Archives pour la catégorie BD

Spynest, mission 1 : Birdwatchers, de JL Sala et Alliel

spynest mission 1 birdwatchers jl sala et alliel

1952, côte Ouest de la Jamaïque. Ian Fleming cherche l’inspiration tout en profitant d’un décor paradisiaque. 1939, San Diego. Un soldat britannique tente de convaincre son supérieur hiérarchique d’utiliser la langue navajo pour coder des messages confidentiels. 1940, Paris. Warren et Terry, deux agents secrets, se glissent dans une réception donnée par des dignitaires du IIIe Reich sous les traits d’ambassadeurs japonais, pour en savoir plus sur ce qui s’y trame.

 

 

Jean-Luc Sala et Alliel se proposent dans cette nouvelle série de nous raconter les origines de James Bond, en s’appuyant sur Ian Fleming -l’auteur- et sa vie d’espion au Service Secret de Sa Majesté pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Vous, je ne sais pas, mais moi, j’adore James Bond, surtout au ciné j’avoue (ah ! Sean Connery !). Alors, lever un coin du voile sur la création du personnage de l’espion le plus connu au monde -une vraie gageure- ne pouvait que m’attirer. D’emblée, dans un préambule, les auteurs nous expliquent comment Ian Fleming a trouvé le nom de son héros, mais aussi des détails troublants concernant celui-ci… Je n’en dis pas plus, vous n’avez qu’à lire (na !).

 

 

Côté scénario, ça se passe bien, on retrouve les éléments qui nous font aimer 007 : actions à gogo, explosions, gadgets, James Bond girl à tomber, mystères, méchants très typés, plus quelques clins d’oeil à la série livresque.

 

 

Côté dessins, ce n’est pas mon style préféré, même si je reconnais volontiers que plusieurs planches sont très réussies à mon sens. Le tout sur fond de nazisme, avec un petit côté steampunk (même si on n’est plus à l’époque victorienne !) : le chef du Soleil Noir m’a fait penser au personnage du même type dans Hellboy.

 

 

Résultat : ça se lit vite, un peu trop à mon goût, car léger sur certains aspects, mais c’est peut-être une volonté des auteurs. J’aurais pour ma part préféré faire durer un peu plus le plaisir, surtout pour le contexte historique, et parce que les personnages me semblent assez peu développés pour le moment.

 

 

Quant au pari de départ, ma curiosité est bel et bien piquée, les premiers éléments de la « théorie » de Sala donnent envie au lecteur d’en savoir plus, surtout si c’est un fan de l’agent secret britannique.

 

 

Bref : ça reste un bon album, le premier d’une série, qui s’achève sur un cliffhanger…

 

 

Le petit plus : l’humour !

 

 

Merci qui ? Merci à Babelio et sa Masse Critique, ainsi qu’aux éditions Soleil pour cette découverte sympathique.

 

Pour aller plus loin : le blog de Chris Alliel et la page Facebook de JL Sala.
 

spynest clin d'oeil

 

Spynest, Tome 1 : Birdwatchers par Jean-Luc Sala

Spynest, Tome 1 : Birdwatchers

 

Critiques et infos sur Babelio.com

 

logo challenge seconde guerre mondiale

 

 

 

Le déclic, intégrale en noir et blanc, de Milo Manara

le déclic intégrale noir et blanc milo manara

Par le simple effet d’une puce implantée dans son cerveau et activée par une télécommande, la belle et prude Mme Christiani, grande bourgeoise frigide, se transforme en une femme impudique…

 

Difficile de parler d’une BD érotique sans tomber dans la trivialité, mais je tente ma chance tout de même. Manara est un des maîtres de ce genre, et Le Déclic est une de ses œuvres mythiques. Dans sa préface, il insiste sur un point que je ne peux que rejoindre : artistiquement, le fantasme est illimité, dans la réalité son accomplissement peut devenir un délit punissable par la loi humaine.

 

 

Ici, Manara s’est amusé à imaginer une bourgeoise coincée qui se trouve soumise par un boîtier déclenchant en elle désirs et plaisirs sexuels irrépressibles. La première partie est certainement la plus amusante, et celle que j’ai préférée, scénaristiquement parlant. Les autres sont sympathiques, et on va sûrement beaucoup plus loin dans les fantasmes (l’auteur, pour cette réédition, s’est auto-censuré, supprimant une scène qui de son point de vue n’apportait pas grand-chose)… 

 

 

A noter bien sûr que ce sont ceux d’un homme qui veut voir une femme totalement sous l’emprise de son bon vouloir, par l’entremise d’une télécommande qu’il actionne.  Au fil des épisodes, celle-ci circule de mains en mains, dénonçant ? s’amusant ? des perversions de bons gros machos aux idées tordues. Le gourou, pour ne parler que de lui, est particulièrement drôle…

 

 

Au-delà des scénarios, plus déjantés les uns que les autres, les dessins de Manara, tout en Noir et Blanc (vous connaissez mon goût pour celui-ci si vous avez déjà lu mes chroniques autour de Small Gods ou de Black Hole), sublime le corps féminin. Autant les mâles sont pour la plupart du temps des caricatures, bedonnants, disgrâcieux, voire carrément moches (rares sont les exceptions), autant les femmes sont belles, avec des corps à tomber. Certes, l’auteur ne nous en épargne aucun détail anatomique, et on a droit à de jolies… hum, vues !

 

 

Côté dialogues, attendez-vous à du cochon, il n’y a pas d’autre mot. Des soupirs, des protestations, des effarouchements, des consentements, des incitations, et du sexe dans un langage bien cru ! Je n’ai pourtant pas été choquée ; pour moi, Manara a d’abord fait de son Déclic un parti pris humoristique, sur un sujet qui ne l’est pas pour certains. A ceux-là, s’ils me lisent, je leur dis juste : le sexe est le jeu des adultes…

 

 

Bref : une BD agréable, drôle et sensuelle néanmoins, réservée à un public averti.

 

Le petit plus : une belle édition intégrale que voilà, que j’avais d’ailleurs offert à Chéri… ben quoi, vous ne faites jamais de cadeau coquin, vous ?

 

 

Alice au royaume de coeur # 1, de Soumei Hoshino et Quinrose

alice au royaume de coeur 1 soumei hoshino et quinrose

Alice Liddell somnole dans son jardin quand un lapin blanc l’entraîne bien malgré elle dans un étrange tunnel. De l’autre côté du miroir, la voilà au centre d’un jeu intrigant et secret : tous les garçons du royaume de Cœur cherchent par tous les moyens à la séduire… quand ils n’essaient pas de la tuer !

 

Alice au royaume de coeur est un manga qui s’appuie sur le célèbre roman de Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles, que j’ai eu du mal à apprécier pour ma part. Alors, pourquoi me lancer dans celui-ci ? D’abord parce qu’on me l’a offert lors d’un swap, ensuite parce qu’on en dit beaucoup de bien en général sur la blogosphère et enfin, parce que ma fille Coquelicot adore cette série.

 

Ce manga détourne en fait l’histoire originale (j’adore les détournements !), et est une petite réussite… En effet, les personnages sont intéressants, complètement revisités, Alice notamment est une jeune fille qui a l’air d’avoir du caractère sans pour autant être la pimbêche que j’ai détestée dans le roman anglais. On sent le conflit latent qui règne entre les « chefs » des trois zones du royaume, et même dans la zone dite neutre, l’horloge, l’ambiance est plutôt pesante, même si on rit aussit. C’est un tome qui met en place l’histoire et les protagonistes, il faut donc être légèrement attentif car Alice fait de nombreuses rencontres -ouf pas trop d’animaux !- et l’intrigue se met en place.

 

 Les dessins sont vraiment sympas comme tout, jolis, mais pas du tout dans le sens « kawaï » du shojo traditionnel, bien plus légers, moins chargés de coeurs et autres artifices propres à ce genre pour filles. 

 

Bref : un premier volume qui augure bien de la suite…

 

Le petit plus : chouette, une lecture partagée avec ma Coquelicot !

 

Merci qui ? Merci à Ana de m’en avoir fait cadeau lors du swap Kawaï.

 

alice au royaume de coeur 1

 

logo challenge bd

 

10/10

 

 

 

Remember, de Benjamin

remember

Le recueil « Remember » mêle histoires en bande dessinée, illustrations et courts textes d’humeur. Dans « Personne ne peut voler, personne ne peut se souvenir », Benjamin raconte sa lutte de tous les instants contre les rigidités de la BD de son pays. Tandis que « L’été de cette année-là » évoque sa jeunesse d’étudiant aux Beaux-Arts, confronté aux brimades et aux histoires de filles.

 

Ca faisait un moment que je voulais lire Benjamin, après l’avoir repéré dans l’émission Un monde de bulles sur LCP en fait. C’est chose faite maintenant, même si j’ai commencé par un recueil qui est plus un témoignage de son travail de jeunesse, accompagnés de billets d’humeur du même Benjamin. 

 

Alors, autant le dire tout de suite, je trouve que c’est un dessinateur très doué… Il y a un sens de la couleur, du mouvement et du trait indéniables. La plupart des dessins sont réalisés grâce à l’outil numérique, et il y a un grand sentiment de réalisme qui se dégage : l’impression qu’on est à la limite de la photographie, dans toute sa diversité (points de vue, flous, détails…), mêlée de techniques de graffeur, est omniprésente.

 

Concernant le récit, il est surprenant, à la fois très occidental et très chinois… Benjamin y fait part de préoccupations d’un jeune d’aujourd’hui qui cherche sa place dans la société -certes un jeune artiste, mais avant tout un homme-, ses tourments d’amoureux… Un thème semble également récurrent, celui de la folie, et on comprend mieux quand on lit les post-face de l’auteur : il a souvent « accouché » de ses dessins et de ses BD dans la souffrance et la douleur, après des nuits peuplées de cauchemars, n’étant jamais vraiment satisfait de son travail, voire pas du tout…

 

Il est clair que le lectorat occidental s’y retrouve largement dans l’oeuvre de ce jeune chinois : graphiquement, les personnages sont loin des caractéristiques asiatiques, mettant en évidence à quel point la Chine s’est occidentalisée et ouvert sur le monde extérieur (les jeunes chinoises ne se font-elles pas débrider les yeux ?), et scénariquement parlant, on a affaire à des personnages qu’on pourrait rencontrer au coin de notre rue !

 

Bref : une jolie expérience en compagnie de Benjamin, que j’aimerais bien poursuivre avec d’autres oeuvres !

 

Le petit plus : La troisième partie semble tout de même plus « chinoise » dans le sens où il a dessiné sa petite amie par exemple…

 

remember2.jpg   benjamin.jpg  benjamin302512.jpg

9/10 challenge BD logo 16/50tour du monde

 

 

Princesse Suplex, de Léonie

princesse suplex

Piledriver, cordes à linge, suplex…
Bienvenue dans l’univers haut en couleurs du catch ! Sueur, corps gras, prises botchées et ambiance de kermesse sont au rendez-vous. Mais derrière les costumes à paillettes se cachent des êtres passionnés, des hommes, mais aussi des femmes avec leurs rêves et leur sensibilité. Très loin des lumières aveuglantes du monde des professionnels, Léonie préfère se focaliser sur le catch amateur en nous narrant les aventures quotidiennes de Princesse Suplex, entre combat et vie de famille, RKO et gratin dauphinois, powerslam et journal de 20 heures.

 

 Etonnante cette petite BD ! Petite par le format et le nombre de pages, mais grande par sa force. Léonie nous conte ici une tranche de vie d’une jeune catcheuse du week-end, une jeune femme qui va au bureau tous les jours et ne vit que pour ces moments où elle se retrouve sur le ring.

 

Je n’aime pas cette mode actuelle où les gamins se prennent pour des catcheurs dans les cours d’école (c’est du vécu !). Mais là, cette BD tout en noir et blanc a beaucoup de charme… celui du catch féminin amateur, où l’amitié est présente, où l’on sent la passion du spectacle. Cela a aussi un petit côté surrané, celui des matchs de catch de province, que mon père me disait adorer, loin du clinquant doré et des montagnes de muscles que l’on voit ces derniers temps à la télé.

 

Du côté du dessin, Léonie a un style efficace, où les points de vue sont intéressants, les mouvements très bien rendus. Ses femmes ne sont pas des anorexiques, mais bien des femmes auxquelles il est finalement (et paradoxalement) assez facile de s’identifier….

 

Bref : cet album vaut le coup d’oeil !

 

Merci qui ? Merci à Babelio et sa Masse Critique, mais aussi aux éditions Manolosanctis, une maison d’édition communautaire.

 

Pour aller plus loin : faites un petit tour sur le site de Manolosanctis, où vous pourrez lire notamment une interview de Léonie, mais aussi plein de choses intéressantes….

 

 extrait princesse suplex


logo manolosanctis

logo babelio

8/10challenge BD logo tour du mondeétape en Suisse (14/50)

 

 


 

 


1234

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

mai 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres