• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 mars 2010

Archives pour 19 mars, 2010

Une rose pour Emily et autres nouvelles, de William Faulkner

une rose pour Emily

Au centre des plus célèbres nouvelles de William Faulkner, trois portraits de femmes denses et profonds : la tragique Miss Emily, cloîtrée dans sa maison comme dans ses souvenirs ; Minnie Cooper, vieille fille tourmentée par l’indifférence des hommes jusqu’au meurtre, et Nancy, la blanchisseuse noire abandonnée par son mari, dont le jeune Quentin raconte les peurs et les superstitions.
Un voyage hallucinant au bout de la folie et des passions les plus dangereuses par l’auteur du Bruit et La fureur.

 

 

Une relecture de ces nouvelles de Faulkner que j’avais très envie de faire et donc par la même occasion dont j’avais envie de vous faire profiter.

 

Tout d’abord, il n’y a pas trois, mais quatre nouvelles. Faulkner a un vrai génie de conteur, c’est sûr. Il faut passer pour les féministes acharnées sur des considérations qu’on peut trouver sans conteste misogynes, mais qui collent énormément à l’époque -bon, ça tombe bien, je ne suis pas féministe, juste féminine !-. Sur un ton à la limite du commérage qui entoure la vie de toute communauté du Sud des Etats-Unis, surtout quand elle est celle d’un village ou d’une petite ville, l’auteur nous entraîne dans l’existence des petites gens comme des autres. C’est tout simple, on a l’impression d’y être, d’être un voisin par exemple.

 

Faulkner nous bluffe, sous couvert d’histoires apparemment anodines, mais qui révèlent ensuite toute la folie, la passion, l’amour que peuvent nourrir les différents personnages. C’est d’ailleurs très habile de sa part, car il y a une distance et une proximité à la fois qui nous baladent, pour mieux nous assener le coup de grâce. Du reste, cette manière de raconter quasi désinvolte contraste tant avec les drames, qui sont le coeur de ces nouvelles, qu’on se retrouve pris au piège d’émotions surgissant violemment, au moment où on s’y attend le moins. Eh oui, nous qui croyions être en distance, on est frappé de stupeur, de tristesse et autres sensations…

 

En bref, une bonne manière de découvrir Faulkner pour ceux qui ne connaissent pas, et pour moi un réel plaisir à le relire.

 

challenge 2 euros

 

 

 

 

 

 

 

La Licorne, tome 1 : Le dernier temple d’Asclépios, de Gabella et Jean

la licorne 1

1565. Plusieurs anatomistes réputés meurent dans des conditions étranges. À Paris, Ambroise Paré, chirurgien du roi en bute aux médecins de la Faculté – qui voient en lui un rustre parvenu – constate le décès de l’un d’eux. En enquêtant, il croise d’inquiétantes créatures et découvre que certaines recherches – que le pouvoir et l’Église cherchent à étouffer – sont en jeu…

 

Avec cet album, attendez-vous à une plongée en plein fantastique teinté d’une pointe d’uchronie. En effet, ici, on découvre Ambroise Paré, chirurgien du Roi, au franc-parler et au savoir-faire incontestable, rejetant ces messieurs de la Faculté, indécrottables ignares selon lui et aux thèses desquels il n’adhère pas. Il se retrouve au coeur d’un sombre complot opposant société secrète et Eglise. L’ésotérisme côtoie la science sans vergogne, comme il se devait en ces temps où la médecine occidentale balbutiait encore pas mal.

 

Cet habile scénario est admirablement servi par un graphisme impeccable aux visages pleins de caractère et expressifs, aux décors, couleurs et lumières très réussis. D’une grande violence -le sang gicle sans état d’âme à de nombreuses reprises et avec un art consommé de ses effets visuels- et sans concession à la pudeur (non, pas de sexe ici !), La Licorne n’est pas à mettre entre toutes les mains : âmes sensibles s’abstenir ! Néanmoins, de légères touches d’humour apportent de quoi reprendre de temps à autre sa respiration dans cette atmosphère étouffante et angoissante. J’ai d’ailleurs apprécié à leur juste valeur les jurons de l’époque.

 

Difficile d’en dire plus sans révéler les tours et détours de l’intrigue, ce qui serait dommage !

 

Pour moi, cette lecture fut un moment passionnant que je pourrais prolonger, ayant dans ma PAL les deux autres volumes qui constituent avec celui-ci la série. Avant cela, je vais un peu digérer, si vous le permettez, car j’ai eu droit à un vrai bain entre obscurantisme et lumière !

 

Merci qui ? Merci à mon Chéri qui m’a offert la série complète lors de la dernière St Valentin !

 

planche licorne

 

challenge BD logo 1/10

 

 

 

 

 

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

mars 2010
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres