Aime-moi, Casanova, d’Antoine Chainas

eaime-moi casanova

Comment faire lorsqu’on est un flic chargé de retrouver un confrère disparu et qu’on est un drogué du sexe, qu’on n’a jamais mis les pieds plus d’un quart d’heure d’affilée dans son bureau et qu’on est harcelé par toutes les femmes qui croisent votre route ?
Sur la voie de la réponse, Milo Rojevic, alias Casanova, rencontrera une dresseuse de chiens aveugle et zoophile, un boxeur K.-O. depuis une dizaine d’années, deux tueurs à gages philosophes, un flic rompu aux méthodes expéditives, une ancienne psy dévoreuse d’hommes et un boucher au langage aussi fleuri qu’incompréhensible.
II y rencontrera aussi le plus dangereux, le plus contradictoire, le plus pathétique de tous… Car il n’est pas de guerre que l’on gagne contre soi-même…

 

 

 

Voici un roman au parfum bien particulier : ça sent le sexe (je devrais même dire la baise), la baston (Rojovic s’en prend plein la tronche tout le long !!), les flics ripoux, la mort et l’absurde. C’est du costaud, c’est du lourd, comme ce langage bien loin de Neuilly, teinté quelquefois d’un argot à couper au couteau, où ce policier hors-norme, anti-héros au possible, va enfin mener une enquête… Ben oui, c’est son partenaire qui faisait tout le boulot pour lui, le couvrant, pendant que Casanova couvrait autre chose. Désolée, mais ici, la langue est crue, et si vous êtes du genre facilement choqué, passez votre chemin et ne tendez même pas la main vers ce bouquin dans votre librairie.

 

Mais si vous êtes prêt à tenter l’aventure, sachez que le voyage va être mouvementé. Véritable descente aux enfers, ce livre à la double narration -Rojovic prend régulièrement le relais du narrateur, au point où je me suis demandée s’il se confiait à un psy, mais non, c’est à nous !- est un ovni dans le monde du polar : l’enquête une fois résolue, l’histoire continue, car ce qui prime ici, ce n’est pas l’enquête mais l’enquêteur…  Et il traîne de sacrées casseroles, le Johnny-Belle-Gueule ! Qui vont l’emmener en terrain glissant, et le lecteur avec lui…

 

Une fois la dernière page tournée, je me suis sentie bizarre, me posant des tonnes de questions, la fin étant… ah non, je vous laisse la surprise ! Et puis, les personnages croisés et rencontrés plus ou moins intimement sont si perturbants, pas seulement leurs actes, leurs pratiques, mais leur mentalité, leur état d’esprit sont si éloignés de ce qu’on a l’habitude de rencontrer en littérature qu’on ne peut rester indifférent.

 

Le style est tant sans concession, comme le verbe, sans détours, comme le verbe encore une fois, qu’il faut s’accrocher. Et puis, en fin de compte, s’accrocher n’est pas si difficile que ça, car on n’a qu’une envie : savoir le fin mot de tout ça. C’est une plongée en eaux troubles, glacées et pleines de colère, à l’image du héros, qui n’est pas sans me rappeler La Sirène Rouge de Maurice G. Dantec, un de mes auteurs favoris. Car l’auteur ne fait de cadeaux à personne, ni à ses personnages, ni à ses lecteurs.

 

Le petit plus : Chainas, depuis ce cri d’amour pulsionnel, a pondu trois autres romans, au rythme d’un par an : VersusAnaisthêsia et Une Histoire d’amour radioactive. Je vais certainement me laisser tenter par l’un des opus de celui qu’on appelle « la découverte du polar français ». Et le blog du monsieur, c’est ICI.

 

Merci qui ? Merci à Blog-o-Book et à Folio pour la découverte surprenante de cet auteur qui écrit à l’acide caustique !

 

Blog-O-Book  logo folio policier

 

 

11 commentaires à “Aime-moi, Casanova, d’Antoine Chainas”


1 2
  1. 0 jellybells 10 mai 2010 à 0:16

    ah ben rien que le résumé ça promet!!!
    j’avais limite pas besoin de lire ton billet pour avoir envie de le lire ;p

  2. 1 flof13 10 mai 2010 à 0:20

    C’est vrai, que le résumé, a lui seul, c’est tout un poème… Tu sais où le trouver, maintenant que t’as envie de le lire ! lol

  3. 2 Evilysangel 10 mai 2010 à 0:48

    Je ne connais pas du tout cet auteur mais, une fois passée sur son blog et après avoir lu ton billet Ô combien alléchant, j’ai encore plus envie d’être choisie par Masse Critique de Babelio, auquel j’ai postulé pour ce livre ,-)

  4. 3 flof13 10 mai 2010 à 0:55

    Ah, c’est tout le mal que je te souhaite !!! Si tu l’as, préviens-moi et quand tu l’auras lu aussi, ça me ferait plaisir de lire l’avis d’un autre lecteur !

  5. 4 Belledenuit 10 mai 2010 à 6:45

    Bah ben moi je préfère passer. Ce n’est pas trop le genre que j’ai envie en ce moment. Si puis trop vulgaire ça m’irrite. Ma LAL te remercie ;)
    PS : Ca ne te dérangerait pas de changer le lien de mon blog stp. Sur Unblog je ne peux plus y aller. Je te donner le lien du nouveau : http://boulimielivresque.blogspot.com
    Grand merci par avance :D

  6. 5 100choses 10 mai 2010 à 7:15

    Comme belledenuit, ce n’est pas ce dont j’ai envie en ce moment, alors je passe.

  7. 6 flof13 10 mai 2010 à 8:36

    @ belledenuit : Je ne dirais pas vulgaire, mais cru, direct, percutant, qui ne s’embarrasse pas de romantisme (ça c’est sûr !), ni de délicatesse. Et oui, je vais changer le lien…

    @ 100choses : peut-être plus tard ?

  8. 7 Véro 12 mai 2010 à 22:03

    Ce n’est pas la première critique que je lis dessus mais je ne suis pas convaincue …

  9. 8 flof13 12 mai 2010 à 22:35

    Ah, zut !!! A l’occasion, tu pourrais essayer, tu devrais pouvoir le trouver en bibli… (j’essaie de te convaincre, t’as vu ?)

  10. 9 Livraison 13 mai 2010 à 22:19

    Comme tu le décris, je pense que le style ne me plairait pas… Et je suis plutôt orientée classiques, pour le moment :D

1 2

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres