Archives pour avril 2010


1234

Un sur deux, de Steve Mosby

un sur deux

Vaut-il mieux mourir ou condamner l’autre à la mort ? Avant d’en tuer un sur deux, un serial killer torture les couples qu’il séquestre : à eux de décider. Jodie vient de tromper Scott et se sent coupable. De son côté, il recense cinq cents raisons de l’aimer. Ils sont enlevés. L’inspecteur Mercer n’a que quelques heures pour les retrouver avant qu’ils ne craquent. Et vous, que feriez-vous ?

 

Ah ! Voilà un thriller comme je les aime ! Bien glauque, à la sauce frissons et où, lorsqu’on croit apercevoir le bout du tunnel.. eh bien non ! on est pris au piège, l’auteur nous a bien ferré au bout de son hameçon, et on frétille de peur, d’horreur, d’impatience aussi de mettre fin à nos souffrances -celles causées par le suspens, bien sûr !

 

Ce roman noir -très noir, sans sucre ni lait- a la qualité supplémentaire de s’interroger sur la nature des serial killers : monstres ? adultes abîmés dans l’enfance ? Mal absolu ? Parsemé des extraits du livre de l’enquêteur vedette de la ville (laquelle ? on ne sait pas… autre qualité ici : ça pourrait se passer n’importe où, ailleurs, chez nous, brrrrr !!!), le récit, dans une écriture efficace et fluide, suit tour à tour les différents personnages qui joueront tous un rôle dans la toile tramée par le mystérieux tueur. Mais pas de problème pour les suivre, l’auteur, sous la forme d’un décompte temporel, nous indique à chaque chapitre à quel protagoniste (finement dessiné) on va s’intéresser. Seul, Mark, tout nouvel inspecteur, raconte son histoire sous le mode du je… Je ou Jeu ?

 

De plus, ce thriller décline l’amour sous toutes ses formes, et interpelle notre rapport à ce sentiment si irrationnel qu’il en est souvent indéfinissable, comme la vie finalement. La question est posée : pour quelle(s) raison(s) aime-t-on quelqu’un ? A vous de répondre, quand vous aurez reposé ce livre ! Si vous vous aventurez à le lire, bien sûr…

 

En bref, un bon moment, quand on aime se faire manipuler par la magie des mots, par une intrigue bien tissée, et quand on aime se faire peur !

 

Le petit plus : Le deuxième roman de Steve Mosby, Ceux qu’on aime,  est sorti chez Sonatines, une maison d’éditions de qualité décidément, car j’y ai déjà lu et apprécié Sur ma peau et Les Lieux Sombres de Gillian Flynn.

La Licorne, tome 2 : Ad Naturam, de Gabella et Jean

licorne0271167.jpg

Entraîné dans un complot visant à exterminer une ancienne confrérie de médecins, les Asclépiades, Ambroise Paré est amené à reconsidérer ses convictions les plus profondes sur la nature du corps humain et les méthodes médicales. Accompagné de quelques confrères survivants et des créatures qui les aident, il se rend à Milan, là où tout a commencé, là où l’ennemi l’attend impatiemment…

 

Le premier tome m’avait enchantée, j’ai donc poursuivi l’aventure. Toujours d’aussi belles planches de Jean, avec des créatures mythologiques telles le minotaure, et aussi un laboratoire qui n’a pas été sans me rappeler la bibliothèque secrète du Nom de la Rose, d’Umberto Eco pour le livre et de Jean-Jacques Annaud pour le film. L’ambiance est toujours aussi bien rendue, alternant la froideur bleutée des paysages hivernaux et le sombre conspirateur des lieux secrets qui s’offrent à nos yeux.

 

Mêlant ésotérisme, médecine et fantastique (mythologie, uchronie…), Gabella nous a concocté un scénario encore une fois surprenant qui nous dévoile petit à petit des mystères auxquels on se prend à adhérer (et si… ?).

 

Bref, un beau voyage à l’époque de la Renaissance, où les personnages connus côtoient tout un bestiaire fabuleux, au service d’une intrigue bien ficelée !

 

la licorne 2 pl

challenge BD logo 2/10

 

 

 

 

 

 

A.N.G.E. # 1 : Antichristus, d’Anne Robillard

Antichristus

À l’insu des habitants de la Terre, des hommes et des femmes travaillant pour l’Agence Nationale de Gestion de l’Étrange (mieux connue sous le nom de l’A.N.G.E.) veillent sur l’humanité. Peu importe le pays où ils sont affectés, ces courageux agents secrets la protègent des ténébreuses machinations des serviteurs du Mal.
Lors d’une enquête de routine sur les enseignements trompeurs d’un prétendu gourou, les agentes Océane Chevalier et Cindy Bloom de Montréal découvrent que les sombres évènements prédits par des textes bibliques sont sur le point de se produire. Leurs collègues, Yannick Jeffrey et Vincent McLeod, se joignent alors à elles et se heurtent rapidement à la puissance du Faux Prophète.
Aux tueurs de l’Alliance s’ajoutent bientôt des intervenants inattendus qui plongent l’A.N.G.E. dans l’incertitude. Quelle est en effet la véritable mission de l’envoyé du Vatican qui s’intéresse lui aussi aux crimes de l’Alliance? Qui est vraiment cet homme en noir qui apparaît aux agents de l’A.N.G.E. lorsqu’ils sont en difficulté? L’Agence pourra-t-elle arrêter la percée de l’Antéchrist en Amérique?

 

Après avoir tant entendu parler de la série des Chevaliers d’Emeraude, je me suis précipitée sur ce partenariat proposé par Blog-o-Book et Michel Lafon, que je tiens à remercier.

 

 

 

Tout d’abord, je suis restée perlexe pendant une bonne partie de ma lecture. En effet, même si je sais que c’est un roman jeunesse, je trouve le style d’Anne Robillard assez pénible. Narration par le menu de choses plutôt anodines ou qui n’apportent rien au récit, écriture très simple et saut d’un personnage à un autre tel que le tournis m’a prise, intrigue embrouillée… Je me suis demandé alors à plusieurs reprises pourquoi les Chevaliers d’Emeraude avaient rencontré un tel engouement. J’avoue que les mots « le vétéran » et « la recrue » par exemple, dans la chaîne anaphorique des personnages m’ont agacée, car je les trouvais assez peu adaptés aux personnages au bout de plusieurs chapitres.

 

 

 

Malgré tout, j’ai poursuivi, m’entêtant. Et j’ai bien fait ! Car tout s’éclaircit. En fait, Anne Robillard démarre son roman d’une façon très « cash », et le prologue est en cela bien utile pour expliquer les enjeux dont le livre fait le récit. L’histoire devient vraiment chouette : du mystère à la sauce ésotérique, où la mythologie mais aussi les Révélations (vous connaissez bien sûr l’Apocalypse ?) rattrapent le présent, avec de l’action, une pointe de romantisme et un zeste d’humour. On sent que l’auteur s’est documenté, aussi bien en terme de religion, que de théories extraterrestres, les deux s’affrontant dans son livre comme dans la réalité.

 

 

 

De plus, quand l’action s’accélère, le style s’améliore grandement à mon humble avis. Pour parler des personnages, au départ, comme je l’ai dit, j’ai été plutôt dérangée par la façon dont ils étaient dépeints, et puis, au fur et à mesure, j’ai trouvé qu’ils s’étoffaient, prenaient du relief, et donc de l’intérêt.

 

En bref, j’ai bien fait de m’accrocher. J’ai d’ailleurs l’intention d’acquérir la suite quand elle paraîtra !

 

Le petit plus : Ce roman fait partie des prochaines lectures de ma fille Coquelicot !

 

L’info qui tue :  Au Canada, 6 tomes de l’A.N.G.E. sont déjà parus :

tome 2 : Reptilis

tome 3 : Perfidia

tome 4 : Sicarius

tome 5 : Codex Angelicus

(là, je suis curieuse, ayant lu l’excellente BD du Codex Angélique : vol 1, vol 2, vol 3)

tome 6 : Tribulare

 

D’autres avis : Phooka, Lelanie, Melo et Merkillia (qui parle de toute la série !)

 

Blog-O-Book   logo michel lafon

 

 


1234

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

avril 2010
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres