Scream Test, de Grégoire Hervier

scream test grégoire hervier

Los Angeles. Sept jeunes gens disparaissent, laissant leurs familles sans nouvelle. Tous ont pour point commun d’avoir participé à des castings de reality shows. L’enquête menée par le lieutenant Clara Redfield connaît un rebondissement inattendu lorsqu’on découvre que les disparus sont les candidats d’une émission de télé réalité diffusée sur Internet, The last one, en concurrence directe avec l’émission d’ABC, The good one. Une concurrence déloyale qui met le FBI sur les dents et fait exploser l’audimat grâce à son nouveau concept : chaque jour, le perdant sera exécuté en direct. Bientôt toutes les chaînes de télé traditionnelles couvrent l’événement et rivalisent d’ingéniosité pour gagner la bataille de l’audimat. L’une d’elles va jusqu’à organiser un loft des familles des futures victimes, qui assistent ainsi en direct à l’élimination (au sens propre !) de leur progéniture… Pendant ce temps, Clara piste les criminels, des as de l’informatique qui sont parvenus à effacer toute trace de leur site.

 

Je suis restée un peu perplexe en refermant ce livre, je dois avouer…

 

D’abord, ce qui m’a beaucoup plu, c’est que Grégoire Hervier trace ici un portrait au vitriol de la télé-réalité en particulier, et de la société du spectacle en général, voire de la société tout court. Ensuite, ce roman, défini par l’éditeur comme un slasher littéraire, est fortement baigné par les goûts de l’auteur en matière de cinéma, littérature et musique, et il est vrai qu’il est agréable de voir citer du Blaise Cendrars aussi bien que du Velvet Underground. L’intrigue est bien menée, mais… il y a un mais !

 

Si le style d’Hervier est la plupart du temps fluide et efficace, il entrecoupe son récit d’informations, sur la télé-réalité notamment, sur un ton carrément documentaire, qu’il prête à ses personnages, créant une une rupture somme toute assez peu crédible. Les infos en elles-mêmes restent intéressantes et servent le propos de Scream Test, certes, mais semblent inadaptées au profil des personnages qui s’expriment ainsi.

 

Justement, parlons des personnages : bien croqués pour la plupart, ils composent une palette de la société américaine d’aujourd’hui, dès lors qu’il s’agit de protagonistes engagés dans le monde des medias, d’une façon ou d’une autre. Ils manquent peut-être d’un peu d’épaisseur pour certains, néanmoins ils tiennent bien leurs rôles dans ce roman assez surprenant.

 

Le concept même sur lequel s’appuie le jeu extrême créé pour l’intrigue met merveilleusement en exergue les dérives de ces medias, au travers essentiellement des émissions de télé-réalité, mais aussi d’internet, de l’info-chos, info-spectacle : le monde veut du sensationnel, se vautrer dans le malheur des autres, fait d’inconnus des héros à la gloire éphémère. Ici, tout est porté à son paroxysme : l’éphémère est tel qu’il se traduit par la mort. Le malheur est celui des familles désespérées voulant sauver leurs proches, et entrant dans la danse morbide plus ou moins à contrecoeur.

 

Du côté des méchants, l’auteur nous offre finalement non pas un, non pas deux, mais trois psychopathes ! Chacun est différent, malade à sa manière, perdu dans sa logique propre et son monde plus ou moins virtuel. Une collection de monstres plus terrifiants les uns que les autres : aux lecteurs de faire son choix ! Bien évidemment, l’horreur ne serait pas complète si on n’avait pas de l’autre côté les forces de police et du FBI, pas en adéquation, luttant au coude à coude pour sauver les victimes, pour des raisons à l’opposée l’une de l’autre, et des responsables de l’enquête dans le même état d’esprit.

 

Tout est donc réuni pour nous tenir en haleine, soutenu par des chapitres très courts et une action temporelle d’à peine une semaine !

 

Bref : Malgré quelques passages plus gênants au niveau narratif qu’à celui de leur pertinence, ce roman est un bon thriller bourré de références…

 

Le petit plus : Premier roman de Grégoire Hervier, nul doute que le prochain sera meilleur, sur les traces d’un Maxime Chattam par exemple…

 

mlemaudit.jpg   psychose1.jpg

levoyeur.jpg   1219816827bloodfeastaff.jpg vendredi 13

 

4 commentaires à “Scream Test, de Grégoire Hervier”


  1. 0 Véro 12 jan 2011 à 21:54

    Le thème ne me tente pas trop et vu les quelques réticences que tu cites, je prèfère m’abstenir.

  2. 1 flof13 12 jan 2011 à 22:12

    et puis, ce n’est pas comme si ta PAL était mini-mini, non ? ;)

  3. 2 jellybells 24 jan 2011 à 18:41

    le contexte télé réalité ne m’attire pas du tout! par contre j’adore la couv!

  4. 3 flof13 24 jan 2011 à 18:43

    la couv’ est chouette oui, c’est ce qui m’a attirée aussi… comme quoi ce que je disais pour la Caverne peut s’avérer payant !

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

janvier 2011
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres