Archives pour la catégorie Albums jeunesse

Feu Follet, d’Alain Singeot et Ronan Javré

Feu Follet, d'Alain Singeot et Ronan Javré dans Albums jeunesse feu-follet

La maman de P’tit Louis, le petit lapin, lui fait souvent les mêmes recommandations : ne pas accepter de cadeau de personnes qu’il ne connaît pas, ne jamais suivre un inconnu. Et le jour où Monsieur Garou, le loup déguisé en lapin, voudra le capturer, P’tit Louis saura quoi faire !

Voici un petit album tout sympa, dès la couverture… Graphiquement, il donne déjà envie, et tient ses promesses, les formes et les couleurs enveloppant le petit lecteur dans un monde plutôt rond, et permettant vite à celui-ci de s’identifier au jeune héros de Feu Follet.

L’histoire imaginée par Alain Singeot est de celles dont tout parent rêve car son thème aborde celui, délicat, de l’enlèvement d’enfant par un adulte malintentionné. Las, l’intrigue reste plutôt convenue, les rebondissements peu nombreux, et le tout est un résultat plutôt simple se résumant au message de départ.

Ce qui pouvait n’être qu’un prétexte ne l’est finalement pas, et ceux qui cherchaient comment dire à leurs enfants les dangers qui les menacent ont ainsi un exemple qui peut leur parler, par l’intermédiaire d’un malin petit lapin et d’un méchant loup, et ont donc ici le livre qu’ils recherchaient. A condition de continuer à en parler avec les marmots, Feu Follet étant une bonne ouverture.

Pour les autres, il manque un petit quelque chose, le texte restant assez convenu, limite moralisateur et donc peut-être légèrement indigeste…

Bref : un livre qui se voulait certainement divertissant, mais qui remplit surtout sa toute première mission, instruire les petits lapins des dangers à suivre le grand méchant loup (et pas que parce qu’il a de grandes dents) et de la façon de les éviter.

Le petit plus : ils sont peu les livres qui aident les parents à aborder ce sujet, avec d’aussi jolis dessins, et surtout à partir de 7 ans !

Merci qui ? Merci à Babelio et à Balivernes éditions pour l’envoi grâcieux de cet exemplaire !

 

 

Critiques et infos sur Babelio.com

La vie secrète du Père Noël, Confidences recueillies par Madeleine Riffaud

la vie secrète du père noel

 

Voici un album plus tout jeune, édité chez La Farandole en 1982, avec un ptit côté vintage… mais pas ringard pour deux ronds, que j’ai déniché il y a quelques temps chez un déstockeur.

Si, comme moi,vous aimez les origines des contes, ou les contes qui racontent pourquoi la cigogne a un long bec et pourquoi le lama crache (si, si, ça m’intéresse !!), ce petit livre signé Madeleine Riffaud saura vous séduire.

Parce que plus que la vie secrète du vieux bonhomme, ces Confidences sont plutôt des anecdotes parsemant sa vie très très longue et qui donneront naissance à plusieurs des traditions de Noël, comme le houx, le sapin, les oranges… Et à chaque fois, ces mini-contes ont leur morale que sauront apprécier les lecteurs, en plus de découvrir des petits secrets croustillants, car à chaque fois, tout résulte d’une erreur de la grande légende qu’est le Père Noël.

Humour, morale, origine et illustrations dynamiques signées Serge Bloch, font de cet ouvrage un objet assez rapide à lire, mais qu’on peut explorer plus longuement en se penchant dessus, par exemple dans le cadre d’un projet pédagogique en classe, mais aussi à la maison pour s’amuser (ben quoi ? moi, j’ai adoré écrire ce genre d’histoires quand j’étais gamine !).

Bref : un moment bien sympathique en compagnie du célèbre barbu, en attendant son passage dans la nuit du 24 au 25 décembre.

Le petit plus : c’était ma modeste participation au Calendrier de l’Avent des Livraddicticiens organisé par Marmotte ! Et pour trouver cette Vie secrète du Père Noël, direction votre bibliothèque ou bien les sites de livres d’occasion, car je ne suis pas sûre que sa réédition soit disponible autrement.

logo calendrier de l'avent

 

 

Armeline Fourchedrue, de Quentin Blake

armeline fourchedrue quentin blake

Lorsqu’Armeline Fourchedrue enfourche sa bicyclette, c’est pour en redescendre aussitôt…et bricoler son engin pour en faire un véhicule adapté à toutes les situations : un siège pour son chien Claquebol, 3 klaxons pour avertir les hérissons imprudents, deux parapluies pour se protéger des averses,… La bicyclette d’Armeline va vite devenir, à force d’ingéniosité, un engin extraordinaire…jusqu’à la catastrophe !

 

 Je suis tombée tout à fait par hasard sur ce petit bijou de livre illustré lors d’un remplacement dans une classe de CE1 (oui, je raconte un peu ma vie !). Quentin Blake est surtout connu chez nous pour être l’illustrateur de Roald Dahl, auteur notamment de Matilda ou encore Charlie et la Chocolaterie, ou bien l’excellent Un conte peut en cacher un autre… Mais il a écrit plus de 200 livres !

 

Celui-ci, le premier que je lisais de lui, m’a ravie : l’histoire est drôle comme tout, les dessins, typiques du britannique (empreints d’ailleurs d’une sorte de flegme so british), très « croqués », accompagnent le texte. D’ailleurs je me pose une question : qu’est-ce qui est venu d’abord ? Les dessins ou le texte ? Et surtout, surtout, il a contenté l’enseignante en moi : il est parfait pour ce qu’on appelle dans notre jargon barbare l’horizon d’attente. Pour les non-initiés à ce langage obscur propre à l’Education Nationale, j’explique ! A chaque péripétie d’Armeline Fourchedrue, on peut demander à l’enfant ce qui va se passer ensuite.

 

On peut en faire autant avec son propre enfant, je rassure tout de suite les parents qui me lisent. Ce sera, dans le cas de ce livre plus que sympathique, l’occasion de fous rires partagés assurés. En effet, l’héroïne est une bricoleuse acharnée à l’imagination fertile, dans laquelle nombre de loulous peuvent se reconnaître, et grâce à laquelle ils laisseront libre cours à la leur !

 

Bref : un petit album illustré à l’humour décapant.

Le petit plus : Armeline Fourchedrue est l’héroïne d’autres livres de M. Blake, de quoi sûrement rire encore !

 

mrs armitage quentin blake

 

Donner c’est donner, de Stephanie Blake

donner c'est donner stephanie blake

Simon, le héros de Non pas dodo !, va jouer au circuit chez son copain Ferdinand avec ses trois voitures chouchou, la jaune, la bleue et la verte. En fait, c’est le rouge, sa couleur préférée. Et justement, Ferdinand a une voiture rouge extraordinaire. «Si on échangeait ?» propose Ferdinand. Pas facile de réussir un troc équitable. Trois voitures contre une ? Simon accepte, puis regrette, une fois rentré chez lui. Comment faire pour revenir en arrière ? Heureusement, Simon a une idée terriblement géniale…

 

A la maison, on est fan de Stephanie Blake et de son héros lapin, Simon. Aussi, Donner c’est donner n’a pas fait exception à la règle lors de sa lecture à mes lapinous à moi… A partir de situations très courantes, où les enfants s’échangent des jouets, l’auteur a su créer un album à la fois réaliste et drôle. Les enfants s’y reconnaissent, dans chaque acte et parole des personnages -des enfants eux aussi-, mais aussi dans les émotions des petits héros, et finissent le livre morts de rire.

 

Stephanie Blake sait ainsi raconter une histoire toute simple, mais aussi dédramatiser ce qui peut sembler grave aux petits. Il ne faut pas oublier la valeur qu’ils accordent à une promesse, et que donner c’est donner en est une très importante, preuve de maturité à leurs yeux comme à ceux des autres. Donc, l’album a vraiment parlé à mes trois loustics qui l’ont adoré, adhérant non seulement au texte mais aussi aux illustrations à la fois enfantines et évocatrices. Les couleurs, franches et dans des a-plats, rappellent aux petits les dessins qu’ils peuvent produire eux-mêmes, renforçant encore le sentiment de proximité avec Donner c’est donner, et tous les autres albums de l’auteur, dont c’est une des marques de fabrique !

 

Bref : Désormais, Simon fait partie de la famille, grâce aussi à cet album aux vertus pédagogiques tout en restant ludique.

 

Le petit plus : On en veut encore !!

 

Moko et le grand sorcier, de Martine Cotinat et Maxime Métron

moko et le grand sorcier martine cotinat et maxime metron

 

Mais pourquoi Moko court-il aussi vite au retour de l’école ?
On dirait que d’innombrables petits êtres maléfiques se sont jetés à ses trousses.
Même caché dans sa maison, il ne se sent pas en sécurité.
Il décide alors de s’enfuir encore et d’abandonner sa famille pour leur échapper ?
L’inspecteur Croco n’y comprend rien.
Alors, pour retrouver Moko et l’aider, il faut faire appel au grand sorcier Manitou et à sa magie…

 

Cet album illustré n’a rien de révolutionnaire ni dans son écriture, ni dans ses illustrations. Non, son intérêt réside essentiellement dans son discours pédagogique, délivré sur un mode ludique, en direction des enfants d’abord, et des adultes ensuite dans un deuxième volet de l’ouvrage.

 

Sous prétexte des aventures de Moko le petit singe qui voit ses proches malades et qui, par peur, va se réfugier dans une grotte, les auteurs expliquent aux enfants les bienfaits des microbes et la différence avec les « méchants » qui, contrairement à la première catégorie, attaquent les plus faibles. Comme dans Alice au pays des merveilles, Moko devient minuscule et fait ainsi connaissance avec ces microbes présents partout. Avec cette découverte, viennent aussi les conseils d’une bonne hygiène de vie, accessibles aux plus petits, car dans un langage simple et imagé.

 

A chaque page de texte correspond une illustration très enfantin et qui semble faite aux feutres, outils qu’adorent les plus jeunes. Accompagnant chaque texte, la photo couleur d’un aliment avec une ou des idées de dégustation vient souligner le discours de la variété alimentaire, déjà abordé dans Moko et le secret de la betterave. Le livre se termine par une partie destinée plus spécifiquement aux adultes, mais dont ils pourront sans nul doute se servir pour répondre aux questions que ne manquera pas de poser leur progéniture sur les sujets abordés par Moko et le grand sorcier.

 

En conclusion, l’album a été un franc succès auprès de mes loulous, d’autant que les vilains microbes frappent à notre porte depuis les vacances de Noël (quand on est six à la maison, difficile d’éviter les contacts !). Quant à moi, vous l’aurez compris sans peine, je l’ai trouvé bien fait et d’un réel intérêt, de santé publique !

 

Bref : un album qui sait parler aux petits comme aux grands, dans un langage clair et simple, sur un mode ludique, de quoi faire passer plus facilement les messages contenus.

 

Le petit plus : 7,5 % des ventes de l’ouvrage sont reversés à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants du Monde.

 

Merci qui ? Merci à Livraddict et aux éditions A Contresens pour l’envoi grâcieux de ce petit album très utile !

 


123456

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres