• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 4 août 2011

Archives pour 4 août, 2011

Georgina Kincaid # 5 : Succubus Shadows, de Richelle Mead

succubus shadows richelle mead

Georgina a des superpouvoirs, elle est immortelle, elle est capable de séduire n’importe quel homme (ou femme), elle peut changer de forme à volonté… Mais donner un coup de main pour la préparation du mariage de son ex c’est une tout autre histoire. Heureusement, il y a des distractions, comme ce succube récemment débarqué à Seattle. Mais le réel danger réside dans la force mystérieuse qui a commencé à envahir les pensées de Georgina… 

 

Aïe ! On peut dire que Richelle Mead n’hésite pas à infliger ennuis et souffrance à Georgina. Déjà, notre pov’succube avait eu plus que sa part depuis le début de la série, mais là, elle est gâtée. Par ce procédé, l’auteur nous permet d’explorer encore plus le caractère de notre héroïne qui, bien qu’ayant vendu son âme, n’en reste pas moins profondément généreuse.

 

Cette fois-ci, l’intrigue tout entière est tournée vers Georgina, contrairement à Succubus Heat, et est très cohérente. Les problèmes de la fille de Lilith et les solutions qui y seront apportées jettent encore plus le trouble sur son histoire, son contrat et sur sa propension à attirer les catastrophes.

 

Que dire des personnages ? On les connaît bien, les côtoyant depuis quatre tomes déjà, mais s’il est vrai qu’on aimerait en savoir plus sur Jérôme et Carter, l’auteur nous lâche malgré tout quelques indices précieux qui contribuent à nous faire trépigner de frustration et d’impatience (je suis certaine pour ma part que le prochain volet annoncé comme le dernier sera un grand lever de rideau sur le démon et l’ange mystérieux – spéciale dédicace à Frankie qui bout de savoir !).

 

Et Seth ? Ah, Seth… grand fantasme des lectrices sur Succubus Blues,  et grande déception depuis Succubus Dreams… Je ne dirais pas grand-chose (motus et bouche cousue, le spoiler ne passera pas par moi), cependant sachez que vous allez apprécier l’évolution de l’écrivain dans Succubus Shadows, et que allez certainement développer quelques soupçons le concernant, comme moi… en adéquation avec ceux que je nourris sur le contrat de notre héroïne.

 

Enfin, ce volet se conclut sur un rebondissement… tip-top ! Et un cliffhanger à brûler d’impatience (vivement la sortie de ce mois d’août pour la lire la conclusion de la série en VO).

 

Bref : un volet de qualité, qui donne son pesant de mots en -tion : informations, émotions et actions.

 

Le petit plus : Le sexe est léger, léger, de quoi ravir les lecteurs qui le trouvaient trop présent jusque là.

 

succubus shadows richelle mead

challenge fangs addict

 

 

 

 

 

Le cadavre dans la rolls, de Michael Connelly

le cadavre dans la rolls michael connelly

Anthony Aliso, producteur de cinéma, est retrouvé dans le coffre de la Rolls où il a été abattu. L’inspecteur Harry Bosch pense à une exécution mafieuse, mais les spécialistes de Cosa Nostra lui affirment que non, contre toute évidence… Plus curieux encore, l’emploi du temps d’Aliso fait apparaître qu’il aurait dû être à Las Vegas lorsqu’il a été tué. Enfin, sa veuve n’a pas l’air autrement bouleversée par sa mort… Vengeance d’épouse bafouée ? Règlement de comptes impliquant de gros bonnets de la police ? La question se pose d’autant plus fort que personne ne semble pressé d’aider l’inspecteur dans son enquête.

 

Le cadavre dans la rolls est encore un opus réussi de la série consacrée à Harry Bosch par Michael Connelly. Chronologiquement, ce polar se situe juste entre Le dernier coyote et L’envol des anges, deux enquêtes d’un de mes Harry préférés que je n’ai pas lues.

 

 

Celui-ci vient de réintégrer la Brigade des Vols et des Homicides, et c’est sa première affaire depuis un an ; il fait équipe avec Jerry Edgard et, pour la première fois, avec Kiz Rider. Ceci étant, il est toujours aussi talentueux, intuitif et conscient de sa mission, très humain également. L’enquête qu’il dirige va le mener sur différents sentiers, qu’il explorera avec ses co-équipiers ; ils croiseront le chemin de différents services de police, mettant une fois encore en lumière les arcanes complexes de ceux-ci, qu’ils soient politiques, territoriaux…

 

 

C’est passionnant, car l’intrigue a été mitonnée aux petits oignons, qu’elle réserve rebondissements et surprises qui auront prise aussi bien professionnellement qu’intimement sur les différents acteurs de ce polar. Parce qu’aussi Michael Connelly explore plusieurs aspects de la société américaine (les quartiers résidentiels sécurisés -bunkerisés ?-, le blanchiment d’argent), et que Bosch se frottera une nouvelle fois au FBI avec qui, décidément, les relations sont difficiles.

 

 

Ca bouge bien, les protagonsistes ont de l’épaisseur et de la nuance, on ne s’ennuie pas une seconde et si j’ai entrevu une partie de la vérité, la lumière ne m’a été apportée qu’à la fin, par l’auteur, sur un joli plateau d’argent, lorsque l’inspecteur principal du LAPD dénoue pour nous les fils d’un écheveau entremêlé et tortueux, dans un dénouement… mortel !

 

 

Bref : un Connelly comme je les aime avec un Harry Bosch aux commandes comme je l’aime !

 

 

Le petit plus : Même si je ne les lis pas dans l’ordre chronologique, j’apprécie vraiment de découvrir à chaque fois de nouveaux aspects chez ce héros sombre.

 

trunkmusic.gif  trunkmusic.jpg

trunkmusic1.jpg trunkmusicb.jpg

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

août 2011
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres