Diablerie, de Mikhaïl Boulgakov

diablerie

Dans Diablerie, le héros passe d’un emploi tranquille et routinier à un univers fantasmagorique, ridicule… et inquiétant. Une odeur de soufre et tout un symbolisme entourent ce pauvre homme perdu entre bureaucratie et absurdité, à la poursuite de chimères.

 

L’auteur : Mikhaïl Boulgakov grandit à Kiev, entre à la faculté de médecine en 1909, puis se marie. Inapte au service militaire, il est d’abord réquisitionné pendant la Première Guerre mondiale comme médecin de la Croix Rouge, puis une fois diplômé en 1916, il travaille à l’hôpital rural de Nikolskoïe. C’est à cette époque qu’il commence à écrire ‘Les Récits du jeune médecin’, qu’il ne termine qu’en 1921 suite à de nombreux changements. Démobilisé pour problèmes de santé, il ouvre son propre cabinet à Kiev mais doit rejoindre l’armée de Petlioura, dont il s’échappe pour suivre l’armée blanche dans le Caucase. Abandonnant la médecine en 1920, il se consacre à la littérature. Rejoignant Moscou, il publie de nombreux articles et travaille à ‘La garde blanche’, qu’il adapte pour la scène en 1925. Domicile perquisitionné, manuscrits confisqués, pièces tantôt jouées tantôt interdites par le pouvoir, Boulgakov devient assistant-metteur au Théâtre Artistique jusqu’en 1936. Auteur de comédies, de romans sur la guerre civile.. ., ennemi de la bureaucratie et des compromis, cet artiste passionné de théâtre, incompris et écrasé par le pouvoir soviétique, dut se contenter d’emplois subalternes, faute d’être joué.

 

Si vous voulez lire une critique de la société stalinienne, mais sous une forme fantastique et délirante, cette nouvelle est pour vous. De façon très rapide, les événements les plus improbables s’enchaînent, dans une allégorie de l’absurdité du régime soviétique qui broie l’individu au mépris de la raison, ou tout simplement de l’être humain. Le héros, destiné à une vie d’employé modèle, voit son salaire payé au moyen de boîte d’allumettes car les caisses sont vides. Il découvrira que d’autres, comme sa voisine, vivent la même chose : celle-ci est payée en vin de messe ! A partir de là, sa vie va déraper, prise dans l’engrenage de la société, de personnages plus délirants les uns que les autres, d’aventures plus invraisemblables les unes que les autres. Il trouvera refuge dans le vin de messe qui ne lui procure que maux de tête, la douleur entraînant l’oubli de sa situation… kafkaïenne, si je puis dire… Rebondissements absurdes, rocambolesques, où le personnage principal croit devenir fou, où finalement même le lecteur doute de tout, et cherche où est la réalité dans toutes ces péripéties.

 

En conclusion, un bon moment, bien que déconcertant au départ, et la découverte d’une écriture nerveuse, ironique et sans pitié pour le régime… ce qui vaudra bien sûr quelques ennuis à son auteur !

 

Un regret néanmoins : ayant lu la post-face, je m’aperçois que les noms des personnages ont une signification qui ajoute encore à l’incongru des situations, hélas le traducteur, dans la nouvelle en elle-même ne traduit pas -en note de bas de page, par exemple- de sorte qu’une partie du sens nous échappe.

 

 Merci à qui ? A Guillaume, danseur de son état, qui m’en a fait cadeau il y a une décennie de cela, lors de la première d’un spectacle… Ah, les cadeaux de première, un rituel immanquable !

 

Le petit plus : une étape en Russie pour mon Tour du Monde, et un Classique pour ma session 2 (je rends mon billet en retard, j’en ai plusieurs dans ma besace encore !)

 

Rendez-moi mes papiers. Mon nom est sacré. Restaurez-le !

On ne peut pas m’arrêter [...] parce que je suis on ne sait qui.  

 

 

tour du monde        Défi classique

 

 

7 commentaires à “Diablerie, de Mikhaïl Boulgakov”


  1. 0 Livresque 18 fév 2010 à 10:11

    Lien ajouté ;)

    Je suis contente que ce tour du monde te plaise, j’espère que tu vas faire encore plein de belles découvertes :D

  2. 1 Livraison 18 fév 2010 à 11:28

    « Une critique de la société stalinienne, mais sous une forme fantastique et délirante », ce livre m’intrigue et m’intéresse, je sors mon carnet et je prends note. Merci :-)

  3. 2 flof13 18 fév 2010 à 12:57

    @ Livresque : ce challenge est vraiment chouette, sans limite de temps, et du coup on remet le nez dans sa PAL, et pas seulement dans les toutes dernières nouveautés dont tout le monde parle…

    @ Livraison : Je t’en prie ! Note, note ! Je pense que je vais lire d’autres choses de Boulgakov, j’ai vu un billet sur le Roman de Monsieur de Molière je crois… ça m’a donné envie !

  4. 3 bells 19 fév 2010 à 2:27

    ahhh les cadeaux de premiere!!!
    pour ton petit tour du monde, je te propose une escale en autriche avec stefan sweig, dont j’ai lu « le joueur d’echec » qui est très cours, et que j’ai adoré (lu 3fois), si ça t’interesse, je te le passererais ;)
    bizzzz

  5. 4 flof13 19 fév 2010 à 22:35

    je suis ok et donc preneuse !!

  6. 5 Véro 1 mar 2010 à 20:09

    Je passe car je n’aime pas les nouvelles ! Tu as encore dévoré pendant mon absence !

  7. 6 flof13 1 mar 2010 à 20:18

    Ah bon ? Moi, j’aime bien…
    Eh oui, j’ai profité des vacances pour bouquiner comme une folle !!

Laisser un commentaire


Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

février 2010
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres