La route, de Cormac McCarthy

La route, de Cormac McCarthy dans Littérature contemporaine la-route

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres. Un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites et de vieilles couvertures. Ils sont sur leurs gardes car le danger peut surgir à tout moment. Ils affrontent la pluie, la neige, le froid. Et ce qui reste d’une humanité retournée à la barbarie.

Si j’ai eu un peu de mal à accrocher au début de ce roman, trouvant le style légèrement artificiel (peu de ponctuation, usage intensif de la liaison « et », pas de marque de dialogue),  j’ai très vite été happée par l’histoire et les personnages… D’un coup, tout s’est harmonieusement mis en place, le style venant au service de ce roman post-apocalyptique.

Les répétitions, l’impression de « hâché » donnent un rythme, adoptent une routine se calquant sur celle de l’homme et du petit, marchant, marchant, cherchant de la nourriture, se reposant, et recommençant sans cesse. Il  y a là quelque chose d’obsédant, confinant quelquefois à la folie… du monde, du père ? d’ailleurs, dans la narration, je trouve qu’on y sent à maintes reprises les pensées du père qui  ont été retranscrites, pétries de fatigue, de lassitude, de peur, de désespoir, d’urgence aussi à raconter…

On se laisse prendre à cette histoire, s’identifiant facilement aux héros de La route, désignés seulement par  les termes de l’homme et le petit : ils peuvent être n’importe qui, là-bas, un peu plus loin ou de l’autre côté de la terre. On assiste à une lutte pour la survie, coûte que coûte, de ces deux-là, mais aussi des autres survivants, perdus dans ce monde dévasté recouvert de poussière grise, à l’infini. Partis vers l’océan, il semble que le voyage n’en finira jamais, et il est difficile de s’imaginer comment l’humanité survivra dans ce nouvel environnement.

Cormac McCarthy raconte surtout les relations entre un père et son fils, entre un éducateur et un apprenant, c’est un passage de relais sur la planète, c’est aussi un être qui vieillit, un autre qui grandit. Ils apprennent mutuellement l’un de l’autre (quand on est parent, on apprend beaucoup !), se soutiennent,  et finalement, même si les conditions de vie sont extrêmes, l’essentiel et l’important sont là.

Petit bémol : quelques facilités de scénario, ici ou là, avec des rebondissements bien pratiques, qui dénaturent à mon sens l’esprit de La route ; l’auteur cède au mélo, et même si la fin apporte de l’émotion, je l’ai trouvée légèrement afadie par ces concessions.

Bref : un roman que j’ai failli reposer, mais qui a su m’emmener à la suite de ses héros, pour réfléchir et ressentir…

Le petit plus : l’adaptation cinématographique avec Vigo Mortensen, que je me laisserai aller  à regarder si d’aventure elle me tombe sous les yeux.

logochallengepetitbac.vignette dans Littérature étrangère

 

 

 

bookclub.vignette dans Romans Science-Fiction

8 commentaires à “La route, de Cormac McCarthy”


  1. 0 enna 19 jan 2012 à 7:26

    Moi aussi j’ai failli le reposer, j’avais du mal à rentrer dedans et puis, j’ai adoré! C’est quand même fort!

  2. 1 flof13 20 jan 2012 à 1:41

    Ah, Enna ! je vois qu’on ne partage pas seulement des lectures via ton challenge, mais aussi quelques goûts communs… en général, je n’aime pas abandonner un livre, sauf cas exceptionnel de torture littéraire, mdr !!! Et là, je ne regrette pas, même si je ne peux pas dire que je l’ai adoré, comme toi, c’est un roman à lire.

  3. 2 Frankie 20 jan 2012 à 19:47

    C’est vrai qu’au début on est dérouté mais finalement c’est super prenant ! Comme toi, j’ai regretté quelques facilités (je ne sais pas si ce sont les mêmes…) mais finalement, j’ai trouvé cette histoire très prenante.

  4. 3 Cath 20 jan 2012 à 22:57

    J’ai été prise aux tripes. C’est une histoire d’amour absolu de ce père pour son fils, cet amour est palpable malgré l’absence de mots entre eux, malgré l’absence de description de tout sentiment.

  5. 4 flof13 21 jan 2012 à 2:29

    Encore un avis partagé… concernant les facilités, j’en ai parlé un peu plus en détail sur le Book Club de livraddict ! dur de ne pas en parler ici sans dévoiler…

  6. 5 flof13 21 jan 2012 à 2:30

    C’est vrai, c’est d’ailleurs bien rendu aussi avec les rêves et les souvenirs du père, mais aussi par le regard que porte le père sur son fils…

  7. 6 Nathalie 30 jan 2012 à 23:00

    Je suis entièrement d’accord avec ta chronique, c’est une très belle histoire une fois qu’on arrive à s’y plonger !

  8. 7 flof13 30 jan 2012 à 23:12

    voilà, le conseil à donner : ne pas se laisser décontenancer par le style, il finit par vous parler… et vous aurez du mal à lâcher le livre avant la fin !

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

janvier 2012
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres