La Trilogie Berlinoise, de Philip Kerr

la trilogie berlinoise

 

 Publiés pour la première fois dans les années 1989-1991, « L’été de cristal », « La pâle figure » et « Un requiem allemand » évoquent l’ambiance du Ille Reich en 1936 et 1938, et ses décombres en 1947. Ils ont pour héros Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise devenu détective privé. Désabusé et courageux, perspicace et insolent, Bernie est à l’Allemagne nazie ce que Phil Marlowe était à la Californie de la fin des années 30 : un homme solitaire témoin de la cupidité et de la cruauté humaines, qui nous tend le miroir d’un lieu et d’une époque. Des rues de Berlin  » nettoyées  » pour offrir une image idyllique aux visiteurs des Jeux olympiques, à celles de Vienne la corrompue, théâtre après la guerre d’un ballet de tractations pour le moins démoralisant, Bernie va enquêter au milieu d’actrices et de prostituées, de psychiatres et de banquiers, de producteurs de cinéma et de publicitaires. Mais là où la Trilogie se démarque d’un film noir hollywoodien, c’est que les rôles principaux y sont tenus par des vedettes en chair et en°os.*Heydrich, Himmler et Goering…

 

 

 

Passionnée d’Histoire et aimant le genre policier, La Trilogie Berlinoise avait tout pour me plaire. Et ce fut le cas.Cette édition du Livre de Poche réunit les trois volumes que Philip Kerr a consacré à son héros Bernhard Gunther, détective privé, ancien inspecteur de la police allemande, dans ses enquêtes entre 1936 et 1947. Une période de l’Histoire que je trouve pour ma part passionnante, et où l’on croise des personnages comme Himmler, Heydrich ou encore Goering…

 

Le talent de Philip Kerr fait revivre pour nous toute l’ambiance  de ces heures sombres de l’Allemagne, où les petits détails, les anecdotes du quotidien nous plongent littéralement au coeur de la vie de ses habitants. D’autre part, les personnages sont fascinants, qu’ils soient historiques ou fictifs. Rencontrer le chef de la Gestapo est plutôt… troublant, par exemple. Kerr sait à merveille nous faire entrer dans l’intime, sans pudeur, sans concession, et sans chichis. Il nous transmet également le malaise ressenti par Gunther, anti-nazi cynique et pourtant obligé de « collaborer ».

 

Du côté policier, je n’ai pas été déçue, chaque volume ayant su apporter son lot de surprises, révélations, rebondissements. De quoi être tenue en haleine jusqu’au bout ! Du reste, l’auteur a su renouveler à chaque fois son scénario, ne s’enfermant pas dans un schéma récurrent, chose que certains auteurs de polars ont tendance à adopter,lassant ainsi le lecteur.

 

Bref, un très bon moment en compagnie de Bernie Gunther, héros tout en nuances, qui n’est pas sans rappeler le héros de la tradition du roman noir, mais vivant dans une Allemagne terrible et qui lui donne un quelque chose d’inédit. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, apprenant des détails historiques que j’ignorais (je ne vous dis pas lesquels, lisez donc !).

 

Le petit plus :  J’ai bien envie de poursuivre l’aventure avec Gunther dans La mort entre autres. Et une étape en Ecosse, car Kerr est né à Edimbourgh !

 

 

 

Merci qui ? Merci à Livraddict et au Livre de Poche pour ce partenariat, dont j’avais très envie après avoir lu les critiques de Jess sur son blog.

 

 

 

tour du monde  livraddict small livre de poche logo

9 commentaires à “La Trilogie Berlinoise, de Philip Kerr”


  1. 0 El Jc 31 août 2010 à 7:10

    Philip Kerr a su saisir à la perfection l’ambiance de ce Berlin d’avant guerre, livré à la folie du nazisme par une époque trouble, un peuple perdu et une démocratie vacillante. La restitution qu’il en fait dans les petits détails de la vie quotidienne suffit à se faire une idée assez précise de la chape de plomb et d’acier qui s’abattit sur cette vieille puissance et sur l’Europe.

  2. 1 flof13 1 sept 2010 à 22:07

    Tout à fait d’accord avec toi, El Jc !!!

  3. 2 jellybells 2 sept 2010 à 16:46

    ben tu m’as convaincue! histoire et policier! trop bien….bon, les romans historiques avant j’avais peur, mais maintenant je vais un peu plus tenter, vu qu’on peut avoir de bonne surprises…

    contente de te voir de retour!!! j’espere que ta pré rentrée c’est bien passée! bisouuuuus

  4. 3 Véro 4 sept 2010 à 20:56

    C’est marrant mais cette trilogie ne m’attire pas … Contente de te retrouver !Bises.

  5. 4 Livresque 25 sept 2010 à 21:32

    Bonsoir Flof!

    Je suis désolée mais je ne vais pas pouvoir prendre en compte ce livre-ci pour le tour du monde car l’Ecosse fait partie du Royaume-Uni.

    Bonne soirée

  6. 5 séverine 29 sept 2010 à 13:01

    Bonjour,
    Je viens de découvrir ton blog. Certains livres cités que je ne connais pas donnent envie d’être lus. A bientôt.

  7. 6 séverine 29 sept 2010 à 13:03

    Désolée, j’avais fait une erreur d’adresse de mon blog… Oooups !

  8. 7 Luna 1 août 2011 à 8:10

    La trilogie berlinoise est une très belle surprise pour moi : c’est ce à quoi je m’attendais, mais en beaucoup, beaucoup mieux…

    J’ai adoré l’ambiance du livre : le trait n’est pas forcé, je trouve ça vraiment très agréable !

    J’ai très envie de découvrir d’autres livres de Philip Kerr :)

  9. 8 flof13 2 août 2011 à 0:54

    ah tant mieux, Luna ! si tu aimes Philip Kerr, il a écrit d’autres aventures de Bernie (que j’ai chroniquées ici par ailleurs), et d’autres choses encore… Ca a été en tout cas pour moi une des belles découvertes de 2010 !

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

août 2010
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres