Archives pour mai 2010


12345

Challenge Serial Killers

plume de sang

 

Et voilà, Mr Zombi m’a convaincue ! Je me suis inscrite à un nouveau challenge, organisé par AlCapone du blog Livres à 100 à l’heure, le Serial Killers Challenge.

 

Bon, en même temps, il n’a pas grand chose de compliqué : il faut lire avant le 31 décembre au moins 2 livres où sévissent des serial killers, peu importe le genre (BD, roman, biographie, document)… j’ai pas mal de bouquins qui correspondent à ce profil dans ma PAL.

 

Alors, pour l’instant, j’ai prévu de lire ces deux-là :

- A cause de la nuit, de James Ellroy

- L’épouvantail, de Michael Connelly

Il y a vraiment des chances que j’en lise bien plus que ça, notamment parce que j’ai déjà une LC prévue autour de In Tenebris, de Maxime Chattam, le 20 juillet.

 

Pour ceux et celles tenté(e)s par l’aventure pas compliquée à suivre, il est encore possible de s’inscrire chez AlCapone (avant le 31 mai). Et si vous êtes à cours d’idées, je vous recommande les lectures suivantes :

 

- L’Âme du mal, de Maxime Chattam

- De fièvre et de sang, de Sire Cédric

- Lune sanglante, de James Ellroy

- Echo Park, de Michael Connelly

- Un sur deux, de Steve Mosby

- la série des Dexter, de Jeff Lindsay : Ce cher Dexter, Dexter revient !Dexter dans de beaux draps

Le Poète, de Michael Connelly

- Le Guérissseur, d’Inger Ash Wolfe

- Les racines du mal, de Maurice G. Dantec

 

Bref, à très bientôt pour des lectures bien sanglantes !!!

logo challenge serial killers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’homme du lac, d’Arnaldur Indridason

l'homme du lac

Il dormait au fond d’un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l’eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d’inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Qui est donc l’homme du lac ? L’enquête révèlera au commissaire Erlendur le destin tragique d’étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi.

 

 

 

J’ai fini par replonger dans un roman d’Arnaldur Indridason. Que voulez-vous ? On aime ou on n’aime pas, et moi, j’aime ! Plus qu’un policier, on a affaire encore une fois à la description et à l’analyse de la société islandaise. L’enquête ne passe pas au second plan, d’ailleurs je peux vous assurer qu’on a très envie de savoir qui est L’homme du lac, et le pourquoi du comment.

 

 

Mais, ici, on assiste à un retour dans le passé -comme déjà notamment dans La Femme en Vert- où l’on découvre l’histoire du socialisme islandais. En effet, parallèlement, aux investigations menées par Erlendur et ses collègues, l’assassin se souvient de ce qui l’a mené au crime et nous dévoile sa victime. Rien de trash ni de sanguinolent, ici on est loin des thrillers comme L’Âme du Mal de Chattam, ou dans un policier d’emblée bien noir comme Aime-moi, Casanova d’Antoine Chainas. Non, on est vraiment dans un pur polar psychologique et sociétal.

 

 

Car la personnalité d’Erlendur est vraiment au centre de chacun des romans de l’auteur islandais, et celui-ci ne fait pas exception : spécialisé en disparitions, comme son créateur Arnaldur Indridason, il s’intéresse aux survivants, ceux qui sont encore là quand d’autres ont disparu. Assez paradoxal, quand on sait qu’il passe ses loisirs à lire des livres qui ne parlent que de disparitions, lui qui a connu celle de son frère, et qu’on a l’impression qu’il passe à côté de la vraie vie. Sauf que là, il y a des événements qui poussent Erlendur dans la bonne direction, dirait-on…

 

 

La société islandaise est aussi au coeur de ce roman ; si le passé remonte à la surface jusqu’aux heures sombres de la Stasi en RDA, on y apprend encore une tonne de choses sur l’Islande, le rythme de la vie, et donc de l’écriture, étant très différent de celui d’un pays plus méditerranéen comme le nôtre.  Ainsi, les flics se souviennent de la plupart de leurs dossiers anciens, on imagine facilement qu’ils ne croulent pas sous les affaires criminelles tous les jours, et la population nationale s’élevant à tout juste 320 000 habitants, on ne peut que comprendre ! Intéressant aussi d’aborder le système judiciaire et son fonctionnement…

 

Et surtout, surtout, enquête hors normes, sur quasiment un an, qui démarre en plein été lumineux, et où toute violence est bannie : ni course-poursuite, ni échanges de coups de feu, et pourtant une tension qui monte au fur et à mesure. Indices semés avec habileté, fausse piste, égarement, vies privées fragiles et précieuses, intuitions nous emmènent jusqu’au dénouement qu’on accueille presque avec soulagement. Et pourtant !

 

 

Bref, un excellent Indridason, non exempt de moments de tendresse, et qui, encore une fois, nous fait vivre à l’heure d’un état insulaire nordique, bien particulier.

 

 

Le petit plus : Hiver arctique est sorti tout récemment en poche chez Points, je pense qu’il va bientôt rejoindre ma PAL !

 

Le petit plus du plus : ci-dessous deux vues du lac Kleifavartn (au nom quasi aussi imprononçable que le fameux volcan qui enquiquine les avions !) où a été découvert le squelette.

 

kleifavartn kleifavartn 2

 

 

 

L’épouvantail qui voulait voyager, d’Hubert Ben Kemoun et Hervé Le Goff

l'épouvantail qui voulait voyager

Le vieil épouvantail se sent si seul, qu’il pleure. Le vieil épouvantail se sent si inutile, qu’il pense ne plus avoir d’amis. Personne qui pourrait l’aider à se promener, juste de l’autre côté de la colline, lui qui n’a jamais bougé de son champ… Mais au matin d’un jour de printemps, deux cent mille oiseaux l’emmènent pour un voyage extraordinaire…

 

 

Qu’il est beau cet album !!! Tant au niveau des illustrations que du texte… Hubert Ben Kemoun offre ainsi aux enfants et à leurs parents (ne boudons pas notre plaisir !) une histoire poétique, où les mots coulent doucement, riment et nous font voyager. Ici, rien de bêtifiant, au contraire… Confiance est faite aux jeunes lecteurs pour apprécier, apprendre à aimer les jolis mots, les belles tournures de phrases, et les messages délivrés dans cette narration sous forme de poèmes. Qu’il est plaisant de faire sonner les rimes, en tant qu’adulte, et d’y sensibiliser ses enfants -Rose adore trouver des rimes aux mots, Grande Section de Maternelle oblige, et Violette tâche d’en faire autant à force d’entendre sa soeur y jouer très régulièrement.

 

Quant à l’histoire, pleine de mélancolie au début, pour s’achever sur une note féérique, c’est tout simplement un conte. Un très joli conte, où le personnage de l’épouvantail n’est pas sans rappeler celui que rencontre Dorothy dans Le magicien d’Oz : l’épouvantail qui voulait voyager ne se plaint pas de ne pas avoir de cervelle, mais est prêt à aller à l’aventure, non pas sur la route de briques jaunes, mais au-delà de la colline…

 

Côté dessins, de magnifiques planches travaillées sur double page, dans des tons délicats de violets, d’orangés, de rose, le tout aux pastels… qui invitent déjà au voyage en elles-mêmes.

 

Bref, un très bon moment de lecture, dont on ne se lasse pas, tant l’album est riche… 

 

Le petit plus : Les deux compères, Hubert Ben Kémoun et Hervé Le Goff, ont également commis un autre livre jeunesse ensemble, Hector le loup qui découvrit la peur du loup. Quant à nous, dans la bibliothèque de Coquelicot, se trouve un album de son enfance, illustré par le même M. Le Goff, Le serpent à fenêtres, absolument extra. Un petit billet bientôt, ça vous tente ?

 

Merci qui ? Merci Tata Jellybells pour un aussi bon choix, encore une fois !

 

pouvantail3.jpg  pouvantail1.jpg pouvantail2.jpg

 

challenge albums

9/24

Swap Cinéma du Traqueur

clap ciné

 

On y est : le grand jour où on dévoile enfin ce que nos swappeurs nous ont envoyé dans le cadre de ce sympathique swap organisé par Guillaume, Traqueur Stellaire.

 

C’est Cracklou qui m’a envoyé ce superbe colis (dur, dur de se retenir de tout déballer vite, pour pouvoir prendre des photos !!) :

 

Tout d’abord, une vue d’ensemble du colis une fois ouvert…

 

1002251.jpg
Ensuite, l’ensemble une fois déballé…

 

1002252.jpg

 

Ce qui donne donc, une sympathique lettre où Cracklou m’explique tout comme il faut. Difficile pour elle fut le choix du DVD, car j’en possède beaucoup… mais là, elle a tapé dans le mille, c’est un film que je n’ai pas vu, et dont j’avais envie (j’ai tout de même réussi l’exploit de le rater sur C+) : Bons Baisers de Bruges.

 

 

 

Côté livres, très bons choix !!! Le Dalhia Noir, de James Ellroy, qui fait partie de mes auteurs favoris et dont je n’ai pas encore lu celui-ci et Shutter Island, de Dennis Lehane dont l’adaptation BD par Christian De Metter a fait l’objet il y a peu d’un billet chez moi, et dont j’avais envie de lire l’original. Grâce à toi, Cracklou, je vais pouvoir le faire sans problème !

 

 

Ma petite coquine de swappeuse a pensé à tout : cacahuètes grillées et salées comme au comptoir (ça tombe bien, avec les enfants et tout, il y a bien longtemps que je n’ai mis les pieds dans un bar ! lol), chocolat noir aux éclats de fève de cacao, excellent mais dont je dois avouer qu’il a déjà disparu dans les profondeurs de mon estomac et de celui de mon compagnon, popcorn (qui dit ciné…). Sans oublier les mouchoirs pour la serial chialeuse que je suis devant films et livres tristes (les emballages sont top !) et deux jolis photophores qui n’attendent que les bougies (j’en ai plein le placard). Et voilà, tout est prêt pour un plateau télé-vidéo !

 

 

Un grand merci donc à Cracklou pour ce colis qui m’a fait grand plaisir et à Guillaume pour avoir tout orchestré de main de maître… D’ailleurs, il recense tous les billets en forme de levers de rideau !

 

 

 

 

L’abécédaire des Sorcières : Barbebelle, vol 2, d’Anaïs Goldemberg

 

barbebelle

 

B comme Barbebelle. Comme d’habitude, chez les sorcières, c’est la catastrophe… Barbebelle la plus belle de toutes les sorcières a une barbe ! Très fière de son menton fleuri, Barbebelle en prend soin avec des lotions et des potions. Mais attention aux mélanges !

 

 

 

Après avoir lu Aragnangnan, le premier volume de ce sympathique Abécédaire des Sorcières, les filles ont voulu découvrir la deuxième lettre de l’alphabet en mode magique. Et nous avons passé à nouveau un joli moment de lecture, toutes les trois…

 

 

Plein de surprises toutes rigolottes, de jeux de mots habiles, ce deuxième opus est très réussi, voire plus que le premier. Vous l’aurez deviné, toutes ces sorcières imaginées par Anaïs Goldemberg ont une particularité physique surprenante et amusante… De quoi aborder la différence sur le mode soft, tout en douceur, comme les jolis dessins de l’auteur-illustratrice.

 

 

Des petits clins d’oeil, que les adultes repéreront facilement, comme la barbe fleurie de Barbebelle en référence à celle de l’empereur Charlemagne de nos vieux livres d’histoire, déclenchent chez les enfants des rires tout étonnés. Et puis, comme pour Aragnangnan, la question finale : devinez ce qui va se passer ? Qui permet aux petits lecteurs de s’interroger sur la fin de l’histoire, sur le mode uniquement de l’illustration, sans paroles pour laisser justement place à celles des loustics…

 

 

Quand je vois comment Rose (malade, donc à la maison) a feuilleté  les deux livres aujourd’hui en se racontant l’histoire : « aujourd’hui, chez les sorcières, c’est la catastrophe« … ça donne envie de prolonger le plaisir avec Sorcières !  les abominables voisines de M. Pebroc, un album qui regroupe les mêmes personnages et plus encore !

 

 

Le petit plus : Dans le cadre du Challenge Alice au Pays des Merveilles, je lirais bien La Ribambelle d’Alice au Pays des Merveilles, illustré par Anaïs Goldemberg.

 

Le petit plus du plus : N’hésitez pas à faire un petit tour sur le blog de la demoiselle Goldemberg, pour y voir ses travaux (expos, livres, etc).

 

 

Merci qui ? Merci encore à Tata Jellybells qui, décidément, a eu le coup d’oeil !!

 

barbebelle détail

(image Anaïs Goldemberg)

la ribambelle d'Alice au Pays des Merveilles  Sorcières !

challenge albums 8/24

 

 

 

 

 

 

 


12345

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Place aux lecteurs

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres