• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 21 juin 2011

Archives pour 21 juin, 2011

Les Vampires de Manhattan # 2 : Les Sang-Bleu, de Melissa De La Cruz

les sang-bleu melissa de la cruz

A Venise comme à New York, la fête bat son plein. Sublime et glaciale, la rivale de Theodora Van Alen, Mimi Force, prépare le grand événement chez les vampires: le bal des Quatre-Cents. Robes haute couture, hype attitude, baisers vénéneux dans les palaces, tout serait parfait si derrière les masques les vrais dangers ne guettaient pas Theodora et ses amis… Des vampires sexy en Coco Chanel illuminent Manhattan.

 

 

On retrouve les différents personnages des Vampires de Manhattan, occupés par diverses « missions ». Tandis que Théodora recherche son grand-père à Venise et que Mimi se prépare pour le Bal des 400, Bliss est plongée dans d’affreux cauchemars. On reprend donc l’histoire là où elle s’est arrêtée au volume précédent.

 

 

 

Entre ambiance de fête, glamour et fashion, les pouvoirs vampiriques de Théo la sang-mêlée grandissent et se révèlent. Les relations des Sang-Bleu entre eux nous sont dévoilées plus profondément et les Sang d’Argent nous apparaissent plus clairement, éclaircissant ainsi les quelques zones d’ombres qui demeuraient en refermant le premier opus.

 

 

 

Romance, intrigues, coups bas, sorts noirs, tels sont les ingrédients de cet opus bit-lit à la sauce volontairement très chick-lit. Oui, car ici, les filles sont très préoccupées par leur apparence, jouent aux mannequins sur leur temps de loisirs et font les délices de la presse people. Une fois cet aspect de la série digéré, voire apprécié par certains lecteurs, on en aimera certainement les autres épices, Les Sang-Bleu étant un volet sympathique des Vampires de Manhattan.

 

 

 

Bref : un deuxième volume qui réserve sa part de surprises, et se laisse lire en bon divertissement.

 

 

 

Le petit plus : une fin ouverte sur la suite, Les Sang d’Argent, avec un lot de promesses alléchantes !

 

 

masquerade melissa de la cruz

challenge fangs addict

 

 

 

 

 

Le déclic, intégrale en noir et blanc, de Milo Manara

le déclic intégrale noir et blanc milo manara

Par le simple effet d’une puce implantée dans son cerveau et activée par une télécommande, la belle et prude Mme Christiani, grande bourgeoise frigide, se transforme en une femme impudique…

 

Difficile de parler d’une BD érotique sans tomber dans la trivialité, mais je tente ma chance tout de même. Manara est un des maîtres de ce genre, et Le Déclic est une de ses œuvres mythiques. Dans sa préface, il insiste sur un point que je ne peux que rejoindre : artistiquement, le fantasme est illimité, dans la réalité son accomplissement peut devenir un délit punissable par la loi humaine.

 

 

Ici, Manara s’est amusé à imaginer une bourgeoise coincée qui se trouve soumise par un boîtier déclenchant en elle désirs et plaisirs sexuels irrépressibles. La première partie est certainement la plus amusante, et celle que j’ai préférée, scénaristiquement parlant. Les autres sont sympathiques, et on va sûrement beaucoup plus loin dans les fantasmes (l’auteur, pour cette réédition, s’est auto-censuré, supprimant une scène qui de son point de vue n’apportait pas grand-chose)… 

 

 

A noter bien sûr que ce sont ceux d’un homme qui veut voir une femme totalement sous l’emprise de son bon vouloir, par l’entremise d’une télécommande qu’il actionne.  Au fil des épisodes, celle-ci circule de mains en mains, dénonçant ? s’amusant ? des perversions de bons gros machos aux idées tordues. Le gourou, pour ne parler que de lui, est particulièrement drôle…

 

 

Au-delà des scénarios, plus déjantés les uns que les autres, les dessins de Manara, tout en Noir et Blanc (vous connaissez mon goût pour celui-ci si vous avez déjà lu mes chroniques autour de Small Gods ou de Black Hole), sublime le corps féminin. Autant les mâles sont pour la plupart du temps des caricatures, bedonnants, disgrâcieux, voire carrément moches (rares sont les exceptions), autant les femmes sont belles, avec des corps à tomber. Certes, l’auteur ne nous en épargne aucun détail anatomique, et on a droit à de jolies… hum, vues !

 

 

Côté dialogues, attendez-vous à du cochon, il n’y a pas d’autre mot. Des soupirs, des protestations, des effarouchements, des consentements, des incitations, et du sexe dans un langage bien cru ! Je n’ai pourtant pas été choquée ; pour moi, Manara a d’abord fait de son Déclic un parti pris humoristique, sur un sujet qui ne l’est pas pour certains. A ceux-là, s’ils me lisent, je leur dis juste : le sexe est le jeu des adultes…

 

 

Bref : une BD agréable, drôle et sensuelle néanmoins, réservée à un public averti.

 

Le petit plus : une belle édition intégrale que voilà, que j’avais d’ailleurs offert à Chéri… ben quoi, vous ne faites jamais de cadeau coquin, vous ?

 

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

juin 2011
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres