Archives pour juin 2011

Les Maîtres du destin : Si vous tenez à le savoir.com, d’Arthur Ténor

SI VOUS TENEZ A LE SAVOIR.COM ARTHUR TENOR

Ouvrez grand le livre du Destin. Un site de voyance en ligne sème la panique. Le principe ? Un devin répond à une première question sur votre avenir, gratuitement. Les suivantes sont à 1000 euros. Ça ressemble à une arnaque classique, mais après plusieurs essais, le commandant Antoine Rochand s’aperçoit que le site dit la vérité. Quand à Caroline, une adolescente d’une quinzaine d’années, elle reçoit un mail du voyant, non pour lui prédire l’avenir, mais pour l’appeler à l’aide. Avec Antoine, elle se lance sur la piste de Super Devin, sans savoir ce que le futur lui réserve !

 

Voilà un titre bien séduisant pour des lecteurs dits young adult, et dans lequel les plus vieux peuvent tout de même y trouver leur compte.

 

 

C’était le premier roman d’Arthur Ténor que je lisais, et je dois dire que je l’ai trouvé bien agréable ; ça se lit tout seul, et l’intrigue fonctionne bien avec son parti pris policier sur fond de fantastique. Le pendant jeunesse à Sire Cédric, en bien moins trash et moins adulte que L’enfant des cimetières ou De fièvre et de sang.

 

 

Les personnages principaux -Caroline, l’ado curieuse et le Capitaine Rochant- permettent facilement de contenter tous les lecteurs, d’autant qu’ils sont tous deux attachants. Arthur Ténor a su faire d’eux des figures réalistes, donnant ainsi à son récit une crédibilité qui « déteint » sur l’élément fantastique de ce premier opus des Maîtres du Destin : on se pose des questions, on doute, on se demande comment tout cela est possible…

 

 

Le thème de l’intrigue est universel : l’homme est curieux de ce que sera fait son avenir, la surabondance des sites de voyance en est la preuve moderne…. Ici, l’auteur nous interroge sur ce sujet et sur les conséquences de la justesse de prédiction. C’est drôle, ça me rappelle une série, Flash Forward, adapté du roman éponyme.

 

 

L’histoire est teintée de jolis sentiments, d’humour aussi (ah, la sonnerie du téléphone portable du flic !), et d’abnégation. On referme le livre avec quelques interrogations en tête, et la sensation d’un bon moment de lecture. Les mots coulent simplement, sans jamais bêtifier le lecteur, et on avale ce roman plus vite que l’éclair !

 

 

 

Bref : un roman ancré dans la réalité, ce qui donne plus du poids au fantastique, le rendant plausible, troublant donc.

 

 

Le petit plus : Pour avoir des nouvelles d’Arthur Ténor, n’hésitez pas à visiter son blog. De  plus, Si vous tenez à le savoir.com a été lauréat du Prix Jasmin du salon du livre jeunesse d’Agen et du Prix des collèges du Territoire de Belfort 2010. Le roman a son site aussi !

 

La petite info éditeur : Décidément, la collection MSK des éditions du Masque ne manque pas d’intérêt. Souvenez-vous notamment de la série Les Agents de M. Socrate

 

 

Merci qui ? Merci à Pimprenelle et son opération mensuelle Découvrons un auteur, qui m’aura encore permis de lire un auteur français que je ne connaissais pas, et dont je lirai à n’en pas douter d’autres oeuvres, prolifique qu’est le monsieur.  Et maintenant, allez faire un tour du côté des autres participants !

 

 

logo arthur ténor

 

 

 

 

 

 

 

Kitty Norville # 2 : Kitty au Capitole, de Carrie Vaughn

kitty norville kitty au capitole carrie vaughn

Lorsqu’on est devenue célèbre grâce à une émission de radio – et loup-garou, accessoirement -, on préfère être entendue plutôt que vue, vous me comprenez certainement. Mais voilà, maintenant que j’ai été invitée à témoigner devant le Sénat sans aucun moyen d’y échapper, mon visage a été retransmis sur tous les écrans de télévisions du pays. Comme si je n’avais pas suffisamment d’ennemis! Parmi les nouveaux venus, la reine vampire de la ville et un député plus que religieux… Mes ennuis ne font que commencer…

 

 

 

Kitty Norville est une série sympathique, il n’y a pas à dire. Certes, ce n’est pas le coup de foudre comme avec Les Chroniques de MacKayla Lane, mais pour qui aime la bit-lit, c’est un bon cru. L’héroïne est attachante, les personnages secondaires intéressants, et l’intrigue fonctionne bien.

 

 

Les loups-garous, les vampires et autres créatures surnaturelles sortent de leurs tanières : le Sénat américain veut savoir si leur existence est avérée et convoque une commission d’enquête au cours de laquelle Kitty doit témoigner.

 

 

Dans ce deuxième opus, l’auteur règle certaines choses engagées dans le premier, et c’est appréciable d’avoir la réponse à une partie de nos interrogations. Carrie Vaughn maîtrise son intrigue, ses personnages -et en premier lieu, son héroïne- et la ligne directrice de la série ; c’est intelligemment fait et maintient notre intérêt depuis le début.

 

 

Comme dans Femmes de l’Autremonde, ce que j’aime dans cette saga, c’est le point de vue de la femme louve, et là, avec Kitty, on est servi ! C’est le temps du coming out des créatures surnaturelles, où les autorités cherchent à savoir quelle attitude adopter face à ces « phénomènes », où Kitty prend conscience de toutes les implications de sa propre révélation, et où l’univers créé par Carrie Vaughn pourrait faire penser à un avant Anita Blake, quand le monde ignorait tout des vampires, lycanthropes et autres, ou à Mercy Thompson (ou Alpha et Omega) quand le Marrock décide qu’il est temps de se dévoiler.

 

 

Les personnages du roman sont bien dessinés, et on s’attache un peu plus à notre DJ-garou…  On poursuit notre découverte de ceux rencontrés dans Kitty et les ondes de minuit, et on rencontre de nouveaux protagonistes, au cœur par ailleurs d’une inextricable lutte pour l’exploitation et l’exploration des êtres fantastiques,  et finalement pour le pouvoir que tout cela peut impliquer.

 

 

Bref : un opus riche et dense, qui permet de dépasser le simple côté bit-lit, en posant quelques questions semblables à celles qu’on posé les super-héros dans les comics, comme Spiderman, et consorts.

 

 

Le petit plus : j’ai la suite de la série dans ma PAL… en VO ! De quoi travailler my english language !

 

kittywashingtonb.jpg  kittywashington.jpg

 

challenge fangs addict
 

 

 

 

Myron Bolitar # 2 : Balle de match, de Harlan Coben

balle de match harlan coben

Dans le monde du tennis professionnel, certains n’hésitent pas à remplacer la balle jaune par une autre d’un plus petit calibre aux effets mortels. Comme celle qui a mis définitivement fin à la carrière de l’ancienne championne Valérie Simpson par exemple.
Pour l’agent sportif Myron Bolitar, c’est une nouvelle enquête semée d’embûches qui commence. Qui avait intérêt à tuer Valérie ? Et pourquoi celle-ci a-t-elle cherché à le joindre la veille de son assassinat, après un long silence ? Quel rapport enfin entre elle et le protégé de Myron, Duane Richwood, la star montante de la raquette américaine ?
Personne ne semble très enclin à répondre à ces questions. Alors quand la mafia et un sénateur véreux s’en mêlent, Myron comprend que le jeu va être décisif…

 

Balle de match est la deuxième aventure mettant en scène Myron Bolitar et son meilleur ami Win. C’est un duo étonnant que celui-là, qui nous donne à voir une enquête sous un jour particulier. Car ni l’un ni l’autre ne sont policiers ou détectives, mais ont travaillé un temps pour le FBI et sont censés être « rangés des voitures ». Or, un certain sens de la justice les anime tous deux, et Harlan Coben nous offre avec eux toutes les nuances de l’âme humaine, de la morale, de la vérité, bref de la vie.

 

Malgré le soleil éclatant qui luit sur les courts de Flushing Meadows dans Balle de match, tout est gris, quand certains ne voient que du noir ou du blanc. L’auteur exploite ainsi toute une palette de personnages comme autant de couleurs plus ou moins vives, discrètes ou défraichies par le passé. Car, comme bien souvent chez Coben, celui-ci resurgit quand on ne l’attend pas, avec une force insoupçonnable de prime abord, mais souvent destructrice.

 

Avec dérision, humour noir et sans enjolivures, on suit l’enquête de Bolitar/Dom Quichotte ; on devine, on hume la vérité, on se trompe et on referme le livre avec le même sentiment que tout le long de cette lecture : l’existence est souvent en demi-teinte, même si les émotions et l’imprévu sont au rendez-vous, rien n’est jamais acquis pour sûr, rien n’est jamais complètement déterminé.

 

Bref : Jeu, set et match pour Coben, qui balade le lecteur pour mieux le surprendre.

 

Le petit plus : une petite incursion dans le monde du tennis professionnel, et des sportifs de haut niveau (le contexte de tous les romans de la série Myron Bolitar).

 

dropshot.jpg dropshotb.jpg dropshotc.jpg

 

 

Les Vampires de Manhattan # 3 : Les Sang-d’Argent, de Melissa De La Cruz

les sang d'argent melissa de la cruz

  A Manhattan ou à Rio, en Balenciaga ou en Prada. Theodora Van Alen défile maintenant pour les couturiers les plus hype et fréquente en secret Jack Force. Hélas, la suspicion enfle dans le petit monde des vampires. Qui sait réellement d’où vient la jeune fille ? Tous les regards se tournent vers elle, et pas seulement ceux des photographes. Lorsque les sang-bleu sont invités à un dîner de gala au Brésil, Theodora croit échapper aux rumeurs. Mais quelqu’un l’attend à Rio et le danger est plus grand qu’une chute en Stiletto.

 

C’est le roman des révélations, où les ennemis dévoilent leur visage, où les amants secrets finissent par ne plus l’être… Espoirs, déceptions, batailles, larmes, joies, dangers… Les différentes transcriptions de rapports, les articles de journaux, les lettres, tout prend un sens pour le lecteur, comme pour certains acteurs de ce troisième volet   aux Vampires de Manhattan.

 

 

Tendresse, violence, générosité, égoïsme… Les Sang d’Argent, c’est aussi le volume des antagonismes, sans manichéisme toutefois. De la nuance, des couleurs certes, mais une ambiance tout de même plus sombre que dans les précédents opus.

 

 

Toutefois, rien n’est résolu, et le dénouement n’en est pas vraiment un, donnant ainsi rendez-vous pour la suite…

 

 

Bref : un opus palpitant, plus mûr aussi, où l’on passe moins de temps sous les fanfreluches, comme dans les deux précédents de la série.

 

 

Le petit plus : Ah, cliffhanger, quand tu nous tiens !

 

revelation melissa de la cruz

 

challenge fangs addict

 

 

 

 

Les Vampires de Manhattan # 2 : Les Sang-Bleu, de Melissa De La Cruz

les sang-bleu melissa de la cruz

A Venise comme à New York, la fête bat son plein. Sublime et glaciale, la rivale de Theodora Van Alen, Mimi Force, prépare le grand événement chez les vampires: le bal des Quatre-Cents. Robes haute couture, hype attitude, baisers vénéneux dans les palaces, tout serait parfait si derrière les masques les vrais dangers ne guettaient pas Theodora et ses amis… Des vampires sexy en Coco Chanel illuminent Manhattan.

 

 

On retrouve les différents personnages des Vampires de Manhattan, occupés par diverses « missions ». Tandis que Théodora recherche son grand-père à Venise et que Mimi se prépare pour le Bal des 400, Bliss est plongée dans d’affreux cauchemars. On reprend donc l’histoire là où elle s’est arrêtée au volume précédent.

 

 

 

Entre ambiance de fête, glamour et fashion, les pouvoirs vampiriques de Théo la sang-mêlée grandissent et se révèlent. Les relations des Sang-Bleu entre eux nous sont dévoilées plus profondément et les Sang d’Argent nous apparaissent plus clairement, éclaircissant ainsi les quelques zones d’ombres qui demeuraient en refermant le premier opus.

 

 

 

Romance, intrigues, coups bas, sorts noirs, tels sont les ingrédients de cet opus bit-lit à la sauce volontairement très chick-lit. Oui, car ici, les filles sont très préoccupées par leur apparence, jouent aux mannequins sur leur temps de loisirs et font les délices de la presse people. Une fois cet aspect de la série digéré, voire apprécié par certains lecteurs, on en aimera certainement les autres épices, Les Sang-Bleu étant un volet sympathique des Vampires de Manhattan.

 

 

 

Bref : un deuxième volume qui réserve sa part de surprises, et se laisse lire en bon divertissement.

 

 

 

Le petit plus : une fin ouverte sur la suite, Les Sang d’Argent, avec un lot de promesses alléchantes !

 

 

masquerade melissa de la cruz

challenge fangs addict

 

 

 

 

 


123

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

juin 2011
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres