Archives pour la catégorie Auteurs


12345

L’Assassin Royal, tome 3 : La Nef du Crépuscule, de Robin Hobb

la nef du crépuscule

Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l’envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l’ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n’est plus qu’un théâtre d’intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d’entreprendre une quête insensée : aller trouver les anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres…

 

Ah, que c’est formidable de lire une telle épopée fantasy ! Je suis prise dans la vague, et pour tout vous avouer, j’en suis déjà au sixième volume… Accro, totalement accro !! Je me rappelle que j’avais dévoré Les Aventuriers de la Mer du même auteur, mais là… L’Assassin Royal la surclasse aisément ! ou peut-être est-ce parce que je ne dépend pas de la bibliothèque, que j’ai nombre de volumes dans MA bibli à moi !

 

Bref, les personnages sont magnifiques, de contrastes, de faiblesses, de richesses, de beauté, de laideur, de dévouement, de lâcheté, de courage… Plus on avance, et plus ils se découvrent, tout comme les intrigues qui règnent en maîtres semble t-il à Castelcerf.  La magie, présente certes, n’est pas au coeur de tout, non, je crois vraiment que Robin Hobb s’en sert un peu comme d’un prétexte, et en même temps, elle a si bien construit son univers que celle-ci a son importance (bon, je peux le dire, on le découvre au fil de la série !).

 

Je peux donc dire que je me suis laissée emportée par ce souffle épique, formidable d’aventures, de relations humaines tissées avec adresse et qui, au fur et à mesure, tracent le chemin à la grande histoire de cette saga. Du pur bonheur ! C’est si bien fait, qu’on ne s’en rend compte pas vraiment compte, et puis tout s’agence petit à petit comme un énorme puzzle. Du grand art !

 

Le petit plus : Et hop ! à nouveau, je pose une petite balise dans mon Challenge Livraddict… Et je pense que les prochains tomes donneront lieu à une chronique plus « globale ».

Challenge Livraddict 2010

 

 

 

 

 

 

 

L’Assassin Royal, tome 2 : L’Assassin du Roi, de Robin Hobb

l'assassin du roi

Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés ; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui comme son père et tous les nobles du royaume porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s’appelle t’il Vérité et leur demi-frère, né d’un second lit, Royal.

 

Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu’avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s’assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l’Assassin royal. Au service de son roi il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison…

 

Que dire sinon que j’ai tant aimé… voir grandir FitzChevalerie, suivre ses aventures, ses désillusions, découvrir avec lui les Six-Duchés, ses pièges, ses beautés sauvages aussi, partager avec lui et Vérité ainsi que les habitants des Côtes de Cerf leur désespoir face aux Pirates Rouges… Je me suis mise à détester Royal, à chercher à démêler les fils de l’intrigue, me posant les mêmes questions qu’Umbre et les autres…

 

Voici une formidable saga, faite de trahisons, de stratégies, d’amours, d’amitiés, de pièges… bref une grande série épique, comme je les aime, à la sauce Fantasy. Nul doute pour moi que Robin Hobb a eu de l’inspiration en écrivant l’histoire des Six-Duchés ! La forme qu’elle a choisie des mémoires de Fitz ne fait que nous en rendre plus proche, de ce héros si humain, et de nous l’attacher, un peu comme le petit garçon puis l’adolescent qu’il devient.

 

J’avais lu des avis de blogolecteurs, pour qui le deuxième tome était un peu en dessous du premier, voire ennuyeux… Eh bien, moi, j’ai dévoré les lignes, avec un plaisir ineffable de pénétrer dans l’univers riche qu’a su créer l’auteur. Lorsque j’ai reposé le livre, qu’ai-je fait ? J’ai ouvert le suivant !!!

 

Le petit plus : Et hop ! J’avance à grand pas dans mon Challenge Livraddict, et avec joie !!!

 

Challenge Livraddict 2010

 

 

 

 

 

 

L’Assassin Royal, tome 1 : L’Apprenti Assassin, de Robin Hobb

l'apprenti assassin

 

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

 

Que de plaisir en retrouvant Robin Hobb ! Après avoir lu il y a à peu près un an la fabuleuse série Les Aventuriers de la Mer, j’ai enfin fait connaissance avec les Six-Duchés. J’ai adoré suivre les premiers pas de FitzChevalerie, bâtard du roi-servant… Ecrit à la manière des mémoires de celui-ci, c’est passionnant ! L’univers et l’histoire sont si bien construits que j’ai très facilement pu me représenter les décors, les paysages, les personnages et les ambiances.

 

Dès son arrivée à CastelCerf, je me suis attachée à Fitz… et me suis intéressée à ses talents bien particuliers. D’autres protagonistes de ce premier volume de L’Assassin Royal sont attachants également, d’autres détestables, mais tous sont fascinants. Bref, vous l’aurez compris, j’ai été envoûtée par le début de cette saga. Et je n’ai qu’une envie, lire la suite que j’ai par ailleurs déjà acquise ! Je n’en dis pas beaucoup plus, parce que je n’aime pas spoiler.

 

C’est surprenant d’ailleurs à quel point cette série et celle des Aventuriers de la Mer sont prenants alors que Le Soldat Chamane est à mon sens pénible (je n’ai même pas réussi à finir le premier tome !)…

 

Le petit plus : Et hop ! Une avancée de plus dans mon Challenge Livraddict 2010 !

 

Challenge Livraddict 2010

 

 

 

 

 

 

La femme en vert, d’Arnaldur Indridason

la femme en vert

Dans une banlieue de Reykjavik, au cours d’une fête d’anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain.
Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d’Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte.

 

 

En bref : je recommande vivement !

 

En long, en large et en travers : Après avoir lu Le Poète, je me suis retrouvée à nouveau avec deux récits en parallèle, mais cette fois-ci l’un suit l’enquête dite « des ossements », et l’autre, celle d’une famille pendant la Seconde Guerre Mondiale. La tension monte au fur et à mesure que l’enquête avance et que le drame de cette famille arrive à son dénouement, tragique puisqu’on se doute dès le départ que les deux sont liées. Mais cela ne m’a pas gênée, le moins du monde : c’est traité de manière différente en fait.

Pendant tout ce temps, Erlendur est au chevet de sa fille, a du mal à se concentrer sur son enquête, et là encore un parallèle est fait… J’ai apprécié en découvrir plus sur les facettes de ce vieux taciturne dont les relations avec ses enfants, et surtout sa fille, sont toujours chaotiques  tout comme voir se dévoiler un peu plus ce beau gosse de Sirgundir Oli qui prend le chemin de son vieux chef (?). On comprend mieux celui-ci, dont l’attitude n’est pas toujours évidente dès La Cité des Jarres.

Tout le fil conducteur de ce roman, c’est la mémoire… Celle des personnes, le plus souvent âgées, que vont interroger les enquêteurs, celle d’Erlendur, celle de cette période sombre qu’est la Seconde Guerre Mondiale dont il reste peu d’archives sur les personnes « ordinaires », celle que renferment les vieux papiers que les familles ne se décident pas à jeter…

Indridason a du talent pour nous conter ces histoires qui font serrer le coeur… J’ai d’ailleurs refermé le livre en pleurant !

 

Le petit plusLa Femme en vert a raflé de nombreux prix. Entre autres, le prix Clé de verre 2003 du roman noir scandinave et, en Grande-Bretagne, le prix CWA Gold Dagger 2005. Il a également reçu le Grand Prix des lectrices de Elle 2007, dans la catégorie policier.

 

 

tour du monde

 

La Cité des Jarres, d’Arnaldur Indridason

la cité des jarres

L’inspecteur Erlendur, un vieux policier de Reykjavik, mal nourri, toujours de mauvaise humeur, dans la tradition du genre, enquête sur le meurtre d’un vieil homme. Dans l’ordinateur de la victime, on trouve des photos pornographiques immondes et, coincée sous un tiroir, la photo de la tombe d’un enfant de quatre ans. Erlendur n’accepte pas la thèse du crime de drogué en manque, il retrouve un ami de cet homme en prison et découvre le passé de violeur de la victime. A travers l’autopsie de la petite fille morte quarante ans auparavant, il découvre la Cité des Jarres et le fichier génétique de la population islandaise.

 

Lorsque je fréquentais encore la Médiathèque Municipale, une des bibliothécaires m’avait recommandé cet ouvrage, mais il était toujours sorti… Victime certainement de son succès, je n’ai jamais emprunté ce livre. Et puis, je ne vais plus à la bibli, c’est trop compliqué, leurs horaires et mon emploi du temps sont incompatibles. Alors, quand sur Livraddict, BMR nous a proposé son tour du monde en classe polar et nous a parlé d’Indridason, je me suis notée dans ma ptite tête d’y penser… et j’ai sauté sur l’occasion lors d’une visite chez PriceMinister (0.90 € neuf !).

 

Je ne regrette pas… Certes, je préfère les polars plus violents en général (avec plus d’action ? parce qu’il y a pas mal de choses assez horribles ici, mais traitées finalement de façon assez délicate) mais je suis aussi une adepte d’Agatha Christie… J’ai eu l’impression d’être vraiment transportée en Islande, bon je ne connais pas, hormis quelques reportages vus à la télé, mais on ressent bien cet esprit insulaire, à part parce que l’Islande, comme dit ce vieux flic d’Erlendur, a longtemps vécu à l’écart du reste du monde. Le vent souffle, la pluie cingle les visages, et en Islande, les meurtres sont dégueulasses… C’est pas moi qui le dit, m’dame, c’est l’auteur ! Je ne sais pas si vous connaissez cette série, Nom de code : l’Aigle, mais moi, j’adore ! Ca se passe au Danemark, l’Aigle (un flic) est islandais… eh bien, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans le même monde : nordique !

 

L’intrigue est bien ficelée, les personnages sont intéressants, Erlendur est même attachant… L’écriture est vraiment bonne : toutes les descriptions de personnages sont faites sur le mode de rapport de police ou portrait robot (phrases courtes, peu de comparaisons, très pragmatiques) tout comme la description de la scène de crime, et le reste est plus « lyrique », par opposition. Bref, on est placé dans la situation de l’inspecteur en charge de l’affaire, bien que le roman ne soit pas écrit à la première personne.

 

Bref, un bon polar nordique, et je dirais même, avant tout, un bon roman. J’ai dans ma PAL La femme en vert, du même auteur, qui m’attend… mais je suis déjà plongée dans Le Poète, de Michael Connelly.

 

Le petit plus : La Cité des Jarres a remporté le Prix Clé de Verre du Roman noir scandinave, le Prix Mystère de la critique 2006 et celui du Coeur Noir. Et moi, j’ai fait une étape en Islande, dans mon Tour du Monde !

 

Pour en savoir plus : une interview d’Arnaldur Indridason sur Evene.

 

tour du monde

 


12345

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres