• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archives pour janvier 2010


12345...8

Téméraire tome 3 : Par les chemins de la soie, de Naomi Novik

Téméraire 3

Après leurs périlleuses aventures en Chine, le capitaine Will Laurence, des Aerial Corps, et son extraordinaire dragon Téméraire sont interceptés à Macao par un mystérieux émissaire porteur d’un ordre urgent de Sa Majesté. Trois œufs de dragons d’une valeur inestimable ont été acquis auprès de l’Empire ottoman. Laurence et Téméraire sont sommés de faire un détour par Constantinople afin de les convoyer jusqu’en Angleterre. Le temps presse : leur mission doit être menée à bien avant l’éclosion des œufs. Mais le désastre guette à chaque étape : la faute aux machinations diaboliques de Lien, la dragonne blanche, qui tient Téméraire pour responsable de la mort de son maître et qui a fait vœu de s’allier à Napoléon pour se venger. Confrontés à une incroyable défection à l’endroit le plus inattendu, Laurence, Téméraire et leur équipage sont contraints de passer à l’offensive. Mais quelle chance ont-ils, face à l’armée implacable de Bonaparte ?

 

 

Eh oui, quand je commence une série, j’aime bien la lire d’affilée… Donc, à peine refermé le tome 2, que j’ai ouvert le 3ème opus de mes lectures draconiques ! L’occasion de découvrir un nouveau personnage Tharkay, très mystérieux, qui ne se dévoile que petit à petit (et encore, on ne saura pas tout !), mais aussi de suivre Laurence et Téméraire sur les chemins de la soie, direction le grand sultan pour récupérer des oeufs de dragon… Où des surprises vont les attendre, bien sûr ! Puis de repartir avec eux, et se retrouver en pleine guerre napoléonnienne… D’ailleurs pour les amateurs, c’est certainement dans ce volume que l’auteur nous parle le plus de Napoléon et de ses campagnes. Un vrai souffle épique souffle alors, et on retient sa respiration plus d’une fois en se demandant à quel moment l’Histoire que nous connaissons va dévier (eh oui, je vous rappelle que nous sommes en pleine « uchronie »)… C’est aussi ici qu’on approche le plus les sentiments des soldats, les conditions de vie en temps de guerre… Sans oublier que Téméraire ne perd pas une occasion de faire de la politique !

 

 

Un bon moment encore à suivre les aventures de Laurence et de Téméraire…

 

 

Le petit plus : ma chère grande Coquelicot s’est lancée dans la lecture du tome 1 !

 

Téméraire tome 2 : Le Trône de Jade, de Naomi Novik

Téméraire 2

 

Lorsque les Anglais ont intercepté un navire français et son précieux chargement, un œuf de dragon, Will Laurence, capitaine de la Royal Navy, est devenu le maître du dragon nouveau-né qu’il a baptisé Téméraire. A présent, l’empereur de Chine vient de découvrir que le dragon Impérial qu’il avait envoyé à Napoléon en guise de cadeau est tombé aux mains des Anglais. Une délégation chinoise en colère réclame l’animal. Laurence refuse de coopérer et de rendre le coéquipier dont il n’imagine pas pouvoir se séparer. Mais devant le risque d’être condamné à mort pour désobéissance, il est bien obligé d’accompagner Téméraire en Asie. Commence alors un long voyage semé d’embûches, de dangers, d’intrigues et de terreurs sans nom, qui ne fera que renforcer l’amitié indéfectible qui lie Will et Téméraire.

 

 

A peine le tome 1 terminé que je me suis lancée dans le tome 2… Que dire de plus que ce que j’ai déjà dit pour le tome 1 ? Eh bien cette fois-ci, nous suivons Téméraire et Laurence sur les routes maritimes, en direction du grand empire de Chine. Où nous découvrirons les dragons chinois, leurs particularités mais aussi leur statut, si différent de celui qu’ont les dragons anglais. L’occasion d’en savoir plus ainsi sur Téméraire, et sa race si rare et exceptionnelle, mais aussi de voir Téméraire, aux vélléités révolutionnaires dès le premier tome, s’affirmer encore plus. En effet, les dragons chinois ne sont pas considérés comme des animaux, mais comme des êtres à part entière, des citoyens en quelque sorte, alors qu’en Angleterre, ils sont traités comme des chevaux « améliorés » par la population qui les craint, et ne les accepte que comme un mal nécessaire. Le parallèle est fait plus d’une fois avec l’esclavagisme, contre lequel Laurence d’ailleurs s’insurge à l’instar de son père.

 

 

Bref, un agréable moment en compagnie de dragons, sur les mers, dans les airs, à la cour de Chine, avec un complot qui se trame dans l’ombre…

 

Téméraire tome 1 : Les Dragons de Sa Majesté, de Naomi Novik

téméraire 1

Alors que les guerres napoléoniennes font rage, le jeune capitaine Will Laurence fait une découverte qui va changer le cours de sa vie. Son vaisseau vient en effet de capturer une frégate française et sa cargaison : un oeuf de dragon très rare.
Les dragons sont utilisés dans les combats aériens par la plupart des nations. Mais celui que va découvrir Will n’est pas tout à fait comme les autres…
Ainsi commence l’histoire d’une amitié indéfectible entre le fabuleux dragon Téméraire et son jeune pilote. Ensemble, ils vont devoir apprendre les tactiques périlleuses de la guerre aérienne. Car la France, dirigée par un Bonaparte plus audacieux que jamais, rassemble ses propres créatures pour transporter ses troupes sur le sol britannique. Laurence et Téméraire se préparent à subir leur baptême du feu !

 

Voici donc une série fantasy autour des dragons que j’ai longuement hésité à acquérir… J’ai lu et apprécié Eragon de Christopher Paolini, et j’avais un peu peur d’être déçue, tant de livres traitant des dragons fleurissant sur les étals des libraires. Ce qui m’a décidé, c’est que cette série soit une uchronie de l’époque napoléonienne, et que j’adore ce genre…

 

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est une uchronie, une explication s’impose !

 

L’uchronie est une évocation imaginaire dans le temps. « Uchronie » est un néologisme du XIXe siècle fondé sur le modèle d’utopie, avec un « u », négatif et « chronos » (temps) : étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas.

 

En littérature, c’est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. On utilise également l’expression « histoire alternative » (alternate history) ou histoire contrefactuelle. Lorsqu’elle est associée à des moyens techniques qui permettent de remonter dans le temps et donc de modifier le passé, l’uchronie est directement associée au genre de la science-fiction.

 

L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. À partir d’un événement modifié, l’auteur crée un effet domino (terme anglo-saxon couramment utilisé : effet papillon) qui influe sur le cours de l’Histoire. Cette volonté de changer le cours de l’histoire pour imaginer ce qu’elle aurait pu être rappelle la phrase de Blaise Pascal : « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » (Pensées, 90).

 

Régis Messac, dans sa revue des Primaires donne, en 1936, de l’uchronie cette définition : Terre inconnue, située à côté ou en dehors du temps, découverte par le philosophe Renouvier, et où sont relégués, comme des vieilles lunes, les événements qui auraient pu arriver, mais ne sont pas arrivés. (note de moi : c’est joli cette définition, vous ne trouvez pas ?)

 

Bref, je me suis finalement plongée dans les aventures de Laurence et de Téméraire… et ne l’ai pas regretté. Servi par une écriture fluide, et finalement assez riche sans être pédante, le récit nous emmène aux côtés de Laurence, capitaine de la Navy, au sens du devoir très développé, qui devient le compagnon et donc le pilote de Téméraire, le beau dragon d’une espèce inconnue en Angleterre. Il faut savoir que les Aerial Corps, dont dépendent les dragons et leurs équipages sont assez mal vus par la population car les dragons sont plutôt mal considérés, comme des animaux nécessaires, mais des animaux tout de même ! On suit donc Laurence et Téméraire qui découvrent leur nouveau statut, se soumettent à un entraînement en vue de futurs combats… car l’Angleterre est en guerre contre la France, et son fabuleux Napoléon, génie de la guerre, mais que les anglais détestent (donc ne vous attendez pas à trop de compliments à son propos !)…

 

Cela va donner l’occasion de suivre des combats mémorables, où personne n’est invincible (ouf !), où les dragons transportent un vrai équipage (assez surprenant de les voir finalement comme des ancêtres de nos avions), où l’issue est incertaine…

 

Du point de vue des personnages,  ils sont finalement assez nombreux, mais on s’y retrouve sans trop de peine, l’auteur fait de Laurence un homme bien de son époque, et de Téméraire un dragon assez particulier. Alors, certes, on assiste à pas mal de repas des dragons, à leur sieste, à tout un tas de détails qui peuvent paraître un peu répétitifs à force, mais bon, on peut se dire que le but est de visiter -de revisiter- le mythe du dragon…

 

J’ai lu pas mal de critiques sur d’autres blogs, et les avis divergent plutôt : soit on a aimé, soit on a détesté. De mon côté, j’ai apprécié, assez en tout cas, pour continuer la saga… même si je pense tout de même que c’est une lecture plutôt adolescente. Et alors ? Moi, ça ne me dérange pas !

 

Le petit plus : ce livre a remporté le Prix Crompton Crook dans la catégorie Meilleur Premier Roman en 2006 et les trois premiers tomes ont obtenu le Prix Locus 2007.

 

Le Guérisseur, d’Inger Ash Wolfe

le guérisseur

 

À Port Dundas, petite commune somnolente du Canada, Hazel Micallef, chef de police (par intérim) depuis plusieurs années déjà, 61 ans, divorcée, tourmentée par des maux de dos épouvantables, essaie vainement de noyer sa douleur dans les anti-inflammatoires et le whisky.

 

Un jour semblable à tous les autres, un drame effroyable vient ébranler la quiétude de cette ville endormie. Une de ses habitantes est retrouvée sauvagement assassinée. La victime est une femme de 81 ans, atteinte d’un cancer en phase terminale. Son corps est découvert à son domicile, la gorge tranchée, exsangue et la bouche tordue en un affreux rictus.

 

Jamais on n’a vu telle abomination dans la région. Mais deux jours plus tard, une affaire étrangement similaire est recensée à quelques centaines de kilomètres de là. Peu à peu, les cas se multiplient et Hazel se retrouve lancée à la poursuite d’un tueur en série bien particulier qui sillonne le pays d’ouest en est, mû par une macabre mission…

 

 

 

J’ai passé un excellent moment avec ce Guérisseur… Tout d’abord, le tueur en série est assez particulier, et en soi, c’est déjà intéressant comme dit le sous-titre du livre : Si les victimes sont consentantes, est-ce un serial killer ? Franchement, je me suis posée la question tout le long du livre. Car Simon est plein de contradictions, tant dans son modus operandi que dans ses mobiles, et que dans sa personnalité, son passé… On arrive même à éprouver une certaine empathie pour lui, comble de l’horreur, non ?

 

Et puis, ses victimes ne sont pas forcément sympathiques, certes elles sont en phase terminale, mais franchement de leur vivant, elles n’ont pas toutes été parfaites, loin de là… Alors, si elles sont consentantes, qu’en plus elles nous inspirent des sentiments mitigés, pourquoi éprouver de la peine, de l’horreur devant leur fin tragique ? Eh bien, Hazel, l’inspecteur en charge de l’enquête nous le dit elle-même : ces personnes ont compté dans la vie d’autres personnes, d’une manière ou d’une autre, et cela suffit. Parlons d’ailleurs maintenant de la police : des personnages intéressants, mystérieux aussi (le « bleu » est vraiment une énigme pas tout à fait résolue), avec de l’épaisseur et de la consistance… Il est d’ailleurs ironique que l’auteur ait choisi de faire de Hazel quelqu’un de malade, qui voit sa vie pas très réussie, bref quasiment tout pour être une de ses victimes ! Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle entre elle et les morts que sème le Guérisseur tout le long de son périple criminel.

 

Et puis, je tiens à souligner que la dimension spirituelle, très présente dans ce thriller, l’est jusqu’au bout du bout : tant quand Simon s’arrête pour tenter de sauver la petite fille, que lorsqu’il se fait tuer assez bêtement tout de même, parce qu’il s’est laissé aller à la vengeance, lui si intelligent… Car, on est tout de même assez ébloui par l’intelligence de Belladone (c’est le surnom que les enquêteurs donne au serial killer)… mais bon, les tueurs en série sont souvent très intelligents !

 

C’est un livre qui se lit facilement, que j’ai dévoré pour ma part car l’histoire m’a passionnée, bien rythmé, bien construit… La seule chose qui m’a gếnée, ce sont quelques soucis de mise en page qui m’ont demandé une relecture de certains passages, et quelques erreurs de traduction je pense (je vous rassure, il y en a au fond très peu, mais je suis une pinailleuse !).

En conclusion, merci à Thalia qui m’a donnée envie de lire ce roman, je ne le regrette pas !

 

 

Blood Sex and Corpses

blood sex corpses

 

Une fois n’est pas coutume, je vais faire un peu de pub sur mon blog… Je vous rassure tout de suite, il s’agit de lecture ! Oui !! Ma petite soeur chérie participe à un concours de fan fictions, autour de l’univers de Twilight. Il s’agissait cette fois-ci d’écrire un texte concernant la St Valentin, avec un certain nombre d’impératifs. Vous pouvez donc si ça vous intéresse aller la lire ICI. Je vous préviens tout de suite, c’est plutôt pour un public averti, car c’est… hot ! Donc que les âmes romantiques passent leur clic…

Quant aux autres, si ça vous plaît, n’hésitez pas à vous inscrire et à voter !

 

 


12345...8

Lecture en cours

vertige franck thilliez

Calendrier

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mon blog se nourrit de vos commentaires

Mon blog se nourrit de vos commentaires


Au delà des apparences... |
Les Aixclats du coeur |
crlemansbien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .Thought of one evening.
| Jedi PACA
| Poesie et Autres