• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 15 mars 2010

Archives pour 15 mars, 2010

Toute la vérité, rien que la vérité, je le jure !

vérité

Ah ! Cacahuète m’a taguée !! Après le tag des mensonges, voici celui de la vérité pure et dure !! Je dois donc vous révéler 7 choses me concernant que vous ne savez pas (encore !)… Dur, dur !

 

1. Je détestais mon prénom (Florence) quand j’étais petite, je voulais m’appeler… tadam ! Hélène ! Ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça ! ça m’a tenu un sacré bout de temps, en plus !!!

 

2. Je suis une pleureuse née ! Un film un tant soit peu triste, vlan, ça dégouline ! Un livre du même style, idem ! Mais le film sur lequel j’ai le plus pleuré, c’est Autant en emporte le Vent, à tel point que mes parents voulaient qu’on arrête de le regarder (j’étais ado). Du côté bouquins, c’est La Soeur de Gribouille de La Comtesse de Ségur (certains le savent déjà, mais bon), je n’ai d’ailleurs jamais pu le finir, tant je sanglotais !

 

3.  J’ai séché plus de 60 jours l’année de ma terminale, je ne voulais pas passer mon bac ! Je ne trainais pas les rues, j’allais soit chez mon grand-père regarder des mangas, soit boire le café chez ma cousine, soit bouquiner dans le parc de la ville, ou encore vendre des bouquins avec le bouquiniste sur le marché (j’étais bien sûr payée en livres !).

4. J’ai travaillé dans le spectacle pendant une quinzaine d’années, et j’ai endossé pour une parade de rue un costume de grosse dame toute nue dans une baignoire sur le toît d’une voiture, une perruque sur la tête, tout en faisant mine de boire au goulot d’un magnum de champagne. J’ai fini à la une du quotidien régional !!

5. J’ai travaillé jusqu’à l’avant-veille de l’accouchement de mon deuxième enfant (ma ptite Rose), et j’étais à terme ! J’ai repris le boulot une semaine après, en organisant des réunions de travail à la maison avec mes collègues, puis retour au bureau au bout de trois semaines, avec le bébé près du bureau pour l’allaitement !!! Quand j’y repense, j’étais vraiment très -trop- dévouée ! D’ailleurs, plus jamais ça !!!!

6. Ma grand-mère était polonaise, et je l’ai tannée pour qu’elle m’apprenne sa langue.. elle n’a jamais voulu, disant qu’elle ne s’en souvenait pas. Un vrai produit de l’intégration, ma mémé ! emoticone

7. J’ai fait un stage de deux mois en Angleterre quand j’étais en BTS. Mon patron m’envoyait lui acheter des clopes, dans sa voiture avec chauffeur (vous savez, ces bagnoles avec un ange !), au tabac du coin (si si !!)… Et le chauffeur passait son temps à me dire en français bien teinté d’accent anglais : « Voulez-vous coucher avec moi ? » … euh, pas pour tout l’or du monde ! beurk !

Voilà, c’était pas facile… Donc, à mon tour de taguer 7 personnes : Jellybells, Coquelicot, Anneso, Eloah, Frankie, Cynthia et les compères de Livraison ! A vous de jouer !

L’Assassin Royal, tomes 9 et 10, de Robin Hobb

hobb1.jpg

Après avoir tiré le prince Devoir des griffes des Fidèles du prince Pie et l’avoir ramené sain et sauf auprès de sa mère, au château de Castelcerf, Fitz, toujours dissimulé sous le nom de Tom Blaireau, croit avoir terminé sa mission.
Il songe à regagner sa chaumière isolée pour y reprendre l’existence tranquille de ses quinze dernières années. C’est sans compter avec la reine Kettricken et son conseiller, Umbre, qui lui demandent instamment de rester pour enseigner l’Art au prince. Il accepte finalement cette nouvelle mission. S’y ajoute bientôt la charge de surveiller la délégation d’Outre-mer qui escorte la fiancée du prince et semble poursuivre des visées secrètes.
Tandis que la guerre civile menace le royaume des Six-Duchés à cause des Fidèles du prince Pie qui demeurent dangereusement insoumis, Fitz, toujours prêt à défendre la cause du royaume, doit se démultiplier.

 

hobb2.jpg

A Castelcerf, Fitz s’efforce de poursuivre sa mission : former un clan d’Art avec le prince héritier Devoir, un serviteur simple d’esprit, et lui-même.
Mais comment parvenir à fondre en un tout harmonieux des personnalités aussi disparates ? Car rien n’est apaisé dans la forteresse ancestrale où la menace des Pie se fait toujours plus pressante. Ceux-ci, pétris de haine, ont réussi à introduire des espions à la cour même. Quant à la reine, elle doit recevoir des représentants du Lignage pour mettre un terme aux persécutions des vifiers. Dans sa vie privée, le malheureux Fitz est également tourmenté : son fils délaisse son apprentissage pour une belle jeune fille qui affronte à cette occasion l’hostilité de son père.
Et le vieil Umbre, autrefois si lucide, semble perdre la tête : il dévoile l’ambition dévorante et insensée d’entrer dans l’héritage royal. Entre inquiétude, colère et désespoir, Fitz doit donc constamment jongler pour sauver l’avenir du royaume tant sont nombreux les dangers qui les menacent, lui et la dynastie. 

J’ai décidé de parler ici de ces deux volumes à la fois, étant donné qu’ils n’en forment qu’un dans l’édition originale, et que lorsqu’on arrive à la fin du tome 9, celle-ci étant trop abrupte, on n’a pas d’autre choix que de commencer le tome 10 !

 

Ceci étant, quel plaisir de retrouver FitzChevalerie ! Et tous ces personnages si intéressants, comme Sire Doré, Umbre ou Devoir. Devenu Maître d’Art pour le prince héritier, Fitz continue à mener une double existence en étant le serviteur-garde du corps de Sire Doré, tout en s’efforçant de s’occuper de son fils adoptif, Heur… Bref, débordé, déchiré entre ses différentes obligations, pour finalement s’en tenir toujours à la même : être l’homme-lige du roi, Fitz est toujours aussi attachant.

 

On découvre aussi à quel point la cour a changé maintenant que Kettricken est la reine des Six-Duchés, et comment Umbre qui vit à présent au grand jour, n’a malgré tout pas si changé que ça, lui ! En effet, tous les indices disséminés par Robin Hobb dans les tomes précédents trouvent leur finalité dans cet opus (et les suivants à n’en pas douter !).

 

L’auteur a vraiment du talent pour nous parler de ses personnages… Il faut vraiment prendre cette série de L’Assassin Royal, comme une grande chronique d’un royaume à une époque donnée, celle de FitzChevalerie, qui façonnera finalement le destin des Six-Duchés, voire du monde…

 

En conclusion, quand j’ai refermé Serments et deuils, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que j’ai aussitôt ouvert Le dragon des glaces !

 

 



Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

mars 2010
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres