• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Archives pour février 2011

Moko et le grand sorcier, de Martine Cotinat et Maxime Métron

moko et le grand sorcier martine cotinat et maxime metron

 

Mais pourquoi Moko court-il aussi vite au retour de l’école ?
On dirait que d’innombrables petits êtres maléfiques se sont jetés à ses trousses.
Même caché dans sa maison, il ne se sent pas en sécurité.
Il décide alors de s’enfuir encore et d’abandonner sa famille pour leur échapper ?
L’inspecteur Croco n’y comprend rien.
Alors, pour retrouver Moko et l’aider, il faut faire appel au grand sorcier Manitou et à sa magie…

 

Cet album illustré n’a rien de révolutionnaire ni dans son écriture, ni dans ses illustrations. Non, son intérêt réside essentiellement dans son discours pédagogique, délivré sur un mode ludique, en direction des enfants d’abord, et des adultes ensuite dans un deuxième volet de l’ouvrage.

 

Sous prétexte des aventures de Moko le petit singe qui voit ses proches malades et qui, par peur, va se réfugier dans une grotte, les auteurs expliquent aux enfants les bienfaits des microbes et la différence avec les « méchants » qui, contrairement à la première catégorie, attaquent les plus faibles. Comme dans Alice au pays des merveilles, Moko devient minuscule et fait ainsi connaissance avec ces microbes présents partout. Avec cette découverte, viennent aussi les conseils d’une bonne hygiène de vie, accessibles aux plus petits, car dans un langage simple et imagé.

 

A chaque page de texte correspond une illustration très enfantin et qui semble faite aux feutres, outils qu’adorent les plus jeunes. Accompagnant chaque texte, la photo couleur d’un aliment avec une ou des idées de dégustation vient souligner le discours de la variété alimentaire, déjà abordé dans Moko et le secret de la betterave. Le livre se termine par une partie destinée plus spécifiquement aux adultes, mais dont ils pourront sans nul doute se servir pour répondre aux questions que ne manquera pas de poser leur progéniture sur les sujets abordés par Moko et le grand sorcier.

 

En conclusion, l’album a été un franc succès auprès de mes loulous, d’autant que les vilains microbes frappent à notre porte depuis les vacances de Noël (quand on est six à la maison, difficile d’éviter les contacts !). Quant à moi, vous l’aurez compris sans peine, je l’ai trouvé bien fait et d’un réel intérêt, de santé publique !

 

Bref : un album qui sait parler aux petits comme aux grands, dans un langage clair et simple, sur un mode ludique, de quoi faire passer plus facilement les messages contenus.

 

Le petit plus : 7,5 % des ventes de l’ouvrage sont reversés à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants du Monde.

 

Merci qui ? Merci à Livraddict et aux éditions A Contresens pour l’envoi grâcieux de ce petit album très utile !

 

Phaenomen # 2 : Plus près du secret, d’Erik Lhomme

phaenomen plus près du secret erik lhomme

Handicaps ? Pouvoirs surnaturels ? Les troubles dont souffrent Violaine, Claire, Nicolas et Arthur en ont fait des marginaux. Persuadés qu’il existe un lien entre leur état et l’existence d’une vie extraterrestre, ils mènent l’enquête de Londres jusqu’en Patagonie. Mais quels intérêts supérieurs menacent-ils ? Quelle est cette mystérieuse organisation qui lance contre eux ses tueurs à gages ? Les quatre adolescents vont l’apprendre à leurs dépens : plus près du secret, c’est aussi plus près du danger… Le deuxième livre de la nouvelle trilogie d’Erik L’Homme : Attention, dossier ultrasensible !

 

Cette série est excellente ! D’abord parce que l’intrigue est vraiment très bien construite : tout s’enchaîne comme dans une horlogerie bien huilée. De plus, Erik Lhomme mêle avec brio action, aventure, mystère et fantastique, ce qui donne un mélange très réussi, de rebondissements en révélations, et qui accroche le lecteur aux pages de ce deuxième opus, tout comme il l’a fait pour Phaenomen qui ouvrait la trilogie éponyme. C’est tout simple, je l’ai dévoré d’une seule traite ! Je peux dire également que l’écrivain s’appuie sur tout un fond historique, littéraire et mythologique, qui vient enrichir le fil de l’histoire.

 

Ensuite, parce que les personnages sont réellement intéressants : on les découvre petit à petit, non seulement au travers de leurs actes, leurs comportements, mais aussi de bouts de souvenirs, de cauchemars, de réflexions qui ouvrent chaque début de chapitre, comme l’auteur l’a fait dans le précédent volume. Les quatre héros sont attachants, plein de complexité, et ont grandi… Les adultes autour d’eux sont surprenants, on avance peu à peu dans le mystère qui s’éclaircit tout en s’épaississant… si, si ! En ayant parfaitement imaginé les protagonistes de Plus près du secret, l’auteur nous donne un éventail de caractères, de personnalités et d’histoires riches et particulièrements vivantes, très réalistes paradoxalement au contexte fantastique choisi.

 

Enfin, l’écriture est fluide, on a droit à des extraits de documents à la fin de chaque chapitre qui donne un éclairage sur les différents sujets ou thèmes que traite le roman. De quoi satisfaire une part de notre curiosité, tout en l’attisant davantage encore. Et de quoi donner lieu à des questionnements, des réflexions sur notre société autour de Big Brother, pour aller un peu vite, et bien d’autres sujets !

 

Bref : ce roman est une belle réussite, et lorsqu’on le referme, une seule idée : ne plus seulement être Plus près du secret, mais connaître le fin mot du mystère !

 

Le petit plus : une saga jeunesse qui ravira également les adultes, car d’une simplicité de ton certes, mais digne de nombreux intérêts (historique, scientifique, informatif…) en dehors de « l’emballage » divertissant.

 

L’anneau de Moebius, de Franck Thilliez

l'anneau de moebius franck thilliez

Pour sa première enquête, Victor Marchal aborde son métier de flic par sa face la plus noire : une ex-star du porno torturée, une mise en scène macabre, et une plongée dans le monde interlope des déviants sexuels et des monstres de la nature.
Depuis toujours, Stéphane Kismet est, quant à lui, hanté par des images prémonitoires mais cette fois elles obéissent à une indéchiffrable et terrifiante logique. Dans ses rêves, Stéphane possède une arme, il est recherché par la police, une petite fille est morte…
Les trajectoires de Victor et Stéphane vont se rejoindre. C’était écrit.
L’un n’a encore rien vu, l’autre ignore qu’il sait déjà tout…

 

Franck Thilliez est incontestablement un auteur de thrillers à talent : il nous a concocté ici une intrigue où le fantastique le dispute à l’horreur, horreur des crimes commis bien sûr, mais aussi celle que vit un homme persuadé de voir l’avenir et qui veut le changer. Ce n’est certes pas la première fois qu’un écrivain se sera penché sur la question du destin, du temps et de son fonctionnement, des univers parallèlles. Mais Thilliez nous prend au piège de son histoire et de ses personnages, et sous couvert de son énigme policière, nous emmène sur les chemins de la physique quantique, sur la conscience des rêves…

 

Ses protagonistes, complexes pour la plupart, nous offrent une large palette de caractères et de situations dramatiques -dans le sens théâtral du terme. Les rebondissements sont nombreux, la vérité joue à cache cache avec nous et il est difficile de lâcher L’anneau de Moebius une fois qu’on en a commencé la lecture, tant l’auteur a su tissé sa toile habilement.

 

On se pose nombre de questions, tant sur l’enquête menée par Victor Marchal que sur les rêves de Stéphane Kismet, tout comme sur les autres personnages qui partagent leurs existences. On est sur le fil du rasoir, toujours, l’émotion est là, souvent, et quand on croit en avoir fini, il y en a encore !

 

Bref : un très bon thriller qui confirme et même au-delà, tout le bien que je pensais de Thilliez lors de mes lectures de Train d’enfer pour Ange rouge et Deuils de miel (dont je m’aperçois que je ne l’ai pas chroniqué !)

 

Le petit plus : Vous pouvez retrouver ici le récapitulatif des billets des autres participants à Découvrons un auteur chez Pimprenelle.

 

Et dedans ? 

Les monstres représentent pourant la rencontre du scandaleux et de l’obscène, ils concilient l’inconciliable, ils sont l’association des contraires.

 

 

logo thilliez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les carnets de Max Liebermann # 1 : La justice de l’inconscient, de Frank Tallis

la justice de l'inconscient frank tallis

En ce début de XXe siècle à Vienne, où l’on peut croiser Freud, SchSnberg, Klimt et bien d’autres encore, les cafés sont le lieu de débats fiévreux. C’est dans cette atmosphère d’effervescence artistique et scientifique que Max Liebermann, jeune psychiatre et pianiste à ses heures, mène ses enquêtes avec son ami Oskar Rheinhardt, inspecteur et… chanteur lyrique amateur. Et ils vont avoir fort à faire avec le cas de cette jeune et jolie médium retrouvée morte chez elle dans une pièce fermée de l’intérieur. Une note griffonnée de ses mains laisse penser à un suicide. Pourtant, les indices déroutants s’accumulent : l’arme du crime, un pistolet, a disparu, et aucune trace de la balle n’est retrouvée durant l’autopsie… Serait-ce l’intervention d’un esprit maléfique ?

 

La justice de l’inconscient s’inscrit dans la grande tradition des romans policiers dits « énigmes en chambre close », comme Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux, l’un des tout premiers. Mais, au contraire de ce dernier qui m’avait profondément ennuyée, le roman de Frank Tallis est passionnant. Parce qu’il s’inscrit  dans un contexte particulier, celui des débuts de la psychanalyse et de la psychologie qui abandonne peu à peu ses préjugés, et historiquement  dans celui d’un sentiment antisémite grandissant. 

 

On est donc à Vienne, ville de musique,  et on suit en parallèle l’enquête sur le meurtre mystérieux d’une jeune medium et les soins que donne le Dr Liebermann à une jeune femme soudainement atteinte de paralysie partielle. Le tout est très accrocheur. Liebermann met au service de l’énigme ses talents et ses connaissances de psy : hypnose, interprétation des rêves, observations (lapsus, comportements…), que l’on peut retrouver plus ou moins lors des séances avec sa patiente.

 

Les personnages se dévoilent peu à peu et nous apparaissent plus complexes qu’au prime abord. L’auteur fait la part belle aux femmes dans un monde en mutation -sociétale, technologique, médicale- au travers de beaux portraits. Frank Tallis écrit  bien, ses démonstrations et explications, scientifiques et psychologiques notamment, ne tournent jamais à la leçon de choses ennuyeuse. En outre, La justice de l’inconscient est très bien documenté, et permet de se plonger dans la Vienne du début du 20ème siècle, avec plaisir pour les lecteurs passionnés d’histoire comme je le suis.

 

De plus, l’intrigue est construite comme une machine bien huilée, la fin est étonnante, et on referme le livre avec un sentiment d’attente, car on sait que nous n’en avons pas fini avec les héros des Carnets de Max Liebermann.

 

Bref : un bon roman policier, inscrit dans une grande tradition, mais avec un gros atout, celui de la psychologie clairement revendiquée.

 

Le petit plus : Frank Tallis est docteur en psychologie, spécialiste des troubles obsessionnels, un gage quant à cet aspect du livre.

 

Et après ? Du sang sur Vienne est la deuxième aventure de Liebermann, et j’ai bien l’intention de la lire !

 

 

mortal mischief frank tallis

 

 

Georgina Kincaid #2 : Succubus Nights, de Richelle Mead

succubus nights richelle mead

L’amour, ça fait mal. Et nul ne le sait mieux que Georgina Kincaid, à qui il suffirait d’embrasser son petit ami pour le vider de sa force vitale. Car Georgina est un succube, un démon qui tire son pouvoir du plaisir des hommes. C’est vrai qu’il y a des compensations plutôt sympas : elle peut changer de corps à volonté et elle est immortelle. Mais ne pas pouvoir roucouler avec le seul homme qui l’accepte comme elle est, c’est trop injuste ! Dans la librairie où elle travaille, c’est aussi un peu chaotique. Son collègue Doug a un comportement pour le moins étrange et Georgina soupçonne quelque chose de bien plus démoniaque qu’une overdose d’expressos. Et voilà que son meilleur ami immortel, un incube irrésistible, l’appelle sur une mission de séduction plus que délicate. Une fois encore, Georgina va devoir remuer le ciel et l’enfer, et vite !

 

Georgina est de retour et ses relations amoureuses sont mises en avant d’une manière qui ne manque pas d’ironie : succube, adorant le sexe de surcroit, elle ne peut faire l’amour avec celui qu’elle aime sans risquer la vie de ce dernier. Résultat : on assiste au développement d’une histoire d’amour tendue sur ce point, mais qui repose sur d’autres éléments. Cela permet à Richelle Mead d’explorer des thèmes comme la fidélité, l’honnêteté ou encore la confiance, et le bonheur d’être ensemble tout simplement, en complicité…

 

Mais Succubus Nights est également un opus où le thème de l’amitié est largement exploité, ce qui est assez drôle au pays des démons et autres créatures maléfiques, quand on y s’attarde deux secondes. D’ailleurs, l’auteur aime les situations cocasses et nous en fait bien profiter ; c’est vraiment sympa de se détendre de cette façon ! Bien sûr, le sexe n’est pas exempt de ce deuxième volume, au travers de scènes plutôt graphiques, avec un langage imagé. Il vaut mieux laisser la morale de côté en lisant les aventures de Georgina, qui, si elle a un code d’honneur (si l’on peut dire), n’en est pas moins succube et faible ! C’est quasiment bien pire qu’Anita qui a l’excuse de l’Ardeur et ne savait pas à quoi s’attendre, contrairement à la fille de Lilith !

 

Bref : à nouveau , un bon moment, où sexe, alcool et rock’n roll sont au rendez-vous et qui met encore plus que Succubus Blues l’accent sur les relations de Georgina avec ses proches.

 

Le petit plus : euh… attention, quelques moments particulièrement hot, donc de la bit-lit résolument adulte, ce qui n’est pas pour me déplaire !

 

Merci qui ? Merci à Jellybells qui m’a prêté son livre et dont vous pouvez allez lire la chronique ici.

 

succubus nights
 


123456

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres