François Ier, des prophéties d’un enfant qui deviendra Nostradamus à la recherche de l’élixir de vie et de la pierre philosophale…

 

Aïe ! Je n’ai pas accroché à ce premier tome de la série du Bal des Louves. Pour tout dire, je me suis tellement ennuyée que je ne l’ai même pas fini ! Et pourtant, j’ai essayé. J’avais beaucoup aimé Lady Pirate de Mireille Calmel, et je pensais tout naturellement que ce serait le cas avec cette autre saga de l’auteur, qui promettait beaucoup au vu de la 4ème de couverture ! Las…

 

Mais l’histoire me semble convenue, même les rebondissements m’ont paru de peu d’intérêt. Quant aux personnages, j’y ai trouvé trop de clichés pour y adhérer pleinement. Par exemple, le comte est pour moi particulièrement raté : méchant caricatural et caricaturé, il a tous les défauts de la terre et finalement représente la figure prévisible du seigneur telle qu’on a déjà pu la lire par ailleurs. Arrogant, dépensier, violent, égoïste, plus que macho, rien ne vient rattraper son portrait. Son épouse, c’est un véritable désastre…

 

De plus, l’aspect fantastique du roman (qui a tout pour me plaire a priori) est entâché, lui, par les extraordinaires pouvoirs de la famille maudite : comment, si celle-ci connaissait certains secrets, ne s’en est-elle pas servi avant, avant les grands malheurs, pour échapper au joug seigneurial, et ne les utiliser qu’au moment de la vengeance ? Vous l’aurez compris, pour moi, l’intrigue ne tient pas vraiment la route… D’autant que d’autres incohérences du récit m’ont gênée, gâchant des trouvailles comme celle de la découverte de l’enfant Nostradamus par exemple.

 

Bref : un roman où se côtoient clichés et invraisemblances, trop à mon goût !

 

Le petit plus : euh… je ne vois pas trop, si ! L’histoire des loup-garous est bien imaginée…

 

Les cop’s de la LC ont dit : c’est par ici que ça se passe ! 

 

le bal des louves la chambre maudite mireille calmel

 


1234

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres