L’enfant des cimetières, de Sire Cédric

l'enfant des cimetières sire cédric

  Lorsque sa collègue Aurore l’appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière? Est-ce un homme ou un démon ? Le journaliste, qui n’a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l’enfant des cimetières, jusqu’aux confins de l’inimaginable…

 

 

Sire Cédric est de ces auteurs de thrillers fantastiques, aux accents gothiques, se nourrissant de légendes, de religions, de peurs enfouies et de magie. Un peu à la manière d’un Maxime Chattam ou du couple Camut-Hug. Avec L’enfant des cimetières, il opte pour un récit ancré dans la démonologie dès le prologue, dont il fait une -presque- jolie histoire, poétique surtout.

 

L’enfant des cimetières, c’est la naissance d’une légende urbaine, qui va terrifier toute une ville, depuis le simple personnage lambda jusqu’au flic le plus vindicatif en passant par la journaliste en mal de sensations. Sire Cédric joue avec nos croyances, toujours sur le fil du rasoir, dans l’ambiguité, suggérant beaucoup, révélant finalement assez peu, laissant l’imagination du lecteur faire le plus gros du travail. Il nous prend dans sa toile, tissée avec des mots qui font peur, des mots qui n’expliquent pas vraiment, mais qui déclenchent les mécanismes de notre cerveau prompt à tirer des conclusions, toujours en jouant sur le propre de l’homme : se questionner sur la vie après la mort…

 

C’est noir, très noir, certes et il faut quelquefois avoir le coeur bien accroché pour supporter certaines scènes, qu’elles soient gores ou simplement angoissantes. Heureusement, le roman est illuminé par la présence de Kristel, personnage fantasmagorique au possible, et par l’amour qui l’unit au journaliste David Ormeval. Bon, j’avoue que parfois, leur relation fusionnelle m’a légèrement tapé sur les nerfs -j’ai un peu de mal avec les couples fusionnels, ça échappe à ma compréhension de l’amour !-, mais j’ai tout de même apprécié la légèreté qu’ils apportent. D’ailleurs, il est à noter qu’ils représentent tous deux les deux faces du lecteur : celui qui, enthousiaste, se laisse emporter par sa spiritualité, et l’autre qui, plus terre à terre, doute bien plus… Il y a un autre profil de lecteur, au fait, grâce à Aurore : celui qui, opportuniste de mille et une façons, apprécie le sensationnel, la magie pour le spectacle qu’elle en donne.

 

Côté thriller, on est servi, pas de doute : on cherche des solutions, on s’interroge, on doute, on trouve ou pas ! Le mystère plane, et on se régale. Comme avec le superbe Commissaire Alexandre Vauvert, inénarrable, impayable, impitoyable, et insondable. Une vraie réussite que celui-ci, c’est d’ailleurs agréable de le rencontrer dans sa première aventure, après un De fièvre et de sang, où sa nature se révélait bien plus.

 

L’écriture est brillante, nerveuse, très rythmée, emportant tout sur son passage. L’auteur alterne la narration avec des articles de journaux, des extraits de livres ésotériques et autres ; on adhère sans mal, on y croit, on s’y croit même… difficile de décoller ses yeux du bouquin pour retourner à des tâches plus terriennes !

 

Bref : ce roman remplit parfaitement son contrat, et on passe un moment très intéressant, car toujours sur le point de chuter.

 

Le petit plus : une discussion avec Sire Cédric aura lieu le 13 avril au soir sur Livraddict, un moment sûrement passionnant, dont je me réjouis d’avance.

 

Merci qui ? Merci à Livraddict et aux éditions Pocket pour leur confiance lors de ce partenariat.

 

livraddict small logo éditions pocket

 

 

 

8 commentaires à “L’enfant des cimetières, de Sire Cédric”


  1. 0 Laure 11 avr 2011 à 7:32

    Dans ma PAL depuis éééééééénormément de temps pourtant j’ai super envie de le lire mais bon … je traine.

  2. 1 MyaRosa 11 avr 2011 à 15:45

    J’avais également beaucoup aimé ce livre. Très très noir et sanglant. C’était mon premier thriller gothique.

  3. 2 Véro 11 avr 2011 à 20:51

    Par contre, Le jeu de l’ombre m’a beaucoup déçu …

  4. 3 flof13 11 avr 2011 à 23:50

    @ MyaRosa : oui, c’est un bon roman du genre !

    @ Véro : ah oui ? je vais aller voir ton billet alors !!

  5. 4 jellybells 12 avr 2011 à 19:56

    et bien! tu as l’air super emballée!!! ça donne envie…bon, j’ai toujours de fièvre et de sang à lire…faut vraiment que je me fasse une session thriller policiers ect…ça date!

  6. 5 flof13 13 avr 2011 à 0:19

    tu m’étonnes !!! mais bon, c’est mêlé de fantastique, ça devrait te plaire sans problème !!!

  7. 6 BlackWolf 13 avr 2011 à 11:15

    De cet auteur j’ai lu De Fièvre et de Sang que j’avais bien aimé. J’ai le Jeu de L’ombre dans ma PAL, mais je me laisserai bien tenter par l’enfant des cimetières. Ta chronique donne envie.

  8. 7 flof13 13 avr 2011 à 15:23

    Moi aussi,j’ai bien aimé De fièvre et de sang… allez, laisse-toi tenter par celui-ci définitivement ! ;)

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

avril 2011
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres