• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 novembre 2010

Archives pour 22 novembre, 2010

La princesse au petit pois, de Thierry Dedieu

la princesse au petit pois dedieu

Il était une fois un prince qui désirait se marier avec une princesse, mais attention, pas n’importe laquelle : une Vraie princesse! Il fit donc le tour du monde pour en trouver une, mais rentra bredouille, car si les princesses ne manquaient pas, difficile de s’assurer qu’elles étaient de véritables princesses…
C’est pourquoi, lorsqu’un soir d’orage une jeune fille trempée se présenta au château et déclara qu’elle était une Princesse, quoi de plus normal que de vérifier ses dires… à l’aide d’un petit pois!

 

Tout le monde connaît ce conte d’Andersen… Nombre d’adaptations illustrées ont été éditées. Je suis tombée par hasard sur celle-ci à la Médiathèque, attirée par la première de couverture et le nom de l’auteur-illustrateur. Il faut dire que Thierry Dedieu est l’auteur de Yakouba, un magnifique album illustré sur l’Afrique, que j’ai étudié à l’IUFM !

 

C’est à une édition tout en carton avec des illustrations pleine page et des textes très courts qu’on a affaire ici. Très clairement, l’album est destiné aux très jeunes lecteurs. Le texte est simple, touchant au but à chaque fois, sans chichis ni détours, et les illustrations sont très belles, mais très particulières. Elles ont en effet un petit goût de film d’animation, avec des  personnages qu’on pourrait presque croire sortis de l’univers des créateurs de Wallace et Groomit (que j’adore !), des effets de lumière très cinématographiques voire théâtraux. Cette impression est renforcée par les points de vue divers et très originaux qu’a adoptés Dedieu.

 

Bref : un album chaleureux, qui a enthousiasmé mes trois petits loulous !

 

Le petit plus : l’édition tout-carton faite pour les petites mains et des manipulations nombreuses est vraiment top ! Et si vous voulez voir le travail de Thierry Dedieu, n’hésitez pas à faire un tour sur son site.
princesse2.jpg  princesse3.jpg

13/24 challenge albums

 

 

Coraline, de Neil Gaiman

coraline

Coraline vient de déménager et découvre son environnement, une étrange maison qu’elle et ses parents partagent avec des voisins peu communs : deux anciennes actrices et un vieux toqué éleveur de souris savantes. « Je suis une exploratrice ! », clame Coraline. Gare pourtant : derrière la porte condamnée, un monde magique et effrayant l’attend.

 

C’est le premier ouvrage de Neil Gaiman qui passe entre mes mains, et sûrement pas le dernier ! Coraline est tout simplement un petit trésor d’inventivité, qui laisse la porte ouverte aux questions des lecteurs. En effet, jamais on ne saura exactement quels genres de créatures Coraline rencontre ni pas mal d’autres éléments du roman.

 

L’univers fantastique est très bien construit, mais le talent de Gaiman est de laisser le lecteur se faire son film. Visuellement et créativement, de nombreuses trouvailles font de ce court roman un livre passionnant. Tout d’abord, l’auteur sait ménager ses effets et créer des ambiances, ainsi que des personnages. D’entrée de jeu, on comprend que Coraline est dans une maison pas comme les autres, avec des voisins loufoques, et des parents si occupés que la petite fille est plutôt livrée à elle-même. 

 

Son passage dans l’autre maison fait irrésistiblement penser à Alice au Pays des Merveilles, avec un soupçon de De l’autre côté du Miroir (où tout semble être presque comme chez elle), un chat qui n’est pas sans rappeler le Chat du Cheshire et une héroïne effrontée qui entre très vite en résistance contre la Méchante Reine (de Coeur ?). Ainsi, tout s’inverse, comme dans le miroir… Les parents semblent attentionnés, le chat du jardin parle et… je vous laisse le soin de lire Coraline pour le découvrir !

 

Roman qu’on pourrait qualifier de conte initiatique, où l’héroïne doit apprendre et grandir, faire preuve d’intelligence d’âme et de coeur, ce récit est écrit simplement, comme on pourrait le raconter lors d’une veillée au coin du feu, pour frissonner, rire, espérer et… aimer !

 

Bref : une découverte très agréable, celle d’un talent d’auteur très riche…

 

Le petit plus : Henry Selick a adapté le roman pour le cinéma, je ne l’ai pas encore vu, mais ma chère Jellybells en a écrit une chronique.

 

Challenge Livraddict 2010  logo challenge alice

 

 

Zombie Story # : Zombie Island, de David Wellington

zombie island

A la suite d’une catastrophe mondiale les pays les plus développés sont envahis par des hordes de zombies cannibales. Seules quelques enclaves subsistent, en Somalie notamment. A la recherche d’un remède, un groupe d’adolescentes surarmées, menées par un employé des Nations Unies, se rend à New York. Tous se croient préparés au pire. Mais dans l’île de Manhattan en ruine, ils vont bientôt découvrir que la non-mort est loin d’être le destin le plus terrifiant…

 

Après avoir découvert Wellington avec sa série Vampire Story (# 1, # 2), nous avons lancé sur Livraddict une nouvelle Lecture Commune sur sa toute première saga. Comme son nom l’indique, ce roman est consacré aux zombies, qui n’ont rien à voir avec ceux d’Anita Blake ! Ici encore, l’auteur ne fait pas dans la dentelle, et nous sommes dans un roman d’horreur, bien éloigné de la bit-lit à laquelle Milady nous a habitués et a conquis un public quasiment exclusivement féminin.

 

Même si je ne suis pas très branchée « gore », les scènes les plus « hards » ne m’ont pas propulsée aux toilettes pour y rendre mon repas. Je reste néanmoins inquiète quant à la tranquilité de mes futures nuits ! Tout simplement parce que règne plus qu’un sentiment de dégoût, une sensation d’apocalypse qui est assez effrayante !

 

Wellington, tout comme avec Vampire Story, a su renouveler le genre et la « mythologie » du zombie. Créant un roman apocalyptique, il nous emmène au bord du gouffre, enchaînant les scènes d’actions, parsemant son récit de  moments plus posés pour nous permettre de découvrir certains éléments qui nous font approcher la vérité (mais il faudra sûrement attendre le deuxième tome pour en être encore plus près)… L’humour est également présent, permettant d’alléger l’atmosphère bien tendue.

 

Espérant peut-être récupérer une dernière goutelette d’eau sucrée, il enfonça son doigt à l’intérieur de la canette et l’y coinça. Il secoua sa main violemment, essayant de sortir son doigt, mais celui-ci resta coincé.

 

Cela semble presque comique, maintenant que je décris cette scène, mais sur le moment, eh bien, on ne se moque pas des morts. C’est moins une question de respect que de peur. Quand on a affronté des cadavres animés, on est obligés de les prendre au sérieux. Ils étaient trop dangereux et trop horribles pour les traiter à la légère.

 

Efficace, rythmé, logique, Zombie Island nous entraîne à la suite de personnages brillamment imaginés, qu’on voit évoluer, auxquels on s’attache pour certains, et pour lesquels la curiosité nous dévore pour d’autres. La fin, très « cliffhanger », m’a mise sur des charbons ardents !!!

 

Bref :  un très bon moment, où on joue avec des peurs enfouies en nous… la mort !

 

Le petit plus : Les deux opus suivants sont déjà disponibles chez Milady… et si vous avez envie de regarder un film de zombie plus léger que ce livre, je vous recommande Fido qui permet de s’amuser sur ce thème !

 

Mes complices de la LC : Frankie, Mystix, BambieSlaughter, Azariel87, Karline05,  Thalia, Hécléa, Mallou, Delirgirl1, Anneso, Furby71, Petitlips, Lexounet, Iluze, Pommette.

 

couv27049426.jpg couv15767763.jpg

dark side

 

 

 

 

7/12

 

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

novembre 2010
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres